« Celui qui aime le contact humain, qui rêve d’entreprendre, qui a envie de s’impliquer dans un réseau en mouvement… sera heureux chez GEDEX ! » Cette coopérative spécialisée dans la vente de matériaux de construction s’est fait connaître du grand public en sponsorisant le rugby et ses valeurs. Elle fédère 200 chefs d’entreprise sur 500 points de ventes GEDIMAT et GEDIBOIS en France. Rencontre avec son Président du directoire, Yves Martin-Delahaye.

 

Une vie sous le signe de la coopérative

« Je ne l’ai pas choisi au départ, mais très vite ce système vertueux m’a passionné. » Yves Martin-Delahaye a démarré sa carrière dans le financement de coopératives pour le Crédit Agricole, puis chez Unigrains. Il est débauché en 1989 par GEDEX, la coopérative des enseignes GEDIMAT et GEDIBOIS. « Il y a une grande différence avec la franchise puisque les adhérents sont à la fois actionnaires, décisionnaires et clients de la coopérative. Ils maîtrisent ainsi leur destin collectif. Cela créé un niveau d’implication comme on en voit rarement dans les entreprises. »  Le système coopératif, c’est la force de l’indépendance et la puissance d’un groupe.

GEDIMAT va plus loin dans la mutualisation

Au-delà des fonctions support classiques : achat, logistique, merchandising, communication, études de marché, juridique… les patrons de points de vente GEDIMAT- GEDIBOIS ont mis en commun une partie de leurs bénéfices. Ils ont créé un établissement financier interne. « Nous accompagnons ainsi la transmission d’entreprises familiales ou la croissance externe ou lorsqu’un collaborateur souhaite racheter un point de vente et devenir ainsi adhérent. Pour un jeune qui nous rejoint en tant que salarié, je trouve enthousiasmante la perspective de pouvoir entreprendre au sein de l’enseigne en se mettant à son compte. »

Cap vers le futur

« Il ya toujours des projets et c’est ce qui fait que les collaborateurs restent fidèles à la société ! » Dernièrement, un travail sur la marque a été engagé. GEDIMAT a changé d’identité visuelle et l’harmonisation des points de vente est en cours. Un autre grand chantier concerne le digital.  » Nous travaillons actuellement sur l’uniformisation des systèmes d’information et des bases de données. Cela est indispensable, pour le 2è acteur que nous sommes et le leader des indépendants, pour adresser sur tous les canaux le client devenu omnicanal, renforcer notre offre e-commerce lancée il y a 6 ans, et se confronter à une concurrence polymorphe, y compris avec des pure players comme Amazon.

L’humain au cœur du métier

Les valeurs humaines, la richesse des relations, la diversité des actions pour accompagner les adhérents et développer le groupement, sont les leitmotivs de Yves Martin-Delahaye. « Nos magasins sont implantés sur certains territoires depuis plusieurs générations. Ils jouent un rôle important dans le tissu économique et social local. Les clients (60 % de professionnels) ne sont pas des anonymes. Nous organisons régulièrement des évènements et rencontres au niveau régional et national afin de renforcer ce lien durable entre les points de vente, et les salariés de la coopérative, dans un travail de collaboratif gagnant. » « Nous nous donnons les moyens d’accompagner et de faire grandir les collaborateurs via un centre de formation en interne et des dispositifs d’accompagnement métier. Chacun peut avoir une histoire à écrire chez Gedimat. »

Dauphine « une université pas comme les autres » En dehors du fait que j’y ai rencontré ma femme, je garde un excellent souvenir de cette formation qui a su trouver le bon équilibre entre théorie et pratique. Parmi les professionnels passionnants qui intervenaient, je garde en mémoire un inspecteur des impôts qui m’a donné goût à la fiscalité.

Les dirigeants cassent les codes ! « Il faut savoir donner du sens, impliquer ses équipes, en somme manager plutôt que diriger. Et s’entourer des meilleurs. Ceux qui craignent de recruter plus brillants qu’eux passent souvent à côté de quelque chose. »

« La philosophie de notre coopérative correspond assez bien à celle du rugby, à commencer par la règle n°1 : mettre l’individuel au service du collectif. »

Contact : patricia.caillot@gedimat.fr