Thierry Racaud (ENSEEIHT 90), PDG d’ESSP (European Satellite Services Provider) invite les jeunes talents à mettre leur créativité au service d’une entreprise multiculturelle qui a fait du ciel européen son terrain de jeux.

 

Elle a tout d’une grande !

C’est l’histoire d’un succès. Celui d’une PME à l’actionnariat européen, qui, en seulement dix ans, a réussi à s’imposer dans le domaine de la navigation aérienne. Au cœur de son expertise : la fourniture du service satellitaire EGNOS, propriété de l’Union Européenne, qui améliore le signal GPS et le rend ainsi adapté à des applications critiques, telles que les atterrissages de précision. « Nous sommes un opérateur, souligne Thierry Racaud, PDG de l’ESSP. Le système de guidage par satellite EGNOS permet aux avions de se poser au mètre près sur des aéroports régionaux qui ne sont pas équipés de l’infrastructure au sol dont ils ont habituellement besoin. Nous ciblons principalement l’aviation d’affaires et les low cost, mais les grandes compagnies aériennes s’intéressent également à ce service. »

Faites parler votre créativité !

Pour faire fonctionner ce « GPSeuropéen amélioré » 24h/24 et 7j/7, l’ESSP s’appuie sur des équipes multiculturelles (polonais, norvégiens, suédois, anglais, espagnols, belges…), qui ont pour mission d’apporter fiabilité et précision au GPS (de l’ordure du mètre dans les 3 dimensions) et de l’étendre à toute l’Europe. « Notre programme d’innovation laisse un grand espace de créativité aux nouveaux talents. Notre ambition ? Leur permettre de sortir du cadre formel de nos métiers pour développer des projets d’envergure. J’attends des jeunes qu’ils bousculent nos certitudes et apportent de nouvelles idées. Nous travaillons par exemple sur le guidage satellitaire des drones dans l’aviation civile, qui à moyen terme, transporteront du fretLe champ des possibles est très vaste. »

En quête d’ingénieurs

Pour développer ces projets d’applications, les jeunes talents formés par l’ENSEEIHT ont toute leur place dans l’entreprise. « C’est une école polyvalente qui forme des gens curieux et dotés d’une grande technicité. Quand on fait de l’informatique on peut accéder à tous les secteurs d’activité ! Le système que l’on opère a 20 ans d’existence. Nous avons donc besoin de personnes très pointues techniquement pour le maintenir et pour l’améliorer en permanence. » Et le PDG d’adresser un conseil plein de bon sens aux jeunes diplômés : « Allez voir à l’étranger ce qui se passe, et revenez vite : ce n’est pas la peine d’aller au bout du monde pour trouver des métiers passionnants et des environnements de travail motivants ! »

 

: ©GSA, ©European GNSS Agency

Un cadre de travail idyllique

Résolument innovante et dynamique, l’entreprise s’installera dès le mois de mars au cœur de l’Innovation Campus de Toulouse Aerospace, la vitrine du pôle de compétitivité mondial d’Aérospace Valley. Une raison de plus pour rejoindre ce haut lieu de l’aéronautique et des systèmes embarqués. « C’est très stimulant pour les équipes car nous allons être au contact de la R&D. Il suffira de descendre un étage pour être au plus près de l’innovation ! Nous avons imaginé des bureaux modernes qui favorisent la collaboration tout en respectant les règles de confidentialité et de sécurité propres à notre activité. Nous avons aussi imaginé des zones de partage et de détente. Ces nouveaux locaux n’attendent que vous ! »

Décrocher la lune : tout un programme ! « Le fil conducteur de mon parcours, c’est l’aéronautique et l’espace. Au cours de mes études à l’ENSEEIHT, j’ai candidaté chez Airbus – Aérospatiale à l’époque – pour y faire un stage. J’ai été retenu pour faire des tests sur « Apollo ». Je pensais toucher du doigt mon rêve et décrocher la lune. Le premier jour, on m’a indiqué mon poste : une station de travail qui s’appelait « Apollo » pour faire de l’affichage graphique ! J’ai travaillé durant deux mois dans un bureau à faire des tests. Certes, ce n’était pas glorieux, mais j’ai eu l’occasion par la suite de travailler dans de grosses entreprises comme Airbus Defence & Space puis CapGemini sur des sujets qui me passionnaient. Preuve qu’il faut toujours croire en ses rêves. »

 

Chiffres Clés : 120 personnes / 10 nationalités / 70 M€ CA

Contact : www.essp-sas.eu

 

 

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.

Le management de la culture, ça se cultive !

Alors que la crise du Covid-19 a mis un coup d’arrêt brutal à la vie culturelle mondiale, l’industrie française de la culture et de l’évènementiel a plus que jamais besoin de managers ultra spécialisés pour revenir en force. Mais comment les diplômés des business schools peuvent-ils truster les pages Culture ?