Les métiers de l’environnement et de l’agriculture ont le vent en poupe. Arboriculture, horticulture, maraîchage, vigne et vin, paysages et espaces verts, forêt, grandes cultures, élevage et tous les métiers du service à l’agriculture sans compter la fonction commerciale et les métiers de l’énergie verte : 926 000 personnes et 55 milliards de chiffre d’affaires. Du CAP au diplôme d’ingénieur ils offrent de nombreuses possibilités d’insertion professionnelle : 50 000 salariés sont recrutés chaque année, 1 400 postes en 2010 en agroalimentaire et grande distribution, 5 000 recrutements dans les entreprises du paysage en 2008-2010 (+32 % d’entreprises nouvelles dans ce secteur), 11000 emplois en 2010 dans le secteur des services aux personnes et aux territoires. 75 % des diplômés sont en emploi avant 6 mois. Des formations ouvertes à l’apprentissage, du niveau CAP agricole au diplôme d’ingénieur.
Le métier de paysagiste recouvre un ensemble de métiers relatifs à l’aménagement des espaces publics ou privés qui vont de l’agent paysagiste au paysagiste DPLG niveau ingénieur, en passant par le conducteur de travaux paysagers, le paysagiste d’intérieur ou le responsable d’études.
C’est un artiste chargé de créer, d’aménager de restructurer des espaces verts en milieu urbain, rural ou dans le cadre de grands travaux publics ;
C’est un expert qui réalise le diagnostic paysager et met en oeuvre les meilleures solutions techniques ;
C’est un manager de projet qui réalise toutes les études et tous les documents (croquis, plans, esquisses) pour conduire le projet ; C’est un gestionnaire administratif et financier qui élabore tous les documents du projet (réponse à un appel d’offres, acte d’engagement),fournit les éléments techniques (plans terrassement, irrigation, plantations..) et inscrit le projet dans un cadre budgétaire. Il a des compétences en architecture, travaux publics, génie civil et horticulture et doit aussi maîtriser les techniques de maçonnerie, électricité, hydraulique… et utiliser les logiciels de DAO (dessin assisté par ordinateur), il s’intéresse à la botanique, à l’histoire à la culture… et possède la connaissance des procédures administratives et juridiques propres à son métier.
Le métier s’exerce en agence spécialisée, en libéral ou dans le cadre de services publics avec des architectes, des urbanistes, des ingénieurs, des horticulteurs… Les formations qui permettent d’accéder à la pratique de ce métier se situent à différents niveaux : CAP – Bac Pro – Bac Technique – BTS agricole, travaux et aménagements paysagers ou horticulture – diplôme d’ingénieur des travaux paysagers ou paysagiste DPLG.

 

Pour vous renseigner sur les métiers, les débouchés et les offres d’emploi :
www.lesmetiers.net
www.apecita.com
www.anefa.org
www.entreprisesdupaysage.org

 

Elie de Saint Jores
Directeur Général du CERFAL