Rien ne destinait Alexandre Conflitti, étudiant de l’ISTEC, à devenir entrepreneur. Et pourtant, le voilà aujourd’hui PDG-fondateur de Hdrones : une startup de livraison par drone, sélectionnée parmi les 10 meilleures startups de la mobilité du futur par Start Alliance. Success story.

 

Tout a commencé l’année où Alexandre passait son bac. « Ma mère est tombée malade et elle ne pouvait pas se déplacer pour aller récupérer ses médicaments. Moi, je ne pouvais pas toujours être là pour elle car je devais aller en cours. Alors, c’est la gérante d’une pharmacie qui prenait sur son temps libre pour nous les déposer généreusement. » Ce technophile détecte une idée : faciliter les livraisons avec des drones. « Pour pouvoir livrer des personnes qui ne sont pas en mesure de se déplacer et qui habitent parfois loin, isolées dans des patelins où il est difficile d’avoir accès à certains produits, où les livreurs autoentrepreneurs ne viennent pas ou sont trop chers », argumente-t-il.

Chanceux ?

Gaëtan à gauche et Alexandre à droite ©Hdrones

Déterminé, il dépose en mai 2015 un brevet national sur son projet, « un mélange entre Uber et la voiture autonome. » Le succès est immédiat. « Je me fais directement contacter par le Ministère de la Défense qui autorise la construction du drone » n’en revient toujours pas l’étudiant. Conscient du potentiel, avec son pote et associé, Gaëtan Diawara, Alexandre se lance à 100 % au sein du réseau d’Etudiants-Entrepreneurs PÉPITE France en 2016. « En vrai, c’était un peu par hasard. On m’avait conseillé PÉPITE et j’ai déposé mon dossier 15 minutes après la fin des inscriptions sans me dire que je serais pris », avoue-t-il. Et il a bien fait ! Il remporte le prix du concours PÉPITE Pitch. Puis enchaîne les récompenses. Elior Group, Coca-Cola, La Fabrique Aviva, Alibaba… Certains devenus mécènes. « Et dire qu’au début, vu notre âge, on ne nous prenait pas au sérieux ! » Grande distribution, pharmaceutique ou encore restauration, Alexandre travaille désormais avec de grands groupes pour proposer sa solution de livraison rapide et innovante.

Talentueux !

©Hdrones

Aujourd’hui, Alexandre a 25 ans et a fait du chemin. En 4e année à l’ISTEC, école de commerce, il est étudiant le jour et entrepreneur la nuit (ou peut-être l’inverse ?). Quant à son projet, c’est devenu une véritable startup composée à 40 % d’étudiants.

Son nom ? Hdrones. « Le H vient de Home, pour signifier que nous livrons à domicile. » Toujours en phase de test, les prototypes sont déjà prometteurs et fonctionnels. « Un droniste contrôle l’appareil jusqu’au lieu de livraison, selon des coordonnées GPS. Sous le drone, un loquet transporte fermement le colis et le lâche une fois au sol. Notre particularité c’est que nos prototypes peuvent soulever des colis très lourds grâce à leurs 8 hélices autonomes », explique-t-il. Des prouesses techniques qui lui ont valu d’être invité VIP au Google Cloud Summit et exposant au centenaire de Citroën. Prochaine étape : lever 1,5 à 2 millions € de fonds en 2020. « Nous allons aussi proposer une formation gratuite en partenariat avec Pôle Emploi sur l’utilisation des drones. » Et si l’histoire ne faisait que commencer ?

« Si vous avez une idée, lancez-vous et faites-le à fond sinon ce sera quelqu’un d’autre qui le fera à votre place. »

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.