Avec un taux de 45 % dans les entreprises du FBS 120, la France est LA championne du monde de la féminisation  des conseils d’administration. Caroline de la Marnierre, Directrice Générale de l’Institut du Capitalisme Responsable vous donne les clés pour suivre l’exemple des entreprises françaises qui font rimer, avec succès, mixité et performance business.

 

#1 Mettre en place des objectifs mixité indexés sur la partie variable de la rémunération des dirigeants

Lorsque des mesures sont instituées en faveur de la mixité, elles ne sont pas toujours prises au sérieux la première année.  Mais quand l’objectif n’est pas atteint à la fin de l’année et que les bonus des top managers s’en trouve entamés, c’est l’électrochoc et la prise de conscience immédiate ! Un dispositif extrêmement efficace mais pas pour autant négatif. Les dirigeants ont un logiciel qui est celui de la performance, ce sont des compétiteurs qui fonctionnent aux bonus. Cranter la mixité dans ce mode de fonctionnement s’avère donc tout à fait pertinent.

#2 Créer un écosystème favorisant la mixité

Il s’agit d’inscrire dans l’entreprise une culture de la diversité au sens large. Cela passe notamment par le vocabulaire. La féminisation des titres par exemple, mais aussi une approche juste, ni masculine ou féminine, dans le jargon de l’entreprise. Il faut également que la gouvernance encourage l’émergence d’un écosystème en faveur de la mixité : on doit sentir un véritable engagement sur ce sujet de la part du CA et du ComEx.  Non pas une posture, mais bien un élan sincère mettant l’entreprise en phase avec la société civile. Créer un lien entre l’intérêt de féminiser l’entreprise à tous les niveaux hiérarchiques et la performance. La mixité c’est un chemin de tolérance, la tolérance c’est la modernité et la modernité c’est la performance !

#3 Développer des réseaux mixité… mixtes !

Non pas des réseaux genrés mais des réseaux où hommes et femmes font, ensemble, de la mixité un sujet d’entreprise. Car l’égalité dans l’entreprise est au service de sa compétitivité… et donc de tous ses collaborateurs.

#4 Trouver des symboles forts

Pas si simple mais particulièrement efficace ! Ainsi, un groupe qui met en place un congé maternité de 16 semaines (soit beaucoup plus que dans de très nombreux pays) à l’échelle mondiale envoie un message particulièrement fort. Par cet investissement très lourd, il dit « pour nous la mixité est un enjeu majeur ». Il en va de même avec une politique d’expatriation favorisant la conciliation vie pro / perso par exemple.

Le don’t absolu : cliver hommes et femmes

Evitez à tout prix les clivages hommes Vs. Femmes. Pour moi la mixité doit impérativement être inclusive et rejoindre la diversité. C’est l’acceptation de la différence, l’adaptation à notre monde. Toute posture d’enfermement, où on se retranche sur soi pour exclure l’autre est le point majeur à éviter. Dire qu’une femme est plus performante qu’un homme est une erreur. Homme ou femme, nous sommes différents et c’est parce qu’on est différents qu’on est plus performants, ensemble.

Je suis manager, comment aider une femme de talent à sortir du rang ?

En la rassurant ! Prouvez-lui que sa vie ne deviendra pas un enfer si elle prend des responsabilités importantes, que monter dans la hiérarchie est avant tout un projet enthousiasmant. Valorisez les bénéfices de la mixité dans l’équilibre d’une équipe. Faites-lui prendre conscience que si vous voulez la promouvoir, ce n’est pas pour lui faire plaisir mais pour faire performer l’entreprise.

 

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.