La Covid-19 a mis à l’épreuve le programme d’échange d’étudiants et d’enseignants de l’Union européenne, Erasmus +. L’adaptabilité a été de mise et la Commission européenne a déjà donné ses perspectives pour les prochaines années. – Par Marine Delcros

 

Après une année 2020 perturbée pour les étudiants partis à l’étranger dans le cadre d’Erasmus +, le programme se tourne déjà vers l’avenir. Loin de réduire ses objectifs, la Commission européenne a même annoncé, le 18 mai dernier, une augmentation d’au moins 90 % des financements du programme pour la période 2021-2027.

Objectif : + 12 millions de participants d’ici 2027

Objectif pour les institutions européennes  (Parlement, Commission, Conseil européen) : intensifier le programme Erasmus + pour permettre à un plus grand nombre de citoyens de bénéficier d’une expérience internationale en cours de formation.

« Avec ce budget presque doublé, nous voulons multiplier par trois le nombre de participants, soit + 12 millions de personnes entre 2021 et 2027, notamment pour les apprenants moins favorisés, d’origines culturelles, sociales et économiques variées, explique l’Agence Erasmus+ France / Education Formation.  Erasmus + participe de la construction d’un « espace européen de l’éducation » d’ici 2025 pour permettre aux jeunes d’acquérir les compétences nécessaires au marché du travail en Europe » 

Où se renseigner sur le programme Erasmus + ?

Les étudiants sont invités à se rapprocher du service des relations internationales de leur établissement.
Des informations sont également disponibles sur le site Génération Erasmus + : https://generation.erasmusplus.fr/

Enfin, n’hésitez pas à vous rendre aux #Erasmusdays 2020, LE rendez-vous annuel incontournable pour s’informer sur les opportunités d’Erasmus + dans les établissements près de chez soi. Avec cette année, des questions particulières sur le Covid et le numérique. Rendez-vous du 15 au 17 octobre 2020.

Mobilités hybrides

 Le programme européen doit tout de même s’adapter aux conditions sanitaires. Dès la rentrée de septembre 2020, des mobilités hybrides seront proposées aux apprenants Erasmus +.

En quoi cela consiste ? « Les mobilités hybrides associent des activités virtuelles, comme l’apprentissage à distance organisé par l’établissement d’accueil et une mobilité physique, à l’étranger, à une date ultérieure, quand les conditions sanitaires le permettront », précise l’Agence.

Attention, la mobilité internationale restera tout de même le noyau dur du programme. Selon les études de l’Observatoire Erasmus + auprès des participants, « une mobilité, même courte, est irremplaçable car elle permet une meilleure insertion sur le marché du travail et développe d’importants bénéfices : autonomie, amélioration linguistique, savoir-faire dans des situations complexes, confiance en soi… »

Covid-19, quel impact sur les étudiants partis à l’étranger ?

Au début de la crise sanitaire en Europe, environ 142 000 personnes étaient en mobilité Erasmus + en Europe et 1 050 en mobilité dans le cadre du Corps européen de solidarité.

La Commission européenne a publié les résultats d’une enquête menée fin avril auprès des personnes en mobilité Erasmus + pendant la crise. 1 sur 4 déclare ne pas avoir été impacté par la situation. Parmi les 3 participants sur 4 dont la mobilité a été affectée par la situation sanitaire : 75% des participants sont rentrés chez eux et 25% sont restés à l’étranger ; 42% ont continué leurs activités grâce à des cours à distance ou du télétravail, 22% ont suspendu leur activité temporairement en attendant de pouvoir reprendre et 36% ont annulé leur mobilité définitivement.

Les établissements d’enseignement supérieurs ont été invités, de leur côté, à aider les étudiants partis à l’étranger cette année à atteindre leurs objectifs pédagogiques et à valider l’intégralité de leurs ECTS. Des cours et examens à distance ont notamment été mis en place.

L’Europe privilégiée à la rentrée

Dès la rentrée universitaire, les étudiants vont donc pouvoir se rendre à l’étranger. Les décisions seront prises au cas par cas. Ce sont les établissements eux-mêmes qui prendront la décision sur les dates de départ, en fonction des informations relatives à l’ouverture des frontières et de leurs partenaires européens. L’Europe et l’espace Schengen sont privilégiés à l’heure actuelle.

Europass, passez à la vitesse supérieure !

La Commission européenne a lancé, mercredi 1er juillet, la nouvelle plateforme Europass, un outil gratuit en 29 langues, accessible dans 35 pays. Elle permet de se constituer un profil professionnel en ligne compilant formations et expériences, professionnelles ou non. Diplômes, certificats, lettres de recommandation et documents officiels peuvent y être ajoutés.
Le but ? Recevoir des suggestions d’offres d’emploi et de formations à travers l’Europe, en lien avec le site EURES et des informations sur l’emploi en Europe.
Depuis sa création en 2004, 152 millions de CV Europass ont été enregistrés à travers l’Europe sur la plateforme, dont 25 millions  uniquement en 2019.

Pour votre rendre sur la plateforme : https://europa.eu/europass/fr