L’apprentissage est le fruit d’une longue tradition de formation : en artisanat, restauration, boulangerie, hôtellerie, comme dans tous les métiers de l’industrie. Cette formule s’adapte naturellement à la formation des ingénieurs pour les accompagner vers un métier toujours plus opérationnel et managérial.

 

Depuis plus d’une trentaine d’années, les écoles d’ingénieurs, dont l’ESILV, proposent cette alternative à la voie classique pour obtenir le diplôme d’ingénieur. Tout autant de diplômés et de carrières qui démontrent la qualité de cette voie. La nouvelle réforme de l’apprentissage va dans ce sens, en permettant d’augmenter le nombre de places dans les écoles.

Les + de l’apprentissage

L’apprentissage pour les ingénieurs donne la possibilité de se former à un diplôme de haut niveau tout en mettant un pied dans la vie active dès le début de la formation. L’emploi du temps s’appuie sur une alternance entre les périodes d’enseignements théoriques à l’école et des périodes de formation pratique et de travail à accomplir en entreprise.

Le diplôme d’ingénieur préparé via le statut apprenti est identique à celui préparé par les étudiants en parcours classique. Les compétences acquises sont les mêmes mais les méthodes d’enseignement s’adaptent à l’univers de l’apprenti, naturellement plus porté sur une pédagogie concrète par sa proximité avec le monde de l’entreprise. Un tuteur pédagogique est désigné pour l’accompagner et s’assurer de l’adéquation entre la formation reçue à l’école et celle reçue en entreprise.

Le parcours

L’apprenti entre dans l’entreprise comme un étudiant et en sort en professionnel muni de trois années d’expérience. Cette montée en puissance passe par l’intégration de l’apprenti comme un membre à part entière de l’équipe qui l’accueille. Toujours en formation, son tuteur entreprise le suit et le guide. Les tâches du début se transforment en projets d’envergure à mesure que l’apprenti gagne en maturité et en autonomie : il devient acteur de son entreprise. En particulier, l’alliance de la théorie acquise à l’école et les missions pratiquées en entreprise lui permettent de monter rapidement en compétences. C’est donc dans les conditions réelles du quotidien, proche du terrain, qu’il apprend son métier pour ensuite s’investir dans des projets à responsabilité en fin de parcours.

Pour autant, l’apprentissage en école d’ingénieurs n’est pas synonyme de connaissances restreintes : par exemple, à l’ESILV, La formation comprend le même socle solide en sciences que la formation classique afin de les doter de toutes les compétences nécessaires à un ingénieur généraliste dans le numérique. Les enseignements de la majeure viennent donner ensuite un réel savoir-faire dans le domaine choisi.

Une fois diplômé, l’apprenti arrive sur le marché du travail avec un sérieux atout : une première expérience professionnelle. Souvent exigée sur les offres d’emploi, l’accès à une première embauche s’en trouve facilité. De plus, le diplômé apprenti peut se prévaloir d’une capacité à être opérationnel dès l’embauche. Il connaît les méthodes de travail et peut s’intégrer immédiatement. C’est d’ailleurs pour ces raisons qu’à l’ESILV, bien souvent, son entreprise d’accueil, qui voit en l’alternance un pré-recrutement, lui propose un CDI, avec une meilleure rémunération que les étudiants non-apprentis.

La récente réforme élargit les possibilités d’accès à l’apprentissage pour permettre à un nombre toujours plus grand d’étudiants de suivre cette formule d’avenir : à vous d’en faire partie !

à lire aussi :

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

« Ingé et alternant, pourquoi pas moi ? »

« Ancienne étudiante en DUT Génie Mécanique, j’avais très envie de poursuivre en école d’ingénieur tout en gardant ce côté pratique du DUT. J’ai donc naturellement opté pour un cursus en alternance, sans regrets ! Je partage mon temps entre une formation qui me plait à l’ESILV (92) et mon travail très intéressant à STELIA Aerospace (80). C’est assez intense, mais on s’y fait très vite, et ça permet de ne pas se lasser. Cela me permet de découvrir beaucoup de choses différentes, en entreprise et à l’école, et d’être déjà intégré dans le milieu professionnel, ce qui est très avantageux. » Audrey VANDEMBEUCHE, ESILV en Mécanique/Numérique et Modélisation – Industrie 4.0

 

L’auteur est :

crédits Paul Léonard de VinciAssia SpicherResponsable des Bachelors, de l’alternance et des missions en entreprise,  ESILV (Ecole Supérieure d’Ingénieurs Léonard de Vinci)

Le bio : pari gagnant pour la grande conso

Les Français consomment de plus en plus de produits bio. Les grandes et moyennes surfaces les mettent alors en avant dans leur rayons. Alors, green-washing ou pas ?

Applications responsables : des éco-gestes à portée de main

Gratuites et disponibles sur IPhone et Android, téléchargez ces applications mobiles 100 % green et faites un pas vers un style de vie plus écolo.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Entrez dans la course contre les hackers avec Vade Secure

Vade Secure fait office de véritable exception à la française dans la cyber sécurité. De start-up, elle est devenue leader mondial dans la sécurité prédictive des emails.

Advitam distribution, la distribution autrement : proximité, nature et valeurs sont au cœur de notre entreprise

« Votre dynamisme et votre passion dans une entreprise, ancrée sur son territoire, aux valeurs humaines fortes » assure Mélanie Masse, DRH Advitam distribution.

Avec Michaël Jeremiasz, le handicap monte au filet

Quadruple médaillé paralympique, le tennisman français Michaël Jeremiasz fait de l’inclusion son cheval de bataille. Rencontre avec un champion qui conjugue sensibilisation et action

Allez droit au but avec Direct Assurance !

Comme l’explique son PDG Olivier Mariée, Direct Assurance, née du changement, s’adapte idéalement aux changements grâce à son agilité naturelle…

Notre top 5 des podcasts de l’été

Culture, humour, voyages, interviews… Ecoutez sans modération sur la plage, dans l’herbe ou partout où vous vous sentirez bien cet été, ces 5 podcasts, écoutés et approuvés par la rédaction.

« inwi, l’innovation au service de l’inclusion numérique »

Véritable challenger dans le secteur des télécoms au Maroc, inwi offre un environnement innovant et approprié pour développer les talents à l’ère digitale. Témoignage de Nadia Fassi-Fehri (X 90), Présidente Directrice Générale de inwi.

Le grand témoin – Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées

« En 2020, l’accès à l’emploi reste un de nos plus grands combats ». Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées revient sur les derniers engagements du gouvernement