Arnaud Farjat (Université de Paris 2000) est Directeur des Systèmes d’Information de Veolia Eau d’Ile-de-France depuis 2017, mais cela fait plus de 10 ans qu’il a rejoint cette entreprise. A travers nos questions, il vous donne ses raisons.

 

Pitchez-nous Veolia Eau d’Ile-de-France !

C’est une filiale du groupe Veolia, référence mondiale de la gestion optimisée des ressources (eau, déchets et énergie), dédiée à l’exploitation du Service de l’eau du Syndicat des Eaux d’Ile-de-France dans le cadre d’un contrat de délégation de service public. Nous produisons et distribuons l’eau potable pour 151 communes en Ile-de-France et 4,6 millions d’habitants.

La raison d’être du groupe Veolia ?

Ressourcer le monde. C’est motivant de contribuer au progrès humain et à la préservation de la planète.

Votre rôle de DSI ?

J’ai trois casquettes. Je suis à la fois le capitaine qui donne le cap, l’entraineur qui donne les moyens à ses équipes d’atteindre ce cap et l’arbitre qui pose les règles. Mes projets touchent différents domaines métiers : je peux passer de la refonte des logiciels de relation clientèle à la rénovation des serveurs du datacenter, en passant par la gestion de la maintenance des usines et des travaux.

Etes-vous un transformateur, un intrapreneur ou un inventeur ?

Je suis un transformateur engagé ! Mon crédo : passer de l’innovation au progrès, de l’idée à la valeur. Autrefois simple maîtrise d’œuvre, le DSI est aujourd’hui une locomotive pour l’entreprise. Il doit accélérer tous les services de l’entreprise et bousculer l’organisation en place. Il est passé de la réaction à la proaction.

Comment toujours avoir un temps d’avance ?

Il faut être au plus proche des clients finaux sur le terrain. S’immerger dans la vie des utilisateurs de nos solutions informatiques est le meilleur moyen d’identifier ce qu’il faut renforcer, ce qu’il faut corriger, ce qu’il faut proposer.

Comment imaginez-vous le futur des Systèmes d’Information de Veolia ?

Ils devront être de plus en plus agiles, réactifs, adaptés et personnalisés grâce aux nouvelles technologies et au cloud. C’est pourquoi, nous travaillons désormais dans un esprit startup, en coresponsabilisant développeurs et utilisateurs, voire en les colocalisant dans le même bureau pour les autonomiser et libérer leurs idées. Nous croyons au principe de la pyramide inversée : chaque collaborateur porte l’avenir de l’entreprise.

Votre meilleur souvenir sur les bancs de la fac ?

J’ai passé un DESS grâce aux cours du soir proposés par l’université Paris-Diderot. Nous débattions toujours de l’actualité économique et juridique de la journée. La diversité des profils étudiants et l’éclairage pertinent des professeurs rendaient le débat encore plus enrichissant.

Le plus utile quand vous étiez étudiant ?

La lecture des quotidiens économiques. Ils m’ont permis d’être accepté lors de mon entretien d’admission à la formation. J’en ai discuté tout du long avec le jury qui a apprécié ma curiosité.

Trois postes auxquels vous recrutez activement en ce moment ?

Nous recherchons des profils de type manager de la performance environnementale (développement des normes ISO, management de la conformité…), manager d’équipe travaux (gestion d’équipes, gestion de chantiers…) et côté IT, des profils plutôt techniques comme les architectes informatiques ou les chefs de projet.

Le bon plan : l’alternance

Veolia privilégie beaucoup l’alternance qui permet à l’entreprise d’être challengée et à l’embauché de suivre un parcours immersif et d’être intégré dans les meilleures dispositions. Veolia fait même la promesse de proposer un poste à chaque alternant !

Contact : arnaud.farjat@veolia.com

 

« J’encourage tous les étudiants à s’engager dans ce qui les passionne et leur fait plaisir avant tout. »

Chiffres-clésVeolia

180 000 collaborateurs / Présence sur 5 continents / 98 millions d’habitants servis en eau potable / 45 millions de mégawattheures produits / 50 millions de tonnes de déchets valorisés / 27 milliards € de CA

Veolia Eau d’Ile-de-France

1 400 collaborateurs / 760 000 mètres cubes d’eau produits annuellement par ses usines / 8 700 kilomètres de réseau de canalisations