L’appel de l’Ouest ! Son diplôme de Polytechnique en poche, Pascal Bensoussan (X 91), Chief Product Officer, a décidé de s’expatrier : direction les Etats-Unis. En intégrant Ivalua il y a quelques semaines, il retrouve avec grand plaisir le savoir-faire made in France de la pépite hexagonale implantée aux USA. Présentation d’une entreprise visionnaire.

 

Un pitch de présentation d’Ivalua ?

Notre base line ? Devenir une référence mondiale des logiciels de gestion des achats des entreprises. L’art d’acheter, c’est là que se trouve la clé de la différenciation sur le marché. C’est pour cela qu’Ivalua voit le jour en 2000. Cette plateforme a considérablement accéléré la croissance et la transformation digitale des entreprises. Factures numériques, e-Procurement, gestion des fournisseurs, Sourcing, gestion des contrats… Une solution Source-to-Pay complète et intégrée conçue pour accompagner ses clients à toutes les étapes de leur développement. Encore méconnu aux USA il y a quelques années, ce produit français est aujourd’hui en plein boom, en tête de l’industrie des logiciels Achats dans le monde. Parmi ses clients : IKEA, EDF, Michelin, Honeywell…

C’est ce qui vous a donné envie de rejoindre l’aventure ?

C’est un ancien Polytechnicien, David Khuat-Duy, fondateur d’Ivalua, qui m’a proposé le poste de Chief Product Officer car il voulait quelqu’un qui fasse le pont entre la culture française et la culture américaine. Basé aux Etats-Unis depuis plus de 20 ans, j’étais un candidat idéal. D’autant que j’avais cette envie de revenir à mes origines. Je connais le marché et la langue française et j’amène cette touche US tellement pratique et opérationnelle. En particulier, cette approche très américaine d’avoir une écoute fine et intelligente des besoins client, une attention particulière à l’expérience utilisateur, et cette capacité à prendre des risques.

Vous êtes basé en Californie depuis 1996. Pourquoi avez-vous répondu à l’appel de l’étranger ?

A la sortie de Polytechnique, j’ai senti que je devais suivre la trajectoire classique du Polytechnicien qui entre dans une grande entreprise, une banque ou un cabinet de consulting. C’est un beau parcours qui s’offre à nous une fois diplômé, mais moi j’aspirais à autre chose. J’avais la bougeotte. Je voulais voyager comme je l’avais fait pour mon stage de 2ème année en Australie, où j’ai cartographié l’habitat de Bilby, un marsupial en voie de disparition avec des technologies GPS de pointe. Ou comme mon stage de fin d’année à l’Ecole des Ponts en Tanzanie avec mon cousin vétérinaire pour enquêter sur la maladie de Carré qui décimait les lions du Serengeti. Je suis parti aux Etats-Unis par goût de l’aventure et j’y suis resté par amour ! Pour ma femme d’abord, mais aussi pour ce pays à l’orée de la révolution technologie des 90’s.

En quoi votre poste de Chief Product Officer est-il challengeant ?

Être Directeur de produit, c’est avant tout être un vrai entrepreneur. C’est être capable d’identifier le besoin d’un client, d’un marché et d’y apporter une solution qui marche. Chez Ivalua, je dois par exemple créer une vision qui définit clairement ce que l’on cherche à être et, plus important peut-être, ce que l’on n’est pas. Créer une feuille de route, fixer des objectifs, challenger les hypothèses émises. Malheureusement en France, ce n’est pas vraiment un métier qui s’apprend à l’école. Moi, je l’ai appris sur le tas. Il m’en a fallu des erreurs pour arriver où j’en suis aujourd’hui bien sûr mais… c’est un métier passionnant !

A quels grands défis pourront participer les X chez Ivalua ?

Nous sommes en train de créer un programme en réseau avec Polytechnique, voire d’autres écoles, pour permettre à 2 ou 3 stagiaires de nous rejoindre chaque année. Tout près de l’école ! La croissance nous permet de regarder plus loin, plus vite. Ils pourront notamment intégrer le pôle data science et IA, R&D et, pourquoi pas, la partie produit dont je suis en charge. Plein de beaux projets sont à venir. Chiffres-clés: + de 300 clients / Un taux de fidélisation de 98 % / 500 Mds $ d’achats gérés / + de 500 employés prévus pour fin 2019 Mail : job-emea@ivalua.com

Agroalimentaire/ grande distribution : en route vers transition alimentaire

Equilibre alimentaire, anti-gaspi, vegan, sans gluten, bio, locavorisme, AMAP, drive : l’ère de l’hypertransformation des aliments et des achats en hypermarchés est-elle en train de s’éteindre ?

Nouveau look pour un nouveau luxe

Plus casual, plus digital : vêtu de son nouveau look, le luxe est-il devenu plus accessible aux consommateurs ? C’est en tout cas le défi lancé aux jeunes diplômés qui rejoindront ce secteur.

Développeurs et codeurs : tout le monde se les arrache !

Focus sur la nouvelle formation de l’IESEG School of Management en partenariat avec Le Wagon par Caroline Roussel, Directrice Adjointe de l’IESEG School of Management.

Bonduelle : une boîte qui conserve sa fraîcheur

Légumes en conserve, frais ou surgelés, Bonduelle est une marque familiale, historique et iconique en France mais aussi à l’international.

Aéronautique & défense : qui sera le nouveau Thomas Pesquet ?

Travailler à la NASA ? Un rêve devenu réalité pour Alexandre Kling, diplômé de l’ENSMA. Zoom sur une filière aux multiples défis.

Recrutement, des lendemains qui chantent

Emploi des cadres : tous les indicateurs sont au vert, notamment pour les jeunes diplômés qui représentaient une embauche cadre sur 5 en 2019. Les tendances à ne pas rater en 2020.

{TRIBUNE} « Nous y voilà, nous y sommes »

Je le dis ici sans aucun cynisme : merci coronavirus pour ce coup de pied au cul aussi violent que salutaire Tribune de notre journaliste Jérôme Bourgine

Faites de votre marque une championne des réseaux sociaux !

Tuto des pros de l’agence digitale Braaxe : comment gérer les réseaux sociaux d’une marque ? Leurs 7 conseils.

Influenceurs : le marketing derrière vos écrans

Blogueur, Youtubeur ou Instagrameur, les influenceurs font rêver les Français. Mais qui sont-ils ? Coup de projecteur sur un nouveau métier.

E-tourisme : votre destination de rêve dans la poche !

Le tourisme aussi connaît sa révolution digitale. Comment les géants du tourisme se sont adaptés aux nouveaux modes d’achat et de consommation ? Eléments de réponse.