Timothée Gaussorgues est un optimiste convaincu. Avec la volonté de faire évoluer la filière de la vigne et du vin, il monte, à 22 ans seulement, le projet Raid Wine 2020. Son objectif : sensibiliser le monde aux impacts du changement climatique dans l’univers de la viticulture et de l’œnologie. Portrait d’un jeune ingénieur agronome.

 

La vigne, il a ça dans le sang ! Issu d’une famille de vignerons Languedociens, Timothée veut faire partager sa passion et ses valeurs qui lui sont chères. « Originaire de Brissac, un petit village au Nord de Montpelier, je baigne depuis tout petit dans le monde de la vigne et du vin », raconte-t-il. Sensibilisé aux défis actuels du vivant et de l’environnement, il débute naturellement ses études par deux années en DUT Génie Biologique, option Agronomie à l’Université de Perpignan. Il intègre ensuite un cycle ingénieur Agroécologie et agriculture durable à AgroParsTech. Sa soif d’apprendre le pousse alors à se spécialiser en Viticulture-Œnologie à Montpellier Supagro, afin de préparer le Diplôme National d’œnologue. En quête d’expériences, il entame une césure dès juillet 2019. « J’ai commencé par un stage de 6 mois dans la vigne et le vin au Domaine de la Solitude à Châteauneuf-du-Pape, puis un stage de 2 mois chez Madrez Wine Services, en Australie », explique-t-il. Et pour finir son année en beauté, il reste son projet : Raid Wine 2020 !

On the Raid Road of Wine

Dans la continuité de l’association Raid Wine 2019  créée en 2018 par trois étudiants d’AgroParisTech, axé sensibilisation du monde des terroirs agricoles au changement climatique, le projet Raid Wine 2020 est né grâce à Timothée, Tanguy Jean et Violette Sornin. « Nous avons repris le flambeau en donnant vie à une seconde édition », explique-t-il fièrement. Leur projet ? « Parcourir le pourtour méditerranéen en bateau et en voiture pour rencontrer des vignerons, chercheurs, techniciens. Le berceau de la vigne et du vin. Là-bas, le climat est très difficile et aride, la Méditerranée subit violement le changement climatique » plaide-t-il. Cinq mois de découvertes : l’Espagne, le Maroc, la Tunisie, la Sicile, la Crète, la Grèce, la Croatie, l’Italie, la Sardaigne et enfin la Corse, un voyage digne du nom de l’association. Malgré un départ prévu en avril 2020 retardé à cause du Covid-19, la team garde espoir et ne lâche rien. « Réaliser un documentaire vidéo de 50 minutes sur les problématiques observées sur le terrain pour sensibiliser les professionnels et les consommateurs de cet univers », tel est leur objectif ! Et en bonus, un volet scientifique avec la « création de contenus scientifiques vulgarisés, sous la forme de fiches techniques », ajoute-t-il.

Un projet soutenu

« Nous avons eu la chance de recevoir un soutien financier et médiatique de la part de plusieurs fondations et organismes ». La Fondation AgroParisTech, la Fondation pour la Nature et l’Homme de Nicolas Hulot et la Fondation Terroirs, paysages culturels, autant de supporters qui croient en sa réussite ! Cerise sur le gâteau : un partenariat avec l’Institut National de Recherche Agronomique, une aide sans pareil pour la mise en lumière des infos  scientifiques à proposer au public.

I can do it !

Dans la tête de Timothée, un avenir professionnel mêlant la vigne et le vin se dessine de plus en plus précisément. « La complémentarité de l’œnologie et de la viticulture est une force aujourd’hui. Dans mon futur, je voudrais aider les systèmes de productions viti-vinicoles à répondre aux besoins des filières tout en limitant leurs impacts environnementaux dans une approche agroécologique », prévoit Timothée.

Mes trois Tips pour réussir son projet étudiant :

  1. S’entourer des meilleurs
  2. Profiter du dynamisme et de la liberté étudiante
  3. Croire en soi et en son projet, même quand la plus grande crise sanitaire mondiale débarque !