La résilience ou l’art de résister aux chocs. Un must-have pour les managers au plein cœur du post-Covid. Mais comment muter en quelques mois en dirigeant résilient ? Eclairage

 

Qui dit situation de crise pour une entreprise, dit clarification et renforcement des compétences stratégiques de ses managers. Et parmi les compétences stratégiques essentielles pour dompter « le monde d’après » : la vision éclairée. « Un manager doit avoir une vision éclairée de ce qui se passe dans le monde actuel, des enjeux économiques et environnementaux planétaires et des impacts sur la raison d’être de son organisation et sa manière de produire » indique  Agnès Muir-Poulle, professeur à Grenoble Ecole de Management. Une vision long terme pas toujours facile à concilier avec les urgences d’une situation de crise aussi soudaine que celle engendrée par le Covid-19. Mais ça, le manager résilient en fait son affaire ! « Il sait se projeter dans le futur en dépit du stress d’une adversité, il sait maintenir une confiance et réguler ses émotions et celles des autres face à une crise majeure et surtout, une crise qui dure. »

 

Take care !

Et pour cela, le manager résilient doit d’abord s’occuper de sa résilience à lui. « L’épuisement des leaders est un vrai risque. Il faut savoir s’arrêter pour conserver des capacités de concentration, travailler les compétences d’intelligence collective pour coconstruire, avec les autres, dans une posture de confiance mutuelle. Arrêtons de croire que le manager sait tout et formons-le plutôt à avoir une posture de facilitateur de l’intelligence collective. »

 

Tous résilients ?

Mais est-ce à dire que tout manager peut devenir résilient ? « Oui, à condition de prendre du temps pour identifier les compétences et ressources qu’il a déjà su mobiliser, voir comment il peut de nouveau les mobiliser concrètement et quels effets seront produits » insiste Agnès Muir-Poulle.

 

Les 4 essentiels du manager résilient

#1 Se sentir en sécurité.

#2 Etre relié à autrui, garder le lien et la coordination avec ses collaborateurs, même à distance.

#3 Retrouver le sentiment d’auto-efficacité. Développer une écoute active permettant à chacun d’être conscient de ses compétences pour affronter la crise.

#4 Délivrer un message de transparence sur la situation économique de l’entreprise et montrer qu’on met tout en œuvre pour conserver le projet d’entreprise et la confiance dans les collaborateurs.