« Les métiers de l’assurance et de l’investissement offrent un poste d’observation extraordinaire des tendances de la société et de ses évolutions » lance Philippe Donnet (X 80), CEO Groupe Generali aux jeunes diplômés. Découvrez l’un des plus grands groupes internationaux d’assurance et de gestion d’actifs où la dimension humaine est très forte. « Le scope de l’assurance est très large : du scooter au char d’assaut, rejoignez-nous ! »

 

Le déclic qui vous a fait rejoindre le Groupe Generali il y a sept ans ?

Dans son interview, Philippe Donnet, CEO Groupe Generali propose aux jeunes diplômés de découvrir les métiers de l’assurance et de l’investissement

© Generali

À l’époque, j’avais quitté le secteur de l’assurance pour cofonder une société de gestion avec deux associés. Quand le patron de Generali m’a proposé de rejoindre le groupe et de m’installer à Venise, j’ai accepté pour le challenge professionnel et… pour l’opportunité de vivre dans cette ville au patrimoine historique et culturel exceptionnel.

 

Focus sur votre réactivité face à la crise de la Covid-19 ?

Notre stratégie offensive s’est avérée efficace également en défensif face à ce contexte inédit : nous avons maintenu notre rentabilité et confirmé tous nos objectifs financiers. Nous avons très rapidement mobilisé un fonds d’urgence international de 100 millions d’euros pour soutenir le monde médical et déployer des actions en faveur des petits entrepreneurs.

 

La « human Touch » made in Generali ?

L’assurance est un métier avant tout humain et pas financier. Il est lié à toutes les étapes heureuses ou malheureuses de la vie. Quand on parle d’assurance, on parle de soi, de ses enfants, de ses parents, de son business. C’est très émotionnel. Sur des sujets aussi personnels, on a envie de discuter avec quelqu’un de confiance, compétent qui vous conseille, plutôt qu’avec un ordinateur. Nous sommes convaincus qu’il faut conjuguer notre présence physique, via nos réseaux de distribution qui représentent notre marque, et le digital. Notre credo ? La relation est humaine, la transaction est digitale.

 

La révolution numérique dans l’assurance, synonymes d’opportunités pour les digital natives ?

Nous avons deux métiers : l’assurance et l’asset management. Le métier d’assureur a toujours été synonyme de gestionnaire de data. L’actuaire doit comprendre les taux d’intérêt, les probabilités et mesurer les risques. Mais cette culture n’est plus suffisante car elle est désormais indissociable de la data analytics. L’actuaire doit savoir créer des algorithmes qui permettent de gérer des data. Nous en recrutons régulièrement. Le data analyst est aussi essentiel dans la partie investissements qui suppose la gestion de 660 milliards d’euros d’actifs. Nous cherchons des profils d’investisseurs, d’analystes en asset management, donc des profils financiers avec une culture digitale forte.

 

La nouvelle génération en quête de sens, vous votez pour ?

Notre ambition est de permettre aux personnes de se construire un futur plus sûr en protégeant leurs vies et leurs projets. Parler de rentabilité et de dividendes, ça ne motive plus les jeunes. Même dans leur vie au travail, ils ont besoin d’un environnement moins formel et d’espaces collaboratifs comme le smart working. Ce qu’on peut faire tout seul devant son ordinateur, autant le faire chez soi. En revanche, quand vous venez au bureau, c’est pour partager une dynamique de groupe. La Covid a été un accélérateur de ces nouvelles tendances de travail et nous les avons déployées partout, notamment à Milan.

 

Upgrader les compétences, votre crédo pour booster les collaborateurs ?

Notre objectif est de valoriser le capital humain car nous voulons être un partenaire de vie pour nos clients mais aussi pour nos agents et nos salariés. Notre programme We LEARN permet de doter tous nos collaborateurs des compétences commerciales, numériques et comportementales indispensables dans ce monde en mutation. Nous avons aussi un programme de mentoring qui permet de réunir une personne d’expérience avec un jeune. Je crois beaucoup à ce couplage. L’ancien apporte une expérience profonde du métier et le junior, une nouvelle manière de voir les choses et des compétences technologiques.

 

Quel leader êtes-vous ?

J’ai une grande passion pour le sport, notamment le rugby et j’aime la compétition. Je ne me vois pas comme quelqu’un qui travaille, mais comme un compétiteur qui joue un match avec son équipe pour gagner. Grâce à l’X, j’ai aussi une culture militaire qui impulse mon style de management. Je crois à la rigueur, la discipline et aux vertus de l’engagement fort. S’il existe des prédispositions naturelles pour devenir leader, l’expérience est très importante. J’ai eu beaucoup de chance car j’ai appris tout au long de mon parcours et je continue à apprendre tous les jours. Je ne crois pas au patron arrogant qui sait tout et qui a une idée géniale tous les jours. Il faut être persistant, dérouler ses idées jusqu’au bout, les mettre en œuvre, en restant humble. Ça a fonctionné comme cela pour moi et je continue à croire à ces méthodes.

 

La confiance : clé de voûte de votre management ?

Je délègue beaucoup car je ne travaille qu’avec des gens en qui j’ai confiance. Il faut libérer et entretenir les énergies. La culture du compromis, c’est pour les politiques, pas pour diriger une entreprise. Je crois aux visions accompagnées de pragmatisme car il faut les mettre en œuvre. On se construit une vision en écoutant les autres tout en ayant des convictions.

 

Un anniversaire synonyme d’engagements

« À l’occasion de la célébration du 190è anniversaire du groupe, nous avons lancé plusieurs initiatives :

Fenice 190, un programme d’investissement de 3,5 milliards d’euros sur les cinq prochaines années, dédié à la relance durable des économies européennes impactées par la Covid-19.

– La réouverture du palais des Procuratie Vecchie sur la place Saint-Marc à Venise  qui abritera le siège mondial de notre fondation The Human Safety Net, véritable filet de sécurité humain. Elle a pour objectif de permettre aux personnes vulnérables d’améliorer les conditions de vie de leurs familles et encourage l’intégration des réfugiés à travers le travail et l’entrepreneuriat. »

 

#L’œilExpert : La tête et le cœur

« L’assurance est un métier de protection des personnes, de leur patrimoine, de leur santé. Certes, vous maniez des concepts mathématiques, statistiques, financiers sophistiqués et vous utilisez des technologies numériques, mais il faut aimer les gens. Mon crédo ? Pour être un bon assureur, il faut un cerveau, mais aussi un cœur et des tripes ! »

 

#MonExpérienceWaouh ?

« J’ai vécu deux ans et demi à Venise et j’en garde un souvenir incroyable. C’est un grand village de 45 000 habitants, avec des endroits sans touristes, posée au milieu de l’eau, sans voitures. Mais on y trouve aussi les composantes d’une ville moderne puisque c’est la Cité la plus câblée en fibre optique. C’est également une ville durable qui veut devenir capitale mondiale de la durabilité. Depuis mon arrivée, nous avons recréé une activité économique indépendante du tourisme via la rénovation de la Place Saint-Marc et des jardins royaux. Notre logo est le lion ailé de Saint-Marc, également symbole de Venise. »

 

>>>> Pour aller plus loin : Assurances & Mutuelles, Agroalimentaire & Grande distribution, Transport & Logistique, Luxe, Santé & Pharma, Télécoms, BTP & Construction, Energie, Défense, Banque & Finance, Industrie… Découvrez les 11 secteurs qui recrutent en 2021 et une trentaine d’entreprises qui ont besoin de vos talents cette année !