« Viens exprimer ton talent dans une mission au service d’enjeux partagés et vivre une aventure collective », lance aux Millennials Nicolas Hennon, (EDHEC Business School 95), directeur général monde de Kiabi. Rencontre avec un leader accessible et bienveillant au management solaire.

 

« Kiabi la mode à petits prix ». Un slogan en forme de signature qui fait le succès de la marque de vêtements depuis 40 ans. « Le monde change et nous aussi, indique Nicolas Hennon. Pour sublimer Kiabi, nous lui avons récemment attaché un second punchline : « Le bonheur vous va si bien ». C’est une façon de rappeler que nos clients, comme nos collaborateurs, ont besoin de respect et de mieux être. »

Des talents libérés

Et c’est d’ailleurs pour booster les compétences de ses équipes que Kiabi a initié une véritable transformation humaine et stratégique. « Nous avons créé des zones d’écoute one to one pour toucher « la tête, le cœur et les tripes » de nos collaborateurs. En parallèle, nous avons développé des formations à la communication non violente et sommes passés d’une organisation pyramidale, à une structure transversale où le Kiaber est au service d’enjeux partagés et non de pouvoirs. Enfin, tous les salariés ont accès s’ils en ont besoin à des coachs en développement personnel formés dans notre propre école de coaching. Nous sommes persuadés que l’entreprise peut-être un lieu d’épanouissement dès lors que le collaborateur a le sentiment de créer de la valeur. »

L’échec, gage de réussite

Une création de valeur qui n’est pas antinomique de l’échec. Pour Nicolas Hennon, le droit à l’erreur fait ainsi partie intégrante d’une carrière épanouie. « Nous développons au maximum les processus de « do, learn and do » et de valorisation du rapport au progrès plutôt qu’à la sanction. Si le collaborateur se sent en confiance, il va oser prendre des décisions qui créeront des décalages stratégiques. Certes, il peut se planter, mais il apprendra et deviendra un entrepreneur responsable. »

Un dirigeant à l’écoute

D’où l’importance d’être guidé par un leader inspirant, bienveillant et exigeant. « Je n’ai aucune honte à dire que je suis un dirigeant humaniste. Je continue de me former et de suivre des formations, à me faire accompagner par un coach, une thérapeute. Avec mes collaborateurs, je suis simple, humain et en confiance. J‘ai abandonné les signes extérieurs de pouvoir et je crée un environnement qui favorise la transparence. Tous les mois, je passe une journée avec une quinzaine de collaborateurs pour comprendre leurs attentes. C’est la journée «  KI Écoute ? » je me concentre sur ce qui fait sens ou non pour eux, sur ce qui est facile ou difficile ou s’ils ont des besoins précis ; s’ils se sentent écoutés, s’ils ont accès au sens profond de ce que nous voulons vivre chez Kiabi, pour le client, alors leur confiance naitra et leur énergie explosera.

Son ambition : offrir à chaque Kiaber, jeune ou senior, une aventure et des missions différentes tout au long de sa carrière. « Chez Kiabi, la mobilité est à tous les étages. C’est l’occasion d’avoir quinze vies en une ! »

En quête de leaders

Et des opportunités il y en a chez Kiabi, notamment dans la data. « 80% des métiers de 2035 n’existent pas encore, tout reste à faire ! Nous avons aussi besoin de personnalités solaires pour développer nos applications digitales, la supply chain et la RSE. On ne devient pas leader parce qu’on a exercé différents métiers, mais parce qu’on a 50 talents. »

 #MyEDHECTouch « J’y ai découvert une nouvelle culture de la famille via une communauté d’amis et de professeurs. J’ai apprécié cet environnement de confiance, de partage et de simplicité. Je n’ai jamais vu d’intervenants inaccessibles ou élitistes. Grâce aux cours d’analyse financière, de marketing, de droit des sociétés et d’histoire de l’art, j’ai développé et nourri ma culture de l’entreprise. L’EDHEC, c’est aussi le travail en collaboration et en intelligence collective pour faire émerger des solutions. »

Votre conseil fraternel ? « Aime-toi, et tu pourras prendre soin des autres. Travaille ta confiance et tu oseras des choses que tu ne peux même pas imaginer. Sois toi même pour sublimer tout ce que tu as appris. 

Chiffres clés : 2 Mrds € de CA / 18 pays / 10 000 collaborateurs dans le monde / 30 nationalités

Contact : n.hennon@kiabi.com

 

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.

France TV : construire ensemble la télé de service public de demain

Offrir des contenus de qualité au public le plus large en veillant au respect de ses missions de service public, tel est le défi que relève le groupe France Télévisions au quotidien. Explications de Francis Donnat, son Secrétaire général.