Quoi de plus traditionnel et proche des gens qu’une quincaillerie au coin de la rue ? C’est à partir de cette réflexion qu’est née La Quincaillerie. Une agence pluridisciplinaire qui ambitionne de rendre le digital accessible à toutes les entreprises selon trois piliers clés : l’identité visuelle, le développement web et la publicité digitale. 

 

Depuis bientôt 2 ans, cette agence digitale de Lille accompagne plus de 180 clients à travers la France, dans tous les domaines, en démocratisant au maximum tous les aspects du digital pour les entreprises.

Une agence fondée par trois étudiants

Maxence, Louis et Hugues se sont connus grâce à une passion commune : la webradio. Ils ont animé pendant leurs années de lycée la webradio “ExtraDance”, une junior association qui réunissait les passionnés de musique électronique dans un cadre favorisant la libre expression. Le temps des études supérieures venu, le trio décide de se séparer pour étudier. Maxence part en classe préparatoire puis intègre Montpellier Business School, Louis passe de la prépa aux Mines de Paris et Hugues rejoint l’ISCOM Paris. A côté de leurs études, les trois entrepreneurs en herbe commencent des missions en freelance, mettant ainsi les compétences acquises par leur expérience associative et les cours au profit de leurs clients. “Ceci nous permettait à la fois d’avoir un job étudiant intéressant et ultra-flexible, d’apprendre mais aussi de gagner de l’argent facilement à côté de nos études. C’était une situation assez confortable !” nous confie Hugues.

Tous les trois freelances, ils se retrouvent, échangent leurs contacts et collaborent ensemble. “Hugues avait des missions en lien avec le marketing et la communication, Louis avec le développement web et moi je m’occupais de missions en lien avec l’aspect commercial mais aussi la création de sites web. Nous étions donc très complémentaires dès le départ !” dit Maxence. C’est cette complémentarité de compétences qui a poussé Maxence, Louis et Hugues à fonder La Quincaillerie. Ayant déjà travaillé ensemble par le passé grâce à l’associatif et en freelance, il leur semblait normal de continuer sur leur lancée.

L’agence la plus marteau de France

Leur agence a démarré en tant que collectif de freelances. Le trio a en effet réuni plusieurs connaissances de leur réseau, tous freelances, autour de leurs thématiques de prédilection. “Le collectif a atteint une douzaine de freelances en très peu de temps. Nous avons continué à gérer nos études en parallèle et prenions des missions partout en France. Cela a très bien fonctionné pendant deux ans, mais pour passer la vitesse supérieure, il nous fallait un autre mode de fonctionnement”, nous explique Louis. C’est dans cette optique que Louis, Maxence et Hugues décidèrent de pivoter (oui, même pour une entreprise normale, un pivot est possible !), de passer à un business model d’agence plus classique, et d’internaliser les prestations. Maxence confirme ce choix : “La Quincaillerie est beaucoup plus efficace maintenant, et le freelancing n’était plus adapté au type de missions que nous souhaitions couvrir.

La Quincaillerie accompagne donc ses clients sur 3 domaines clés :

  • L’identité : création d’identités visuelles, communication digitale (sur les réseaux sociaux principalement), rédaction de contenus et de stratégies de communication et de marketing.
  • Le développement web : leur équipe de développeurs se charge de créer des sites vitrines et e-commerce sur-mesure pour leurs clients en un temps record. Mais La Quincaillerie réalise également des applications et des plateformes entièrement sur-mesure.
  • La publicité digitale : les régies de Facebook, Google et LinkedIn sont les terrains de jeux favoris des consultants en SEA et publicité digitale.

Notre offre est elle aussi très logique : nous accompagnons les entreprises de la création de leur logo jusqu’à la promotion de leur projet sur les régies publicitaires en passant par la création de tous leurs supports de communication.” La Quincaillerie compte de nombreuses références : Le Comptoir Volant, les marques d’appareils photo Ricoh, Pentax, Theta, les centres esthétiques BODY’Minute, GRDF Nord-Ouest… Auto-proclamée “Agence la plus marteau de France”, La Quincaillerie ne cesse de trouver de nouveaux clients et a déjà embauché 5 personnes depuis un peu moins de 2 ans. Une belle progression donc, mais pourquoi ?

La différence : elle est dans le nom !

Hugues MARCHAL, Louis BOULAGNON, Maxence WYTS : les trois cofondateurs de La Quincaillerie. ©Thomas Perun

Maxence, Louis et Hugues étaient d’accord sur une chose : le digital est une terre inconnue pour beaucoup d’entreprises, surtout les PME. Trop complexe, trop jargonneux, trop technique… La Quincaillerie a pour mission de vulgariser le digital auprès des entreprises. “Nous avons fait le choix d’utiliser le moins de mots anglais et jargonneux possible, pour ne pas perdre nos clients et prospects avec des termes qu’ils ne maîtrisent pas, en leur donnant des conseils pratiques et applicables. Ainsi, la compréhension est bien meilleure entre eux et nous ! Nous mettons fortement l’accent sur la proximité et c’est ça qui fait notre différence au sein de la grande concurrence des agences digitales. Rien qu’à Lille, elles se comptent par dizaines, on se devait d’être différent”, souligne Maxence.

Cette proximité est renforcée par leurs nombreuses actions sur le terrain. “Malgré le fait que nous sommes une agence purement digitale, nous avons pris conscience très vite qu’il fallait être présents physiquement. C’est pour ça que nous nous sommes engagés et avons créé nos propres évènements de networking.” En effet, La Quincaillerie organise de manière régulière un apéro networking à Lille, afin de réunir les entrepreneurs pour qu’ils puissent se rencontrer et s’échanger des bons tuyaux. On vous laisse deviner le nom : Les Bons Tuyaux ! Toujours logique, non ? Et même en période sanitaire difficile, les trois entrepreneurs continuent d’animer ces apéros networking en visioconférence… 

Et la suite ?

Une nouvelle agence est en cours d’ouverture à Montpellier, en collaboration avec un ancien membre de leur collectif de freelances : Charlotte. Comme quoi, ils n’ont pas oublié leurs origines entrepreneuriales et souhaitent se rapprocher de leurs clients du Sud ! Peut-être d’autres villes dans les mois à venir ? En tout cas, La Quincaillerie s’engagera dans les prochains mois auprès d’une association locale afin d’apporter leur aide dans la création de projet solidaire et continuer de s’ancrer dans l’écosystème lillois. Une évolution à suivre de près pour cette jeune équipe très prometteuse !