Unique réseau hospitalier français dédié à 100 % à la lutte contre le cancer, Unicancer vise l’excellence dans la prise en charge des patients, la recherche sur les causes, le traitement et la prévention du cancer et l’enseignement et la formation sur ce thème. Jean-Yves Blay (HDR 96 à l’Université Claude-Bernard), Président de la Fédération Unicancer depuis octobre 2019 nous décrit les missions de ce centre au rayonnement international. 

 

Rassembler les expertises sur le cancer et les positionner au plus haut niveau de l’expertise et l’innovation internationale. C’est l’objectif de la fédération hospitalière nationale Unicancer, qui rassemble 20 centres français de lutte contre le cancer et 20 000 salariés. A sa tête depuis octobre 2019, le professeur Jean-Yves Blay, également directeur général du centre Léon-Bérard à Lyon, spécialisé en cancérologie. Le médecin a une feuille de route bien précise du cap à tenir, pour les trois prochaines années, afin de « transformer en profondeur et d’adapter » les missions d’Unicancer.

Développer la recherche clinique

Développer tout d’abord la recherche clinique, qualifiée par le professeur de « joyau de la fédération. Unicancer inclut plus de 6 000 patients dans ses essais cliniques, ce qui est assez rare, affirme-t-il. A l’échelle du pays, 50 % des articles produits en recherche clinique en France viennent d’Unicancer. » Autre volet : l’enseignement. « L’activité d’enseignement, du plus jeune étudiant en médecine jusqu’au praticien aguerri, est considérable et perfectible. Le but est de la consolider et de développer le lien avec les universités et faire valoir ce que l’on fait au niveau national et international », expose Jean-Yves Blay. Autre aspect à développer : l’ancrage territorial de la fédération. « Pour cela, nous allons poursuivre et consolider notre collaboration avec les acteurs locaux, régionaux et départementaux afin d’aider les établissements publics à déployer une recherche sur le cancer du meilleur niveau », explique Jean-Yves Blay. Au niveau national et européen, des partenariats se nouent d’ailleurs avec des associations scientifiques.

« Mutualiser les compétences »

Tous ces objectifs vont dans un sens : mettre le patient au cœur des démarches. « Nous voulons les mettre davantage au centre de processus de décision, dans des groupes de travail et inclure aussi des associations de patients qui font un travail remarquable », expose le président d’Unicancer. Pour cela, l’innovation a une place très importante. « Nous voulons consolider notre action de pilote de l’innovation en proposant en routine des services électroniques, de la médecine de précision, intelligence artificielle, en mettant en place des organisations nouvelles de prise en charge à domicile ou encore la télémédecine », illustre Jean-Yves Blay. Pour Unicancer comme pour le centre Léon-Bérard, être spécialisé dans la recherche contre le cancer est un véritable atout. « Cela permet de mutualiser les différentes disciplines, dans un fonctionnement transversal, explique le professeur. De plus, voir un grand nombre de patients permet une recherche de plus grande ampleur. »  

Avis aux jeunes médecins qui entrent au centre Léon-Bérard !

« Ils vont profiter de tout ce que l’établissement peut offrir en termes de savoir et de vision originale. Ils peuvent facilement aller en consultation, au bloc, dans les services de recherche. Ils sont d’ailleurs souvent en demande et cela leur permet de faire un premier pas dans la recherche et de voir si cela les intéressent. »   JobBoard Les Centres de Lutte contre le Cancer recrutent beaucoup de soignants, manipulateurs en radiologie et radiothérapie et médecins dans toutes les disciplines. « C’est une zone de formation. Certains partent ensuite vers d’autres voies, d’autres restent, précise Jean-Yves Blay. Nous gardons ceux qui sont attirés par la recherche et l’innovation. Il y a une grande exigence de qualité. »  

 

Chiffres clés : 18 centres de lutte contre le cancer, 20  sites, 530 000 patients pris en charge chaque année, 21 000 salariés, 800 essais cliniques, >2 milliards de budget annuel  

Contact : Jean-yves.blay@lyon.unicancer.fr

Maison Dior : mettez-vous au parfum

Parfums Christian Dior, Maison du Groupe LVMH, exporte son savoir-faire dans le monde entier. Guillaume Mechain, Directeur Supply Chain International, est le garant de la gestion des flux.

Generix Group : d’une entreprise française to be au BtoB à l’international

Generix Group édite des logiciels pour la supply chain pour les écosystèmes industriels, logistiques et du retail du monde entier. Success story.

Service civique : le bon plan insoupçonné

Engagement, alternative au stage, accomplissement personnel, expérience professionnelle… Toutes les raisons sont bonnes de tenter un service civique.

Intégrer le monde des Nanotechnologies avec Mentor, une société du groupe Siemens!

Leader mondial de l’EDA, Mentor, une société du groupe Siemens conçoit et vérifie des circuits électroniques et des logiciels embarqués, explique Bruno Garnier, Director Operational Programs.

DORIS Engineering : Rejoignez les architectes de l’énergie en mer

DORIS Engineering construit sa réputation sur le design de superstructures pour le monde maritime. Rencontre avec Xavier Grandiaud, Directeur Général Délégué et Olivier Benyessaad, Head of Business Développement.

CLIMESPACE : rejoignez une entreprise rafraîchissante !

Filiale d’ENGIE, CLIMESPACE développe et exploite le réseau de froid urbain de la Ville de Paris depuis 1991. Jean-Charles Bourlier, le directeur général, nous parle des projets de son entreprise.

Sofimac Investment Managers : la création de jeunes pousses, c’est l’avenir !

« Le nouvel eldorado, c’est la création de start-up ! », assure Pascal Voulton, Président de Sofimac Investment Managers

Avec GSK, devenez le leader de votre carrière

Comment GSK fait la différence ? Entretien avec Frédéric Martin (CentraleSupélec 2003), VP & Commercial Director Oncology de GSK.

Rejoindre Veolia Eau d’Ile-de-France, ça coule de source !

Filiale du leader de la gestion optimisée des ressources, l’entreprise produit l’eau potable pour 151 communes en Ile-de-France et 4,6 millions d’habitants.

Elekta ose pour la bonne cause !

Cette compagnie suédoise fondée ne 1972 par un neurochirurgien est à la fois une jeune entreprise agile et un expert historique de la radiothérapie. Objectif : lutter contre le cancer.