ETRE UN LEADER DANS LE MONDE DE LA FINANCE, EST-CE ÊTRE UN LEADER COMME LES AUTRES ? LES 80 ÉTUDIANTS DU MASTER 272 INGÉNIERIE ECONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L’UNIVERSITÉ PARIS-DAUPHINE SE SONT PENCHÉS SUR CETTE QUESTION LORS D’UN SÉMINAIRE D’EXCEPTION ORGANISÉ EN AVRIL DERNIER.

 

UN SÉMINAIRE SUR LE THÈME DU LEADERSHIP EN FINANCE

Cette année, nous avons pris l’initiative d’organiser un séminaire sur le thème du leadership dans le monde de la finance (« New borders – Be a leader in the finance industry »). Dans ce contexte, nous avons réuni nos 80 étudiants pendant trois jours à Fontainebleau. Notre objectif : compléter notre formation académique en réfléchissant aux soft skills nécessaires pour évoluer dans le monde de la finance. Projet en préparation depuis plus d’un an, il s’agit du premier séminaire pour le Master 272, entièrement organisé par les étudiants et rendu possible par l’aide précieuse de nos directeurs de Master. Les options de dates ont d’ailleurs déjà été données à l’hôtel pour l’année prochaine.

DES CONFÉRENCES ARTICULÉES AUTOUR DE RÉCITS D’EXPÉRIENCES PERSONNELLES UNIQUES

Quoi de plus concret que des témoignages de dirigeants d’aujourd’hui ? Michel Lamboley (DG Groupe de Kéolis), Bruno Keller (Fondateur d’Eurazeo), Laurent Mignon (DG de Natixis) ou encore Yves Le Gélard (DSI d’ENGIE) sont tous les quatre devenus des cadres-dirigeants via des parcours aussi différents que remplis de rebondissements. Si l’on devait trouver un point commun aux messages qu’ils nous ont transmis, c’est bien celui de « saisir sa chance ». Une carrière est faite de portes qui s’ouvrent et il faut que chacun puisse saisir son capital-chance au moment où celui-ci se présente. Ils ont également tous insisté sur les qualités fondamentales d’un bon leader. C’est celui qui tire le meilleur de ses équipes, celui qui a compris qu’une réussite personnelle est finalement plus un échec collectif. Un leader est donc un bon communicant avec des capacités oratoires fortes, en plus d’un réel bagage technique. D’autres interventions, comme celles de Dominique Auzias (Le Petit Futé), Didier le Ménestrel (La Financière de l’Echiquier) ou Jean-Baptiste de Tourris (Wiñay Wayna) ont apporté un éclairage différent puisque tous trois sont entrepreneurs. Ils avaient tous des récits fascinants à nous raconter et ont sûrement réveillé la flamme entrepreneuriale qui sommeille en chacun de nous !

L’AMBITION DU MASTER 272

« Jeune et ambitieux », le Master 272 ressemble à ses étudiants. Son séminaire organisé dans un environnement premium a pour vocation de fédérer la promotion 2016 autour d’un objectif commun : faire de ce master une référence à l’Université Paris-Dauphine. Pour ce faire, il est de notre responsabilité désormais de rester impliqués pour les promotions suivantes afin de rendre à ce Master ce qu’il nous a apporté : des compétences techniques solides, une envie de viser la lune (et retomber dans les étoiles), mais aussi une volonté de transmettre aux générations futures. La phrase de conclusion de notre Président M. Batsch est, à ce titre, le résumé parfait de ce séminaire : « Work hard, have fun, and be a leader ».

QUI SOMMES-NOUS ? Nous représentons l’Université Paris-Dauphine et son Master 272 Ingénierie Economique et Financière. Nous sommes une promotion de 80 élèves répartis en trois parcours : finance d’entreprise, finance de marché et finance quantitative. Notre master est jeune puisque nous sommes seulement sa 11e promotion, mais cela ne nous empêche pas d’être ambitieux !

 

Par Sophie Bouet,
Ghita Laghzaouni et Nicolas Poux