Alexandre Taillandier, 23 ans, étudiant en Master 2 à l’IÉSEG School of Management, étudiant-entrepreneur fondateur de La Bourse aux Livres. Depuis le début du confinement, son quotidien est bouleversé par l’impact économique de la crise et ses cours à distance. Témoignage.

 

Comment se passe le confinement ?

Alexandre Taillandier

J’ai dû changer mes habitudes. J’ai besoin d’être plus organisé parce que je dois tout gérer depuis chez moi, mais le rythme est toujours à peu près le même car mon temps est partagé entre mes études et mon entreprise. Sachant que tous les cours sont passés en ligne et que je travaille désormais à distance comme des millions de Français, il est d’autant plus simple de passer de l’un à l’autre. Mais c’est aussi plus difficile de faire la distinction entre les temps de travail et de détente qui se font au même endroit…

Comment organisez-vous vos journées ?

Mes études sont très importantes mais ma priorité reste ma startup : La Bourse aux Livres. J’y passe donc le plus clair de mon temps en dehors des cours. Pour être certain de ne rien oublier, j’utilise Google Calendar qui est synchronisé avec mon ordinateur et mon téléphone. Cela me permet de planifier précisément mes journées et de toujours savoir à quel moment je dois assister à un cours en ligne, réaliser un travail ou échanger avec quelqu’un au téléphone. C’est pour moi un incontournable, en télétravail ou non d’ailleurs ! Généralement, les cours ont lieu le matin et je me concentre sur l’entreprise l’après-midi et le soir. Cela me permet de bien séparer ma journée et d’éviter de jongler entre mes différentes activités. Ça ne rendrait pas les choses faciles de devoir alterner l’un et l’autre tout au long de la journée… ce serait le meilleur moyen de ne pas s’en sortir et de se fatiguer rapidement, ce qui est possible même en travaillant depuis chez soi !

Comment fonctionne l’enseignement à distance à l’IESEG ?

Comme mes cours sont concentrés le matin, cela m’oblige à garder le rythme et à me lever tôt. Dès 9h, je suis levé, lavé et prêt à bosser avec le premier cours. Toutes les sessions se font désormais en ligne grâce à l’application Zoom, et ce jusqu’à la fin de l’année. Cela fonctionne plutôt bien et étonnamment les cours sont assez interactifs : les professeurs adaptent leurs supports avec brio et les élèves jouent le jeu en posant des questions, presque plus qu’en présentiel. On ne va pas se mentir, certains en profitent tout de même pour faire autre chose derrière leur écran. La semaine dernière, une de mes camarades a eu la bonne idée d’aller jouer avec son chien sans couper le son de son micro… un moment hilarant ou gênant selon la perspective !

Et côté professionnel, vous avez donc su vous adapter au télétravail ?

ll a bien fallu car cela s’est fait presque du jour au lendemain ! Cela dit, nous sommes assez chanceux car nous sommes une petite équipe et le changement s’est fait assez naturellement. Afin de pouvoir communiquer efficacement, nous utilisons Slack beaucoup plus fréquemment qu’à notre habitude. Cette application de discussion instantanée permet d’organiser différents fils en fonction des thématiques et des projets. En complément, nous avons mis en place Discord pour discuter de vive-voix, presque comme si nous étions au bureau ! Cela combiné avec de petites pauses-café sur Curve Fever, on arrive à faire circuler les informations mais aussi à passer des moments sympas ensembles, malgré la distance.

Utilisez-vous des outils particuliers pour votre gestion de projet ?

Nous avions déjà pour habitude d’utiliser différents outils pour gérer l’organisation interne, avant la crise. Mais un télétravail complet oblige à plus de rigueur dans ses projets afin d’avoir un suivi précis. Nous utilisons donc :

  • Asana : un outil de gestion de projet, généraliste et complet. Segmenté par projets, c’est un registre des différentes tâches à faire, par qui et pour quand. Pour chaque tâche, on a la possibilité d’ajouter une description, des commentaires ou des pièces jointes.
  • Jira : un produit de la suite Atlassian, idéal pour le suivi des projets techniques. C’est là que nous rassemblons toutes les tâches relatives à l’exécution technique car à la différence d’Asana, on peut y intégrer du code, des versions…
  • Google Drive : très connu, très fonctionnel, c’est vraiment un incontournable pour conserver un espace de stockage en ligne qui centralise toutes les informations et tous nos documents.

Des conseils pour les personnes qui ont dû mal à s’organiser de chez elles ?

Se forcer à garder le rythme ! Se lever à heures fixes, travailler à heures fixes, mais aussi prendre des pauses, se détendre, regarder les nouvelles… Il faut un temps pour tout. Dans une journée normale, hors-confinement, il y a plein de petits moments de pause – comme les déplacements par exemple – qui nous permettent de segmenter nos activités, de penser à autre chose, de lire les actualités… Il faut donc continuer à le faire. C’est donc impératif de se donner des heures et de les respecter, pour le travail comme pour les divertissements. Sans ça, difficile de rythmer sa journée et ne pas se coucher à 5h du matin en passant la nuit sur Youtube ou Netflix !

Quels changements pensez-vous que cette crise va entrainer ?

Ce qui est certain c’est que l’urgence oblige à prendre des décisions radicales, sans forcément prendre en compte tous les paramètres. Ce n’est pas toujours le mieux mais ça a du bon : ça permet le changement. Pour le travail par exemple, en quelques jours, des milliers d’organisations, entreprises ou universités qui rechignent parfois depuis des années à mettre en place du travail à distance ont dû se prêter au jeu. Et le constat est là : à plein temps plein ce n’est pas l’idéal, mais ça fonctionne ! Pour les gens qui habitent loin de leur lieu de travail, en congé parental, ou qui souhaitent simplement plus de flexibilité, c’est intéressant de voir qu’ils peuvent aussi travailler depuis chez eux. Dans cette crise qui n’est facile pour personne, il faut aussi se dire que de nouvelles perspectives niveau travail et vie quotidienne s’offrent à nous.

 

Découvrez la startup d’Alexandre !

La Bourse aux Livres : une appli pour vendre ses livres au meilleur prix