Soyons francs : il n’y a tout simplement pas d’intelligence réelle dans l’intelligence artificielle (IA). C’est parce que l’IA d’aujourd’hui est composée d’algorithmes très sophistiqués, dont les résultats sont obtenus par de lourds calculs. Le résultat : elle est excellente pour gérer des tâches routinières, régularisées et à forte intensité de main-d’œuvre, avec des objectifs clairs, mais elle est nulle pour prendre en charge des processus ouverts et non standardisés.

 

 

LA VÉRITABLE SOURCE DE VALEUR

L’IA seule n’est donc pas une garantie de création de valeur pour les organisations. Au contraire, le véritable pouvoir de l’IA réside dans son utilisation en collaboration avec les humains. Nous aurons toujours besoin des humains pour traduire et développer les dernières technologies. Et nous aurons toujours besoin des humains pour donner du sens et établir des liens qui nous inspirent et nous relient dès que nous mettons la technologie au rancart. Les micro puces et les robots ne peuvent pas et ne remplaceront pas les relations.

 

HUMAN-IN-THE-LOOP

C’est pourquoi la meilleure façon de réaliser le potentiel de l’IA est de mettre en place un « humain dans la boucle« . Il est vrai que pour de nombreuses activités, il est tout à fait logique d’utiliser des algorithmes pour automatiser entièrement le travail répétitif effectué par l’homme (par exemple, le personnel doit « observer » les détails des documents écrits et les saisir manuellement sur les ordinateurs). Cependant, pour tirer pleinement parti de l’IA, il est nécessaire d’impliquer des humains pour assumer les tâches que les machines ne peuvent pas facilement accomplir (par exemple, automatiser les processus standardisés mais utiliser des humains pour contrôler la qualité des résultats, ce qui améliore les performances des algorithmes). Souvent, l’intelligence artificielle n’est bonne que lorsque l’intelligence humaine est également impliquée.

 

LE POUVOIR AU PEUPLE

Beaucoup de gens pensent que plus la technologie de l’IA est puissante, plus ils seront capables d’atteindre des résultats. C’est une fausse idée : ce n’est pas la puissance brute de l’IA qui compte. Ce qui est bien plus important, c’est de réfléchir au rôle de l’homme dans la mise en place de l’IA, aux flux de travail et aux processus sous-jacents ainsi qu’à l’infrastructure informatique de soutien. En d’autres termes, un dispositif dans lequel les machines et les personnes travaillent bien ensemble sera le champion de l’utilisation de l’IA la plus puissante sans aucun support humain.

 

BLACKBOX vs WHITEBOX

Il y a un autre avantage important à faire collaborer les humains et les machines. Généralement, dans l’apprentissage machine, nous ne pouvons voir que les entrées et les sorties des algorithmes. La façon dont ils arrivent aux résultats observés est souvent un mystère complet pour nous. L’application de ces algorithmes « boîte noire » dans divers aspects de notre vie quotidienne, comme dans le système judiciaire, peut entraîner d’énormes problèmes sociaux et éthiques. Cela n’est pas non plus acceptable pour les entreprises : les dirigeants peuvent-ils justifier l’utilisation d’algorithmes sans pouvoir expliquer clairement et complètement leur fonctionnement ? Ignorer l’IA de la boîte noire ne ferait qu’entraîner des coûts supplémentaires, des inefficacités opérationnelles, des atteintes à la réputation et même des répercussions juridiques. Une bien meilleure alternative est l »IA boîte blanche », qui consiste à construire un système compréhensible, justifiable et vérifiable par nous. À bien des égards, il est préférable d’avoir un système basé sur l’IA, dans lequel de nombreuses activités simples sont effectuées par l’IA, laissant le reste aux humains, plutôt que d’avoir des algorithmes extrêmement sophistiqués pour faire fonctionner l’ensemble du système.

 

L’intelligence réelle derrière l’intelligence artificielle : intelligence collaborative ?

Un outil en soi est inutile. Il faut une personne pour en tirer le meilleur parti. L’IA telle qu’elle existe aujourd’hui n’est rien d’autre qu’un outil. Grandir, changer, explorer, repousser les limites ne peut se faire qu’avec une relation symbiotique entre l’homme et la machine. La voie à suivre n’est pas tant celle de l’intelligence artificielle que celle de l’intelligence collaborative.

 

Terence Tse, professeur d’entrepreneuriat et directeur du Master en gestion et leadership de la transformation numérique, ESCP Business School. Il est cofondateur et directeur exécutif de Nexus FrontierTech, une société de mise à l’échelle de l’intelligence artificielle basée à Londres et à Singapour