LEADER INCONTESTÉ DES TECHNOLOGIES ET SERVICES MÉDICAUX MIS À DISPOSITION DES PATIENTS, GE HEALTHCARE NE SE CONTENTE PAS DE METTRE AU POINT DES SOLUTIONS À LA POINTE DE LA TECHNOLOGIE ; SES ÉQUIPES TACHENT ÉGALEMENT DE LES RENDRE LES PLUS ACCESSIBLES POSSIBLE ET D’AMÉLIORER DANS LE MÊME TEMPS LE SYSTÈME DE SANTÉ DANS SON ENSEMBLE. UNE MISSION QUI LES PASSIONNE. RENCONTRE AVEC PHILIPPE NAGEL, SON DRH ET… QUELQUES AUTRES !

 

PHILIPPE NAGEL, DRH DE GE HEALTHCARE

PHILIPPE NAGEL, DRH DE GE HEALTHCARE

 

 

Filiale d’une des deux grandes branches dans lesquelles General Electric s’investit, l’une financière, l’autre industrielle (Aéronautique, transports, énergie, équipements Oil & Gas, équipements médicaux…) GE Healthcare conçoit, développe, fabrique et vend du matériel médical. Son site de Buc, dans les Yvelines, emploie 1 500 personnes. Il regroupe le siège social européen de la Division Healthcare, et aussi un centre d’excellence mondiale de R&D et de production… Si la gamme des appareillages proposés par GE Healthcare est très vaste, le diagnostic y domine (IRM, scanner, Rayons X, interventionnel…), suivi par la technologie liée aux ultrasons (imagerie féminine et échographie) puis l’appareillage biomédical équipant les blocs (monitorage, suivi des patients, appareils pour l’anesthésie, la réanimation, respirateurs…) et, enfin, les produits de contraste utilisés dans l’imagerie et la médecine nucléaire. Sans oublier les équipements de recherche et bioprocédés destinés aux laboratoires pharmaceutiques !

 

“ Nous travaillons
à l’amélioration
de la qualité, de l’accessibilité et
de l’abaissement
du coût de la santé
dans le monde “

PARCOURS PROFESSIONNELS SUR MESURE
« Mais c’est certainement la division IT qui est la plus dynamique et structurante actuellement, achève son énumération, Christophe Lala, Directeur Général des fonctions de santé pour la France et le Benelux. Parce qu’elle permet d’importants gains de productivité et incarne l’avenir. Connecter les appareils pour réduire la durée d’hospitalisation, favoriser l’ambulatoire et, à terme, éviter aux gens de se déplacer, c’est la direction prise aujourd’hui et ce sont les techniques de l’information et le software qui vont le permettre. Aussi la branche IT recrute-t-elle de nombreux jeunes talents pour nous aider à avancer, anticiper ». Après avoir travaillé 15 ans aux ventes en France, Christophe est allé à Londres s’occuper commercialement des appareils de monitorage pour la région EMEA avant de partir à Istanbul monter le siège local et structurer la région (« les deux postes sur lesquels j’ai le plus appris »). Et de rentrer finalement en France : « Si notre couverture géographique est extrêmement complète dans le monde entier, nous couvrons également désormais tous les segments du marché, de l’entrée au haut de gamme ». « Diminuer les coûts globaux des systèmes de santé est devenu une priorité générale, prend le relais Chantal Le Chat, en charge du segment Interventionnel pour le Monde. On ne peut plus aujourd’hui mettre au point des solutions et des produits qui créent un coût additionnel. Comment intégrer le meilleur de la technologie dans ces conditions ? Voilà notre défi quotidien. Raison pour laquelle la seule R&D emploie ici 400 ingénieurs. L’innovation reste plus que jamais capitale, mais elle est envisagée sous un autre angle. Nous essayons surtout aujourd’hui de voir comment, grâce à la technologie, nous pouvons raccourcir les parcours hospitaliers, mieux maîtriser les traitements et optimiser tout à la fois les soins et les coûts ».

 

UNE VRAIE CULTURE D’ENTREPRISE
Diplômée de l’école de Physique- Chimie, Chantal Le Chat travaille depuis 29 ans chez GE Healthcare qui l’a, dit-elle « conquise ». Après 15 ans de R&D, elle a occupé différentes responsabilités dans plusieurs secteurs pour satisfaire sa soif de comprendre l’ensemble du système : de l’ingénierie aux Services, puis en ventes et marketing avant de prendre la responsabilité du segment Interventionnel.. « C’est peu de dire que la mobilité est encouragée au sein du groupe, intervient Philippe Nagel. Outre l’université interne de formation, notre rôle, aux RH est également de permettre à chacun de sortir de sa zone de confort pour apprendre de nouvelles choses et étendre ses expertises dans le but de pouvoir plus facilement évoluer. Mais ce qu’a dit Chantal me paraît essentiel pour les jeunes diplômés : notre secteur d’activités est sorti de la seule logique technico-financière pour devenir un acteur impliqué dans une évolution générale et positive des systèmes de santé : populariser nos appareillages très complexes en les rendant simples d’utilisation et le moins onéreux possible est au coeur de notre stratégie. C’est une mission enthousiasmante et, dans notre travail, au quotidien, cela se ressent. Cet esprit de changement est d’ailleurs présent jusque dans les fonctions support : tous ceux qui ont envie d’améliorer les méthodes, quelles qu’elles soient, sont bienvenus chez Healthcare ».

 

UN SITE MULTICULTUREL
« Lorsque l’on fait ses premiers pas à Buc, on a presque l’impression de passer à l’international, rebondit Pierre Verdet, Directeur de la Supply Chain passé de l’industrie automobile au siège européen d’Healthcare pour s’y occuper de lean manufacturing, puis du manufacturing dans son ensemble. Outre une activité très mondialisée présente au quotidien, on pénètre ici dans un village multiculturel où 45 nationalités, différentes sont représentées. Bien sûr, cela réclame un peu d’ouverture d’esprit, mais quelle belle façon d’apprendre à penser différemment et s’enrichir des différences apportées par les autres. Et le même éclectisme est pratiqué dans le choix des recrutements où c’est moins l’école qui compte que la personnalité et le talent. Un talent qui bénéficie ensuite de tous les appuis dont il a besoin pour s’épanouir. Nous avons au minimum deux réunions par an pour faire le point sur nos équipes et voir comment on peut faire grandir chacun. Culture du résultat, mais aussi du droit à l’erreur. Hiérarchie existante mais très accessible. Liberté individuelle d’évoluer pour trouver sa place et prise en compte de l’humain. Cette entreprise me semble avoir retenu le meilleur de ses deux cultures, américaine et française. Et cela porte des fruits .»

 

BIENVENU À BORD !
Louis Ducongé fêtait le jour de notre reportage sa première année dans l’entreprise. Embauché à la sortie de l’école des Mines à l’issue de son stage de fin d’études, il est responsable qualité sur une ligne de produits (mammographies  « Trois facteurs m’ont poussé à choisir ce secteur d’activité : le désir de demeurer au contact de l’excellence technologique et de l’innovation, la maturité relative de cette industrie où des chantiers considérables restent à mener (ce qui est aussi passionnant que challengeant !) et, enfin, le fait que le secteur soit porteur de sens. Cela compte de se lever chaque matin en se disant qu’on va travailler à améliorer la santé des gens. Quant au choix de l’entreprise, je l’ai effectué en raison de la confiance qu’Healthcare fait aux jeunes. Responsable d’une petite équipe pour un premier job, difficile de rêver mieux ; d’autant que la mobilité fonctionnelle comme géographique est considérable : 70 usines dans le monde pour évoluer (en m’en tenant à mes seuls centres d’intérêts actuels !). Ajouté à une réglementation très forte du secteur et un recours à l’anglais constant, j’estime que cette expérience équivaut à un 3e cycle au moins autant qu’un poste dans un cabinet de conseil… »

 

GE HEALTHCARE EN QUELQUES CHIFFRES
General Electric : CA 146 Mds $310 000 salariés
GE Healthcare : CA 18 Mds $47 000 salariés dont 17 000 en Europe
HE Healthcare en France : CA 1,5 Mds $2 600 collaborateurs

 

JB

 

Contact :
philippe.nagel@ge.comwww.ge.com/fr/carrieres