L’apprentissage est le fruit d’une longue tradition de formation : en artisanat, restauration, boulangerie, hôtellerie, comme dans tous les métiers de l’industrie. Cette formule s’adapte naturellement à la formation des ingénieurs pour les accompagner vers un métier toujours plus opérationnel et managérial.

 

Depuis plus d’une trentaine d’années, les écoles d’ingénieurs, dont l’ESILV, proposent cette alternative à la voie classique pour obtenir le diplôme d’ingénieur. Tout autant de diplômés et de carrières qui démontrent la qualité de cette voie. La nouvelle réforme de l’apprentissage va dans ce sens, en permettant d’augmenter le nombre de places dans les écoles.

Les + de l’apprentissage

L’apprentissage pour les ingénieurs donne la possibilité de se former à un diplôme de haut niveau tout en mettant un pied dans la vie active dès le début de la formation. L’emploi du temps s’appuie sur une alternance entre les périodes d’enseignements théoriques à l’école et des périodes de formation pratique et de travail à accomplir en entreprise.

Le diplôme d’ingénieur préparé via le statut apprenti est identique à celui préparé par les étudiants en parcours classique. Les compétences acquises sont les mêmes mais les méthodes d’enseignement s’adaptent à l’univers de l’apprenti, naturellement plus porté sur une pédagogie concrète par sa proximité avec le monde de l’entreprise. Un tuteur pédagogique est désigné pour l’accompagner et s’assurer de l’adéquation entre la formation reçue à l’école et celle reçue en entreprise.

Le parcours

L’apprenti entre dans l’entreprise comme un étudiant et en sort en professionnel muni de trois années d’expérience. Cette montée en puissance passe par l’intégration de l’apprenti comme un membre à part entière de l’équipe qui l’accueille. Toujours en formation, son tuteur entreprise le suit et le guide. Les tâches du début se transforment en projets d’envergure à mesure que l’apprenti gagne en maturité et en autonomie : il devient acteur de son entreprise. En particulier, l’alliance de la théorie acquise à l’école et les missions pratiquées en entreprise lui permettent de monter rapidement en compétences. C’est donc dans les conditions réelles du quotidien, proche du terrain, qu’il apprend son métier pour ensuite s’investir dans des projets à responsabilité en fin de parcours.

Pour autant, l’apprentissage en école d’ingénieurs n’est pas synonyme de connaissances restreintes : par exemple, à l’ESILV, La formation comprend le même socle solide en sciences que la formation classique afin de les doter de toutes les compétences nécessaires à un ingénieur généraliste dans le numérique. Les enseignements de la majeure viennent donner ensuite un réel savoir-faire dans le domaine choisi.

Une fois diplômé, l’apprenti arrive sur le marché du travail avec un sérieux atout : une première expérience professionnelle. Souvent exigée sur les offres d’emploi, l’accès à une première embauche s’en trouve facilité. De plus, le diplômé apprenti peut se prévaloir d’une capacité à être opérationnel dès l’embauche. Il connaît les méthodes de travail et peut s’intégrer immédiatement. C’est d’ailleurs pour ces raisons qu’à l’ESILV, bien souvent, son entreprise d’accueil, qui voit en l’alternance un pré-recrutement, lui propose un CDI, avec une meilleure rémunération que les étudiants non-apprentis.

La récente réforme élargit les possibilités d’accès à l’apprentissage pour permettre à un nombre toujours plus grand d’étudiants de suivre cette formule d’avenir : à vous d’en faire partie !

à lire aussi :

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

« Ingé et alternant, pourquoi pas moi ? »

« Ancienne étudiante en DUT Génie Mécanique, j’avais très envie de poursuivre en école d’ingénieur tout en gardant ce côté pratique du DUT. J’ai donc naturellement opté pour un cursus en alternance, sans regrets ! Je partage mon temps entre une formation qui me plait à l’ESILV (92) et mon travail très intéressant à STELIA Aerospace (80). C’est assez intense, mais on s’y fait très vite, et ça permet de ne pas se lasser. Cela me permet de découvrir beaucoup de choses différentes, en entreprise et à l’école, et d’être déjà intégré dans le milieu professionnel, ce qui est très avantageux. » Audrey VANDEMBEUCHE, ESILV en Mécanique/Numérique et Modélisation – Industrie 4.0

 

L’auteur est :

crédits Paul Léonard de VinciAssia SpicherResponsable des Bachelors, de l’alternance et des missions en entreprise,  ESILV (Ecole Supérieure d’Ingénieurs Léonard de Vinci)

Generix Group : d’une entreprise française to be au BtoB à l’international

Generix Group édite des logiciels pour la supply chain pour les écosystèmes industriels, logistiques et du retail du monde entier. Success story.

Service civique : le bon plan insoupçonné

Engagement, alternative au stage, accomplissement personnel, expérience professionnelle… Toutes les raisons sont bonnes de tenter un service civique.

Intégrer le monde des Nanotechnologies avec Mentor, une société du groupe Siemens!

Leader mondial de l’EDA, Mentor, une société du groupe Siemens conçoit et vérifie des circuits électroniques et des logiciels embarqués, explique Bruno Garnier, Director Operational Programs.

DORIS Engineering : Rejoignez les architectes de l’énergie en mer

DORIS Engineering construit sa réputation sur le design de superstructures pour le monde maritime. Rencontre avec Xavier Grandiaud, Directeur Général Délégué et Olivier Benyessaad, Head of Business Développement.

CLIMESPACE : rejoignez une entreprise rafraîchissante !

Filiale d’ENGIE, CLIMESPACE développe et exploite le réseau de froid urbain de la Ville de Paris depuis 1991. Jean-Charles Bourlier, le directeur général, nous parle des projets de son entreprise.

Sofimac Investment Managers : la création de jeunes pousses, c’est l’avenir !

« Le nouvel eldorado, c’est la création de start-up ! », assure Pascal Voulton, Président de Sofimac Investment Managers

Avec GSK, devenez le leader de votre carrière

Comment GSK fait la différence ? Entretien avec Frédéric Martin (CentraleSupélec 2003), VP & Commercial Director Oncology de GSK.

Rejoindre Veolia Eau d’Ile-de-France, ça coule de source !

Filiale du leader de la gestion optimisée des ressources, l’entreprise produit l’eau potable pour 151 communes en Ile-de-France et 4,6 millions d’habitants.

Elekta ose pour la bonne cause !

Cette compagnie suédoise fondée ne 1972 par un neurochirurgien est à la fois une jeune entreprise agile et un expert historique de la radiothérapie. Objectif : lutter contre le cancer.

Talkwalker & Société Générale : la tech made in Luxembourg

Respectivement CEO de Talkwalker et Global Head of Market Solutions and Digital Transformation Officer à la Société Générale, Robert Glaesener et Bertrand Kauffmann ont deux points communs : l’innovation et le Luxembourg.