Conférencier et coach de dirigeants, Jean-Philippe Ackermann est chef d’entreprise associé chez Grow Up HR. A 21 ans, il décide d’être heureux pour le reste de sa vie ! Depuis, il partage son enthousiasme et explique pourquoi l’optimisme est une clé essentielle de la réussite. – Par Ariane Despierres-Féry

 

Décider d’être heureux rend-il heureux ?

Ce n’est pas parce qu’on décide d’être heureux que l’on ne connaît nécessairement que des succès. En revanche, il est infiniment plus facile d’être heureux si l’on a décidé de l’être ! Cette décision aide à gérer les rebonds, les difficultés.

Ainsi, lorsque j’ai été nommé DG d’une mutuelle de 25 salariés en faillite à 27 ans, si j’échouais c’était dans l’ordre des choses, si je réussissais, c’était tant mieux ! Je n’avais pas encore de compétences managériales affirmées, mais je nourrissais déjà des convictions : si je veux que l’entreprise fonctionne, chacun des 75 salariés doit être heureux de se rendre au travail et de contribuer à cette chose extraordinaire qui est de redresser la société. Et nous l’avons fait !

Quelle attitude permet d’être heureux ?

C’est là ma seconde conviction : pour être heureux, il faut avoir une attitude optimiste. Optimiste mais en rien naïve. L’optimiste voit la même chose que le pessimiste, mais il en fait une autre analyse. Il est difficile de dire « Tout va mal mais nous allons y arriver ensemble ». Mais c’est cette attitude courageuse qui permet de s’appuyer sur le meilleur de chacun. L’optimisme c’est de l’espoir, c’est semer de la satisfaction au travail.

« L’optimisme est une forme de courage qui mène au succès »

Où trouve-t-on le manager optimiste ?

Je suis plus souvent appelé pour accompagner des PME, mais de grandes entreprises me demandent aussi des conférences. Comme souvent en matière de management, l’impulsion vient du dirigeant, de sa personnalité et de sa manière d’envisager les choses. Il marie sensibilité humaniste et bien veillance, il accorde de l’importance à la relation à l’autre. Ce type de dirigeant est de plus en plus fréquent.

« On ne peut pas réussir si l’on ne souhaite pas profondément le succès »

Comment l’optimisme permet d’atteindre ses objectifs ?

La manière dont on envisage son objectif est la clé de sa réussite ! Il ne s’agit pas d’être dans l’incantation mais de créer de la motivation en se disant « Je vais y arriver ». Pour avoir du succès, la première chose à faire est de décider du succès. Ceux qui réussissent s’engagent, ils travaillent plus, pensent plus, parlent plus. Ils travaillent sur des émotions dynamisantes. Ils se dotent d’un mental et le transmettent aux autres.
Soit je râle et je reste spectateur et subis ; soit je suis actif et je me dis « Que puis-je faire dans cette situation, face à cet évènement, face à cette personne ? ». Si je pense positivement, les choses deviennent possibles le jour où j’ai décidé qu’elles le sont. C’est le rôle du manager de faire en sorte que ses collaborateurs en soient persuadés.