Gilles David (Supélec 82). PDG fondateur d’Enertime

Après avoir travaillé 25 ans dans de grands groupes, Gilles David (Supélec 82), PDG fondateur d’Enertime, a créé une entreprise innovante et porteuse de valeurs fortes ; une entreprise telle qu’il aurait aimé en intégrer une… plus jeune ! Rencontre hautement enrichissante…

Pouvez-vous nous présenter la société Enertime que vous avez co-créée en 2008 et qui se développe beaucoup à l’international ?
Enertime conçoit et fabrique des turbomachines et les machines thermodynamiques associées (ORC et PAC) destinées à améliorer l’efficacité énergétique des procédés industriels en transformant la chaleur fatale en électricité et/ou chaleur à plus haute température ainsi que pour des applications de production d’énergie renouvelable (cogénération biomasse et géothermie). Notre orientation vers l’international étant surtout une condition de survie puisqu’à l’exception des territoires d’Outre-Mer, le marché Français de l’énergie décentralisée est encore faiblement porteur.

Créer son entreprise à 50 ans c’est comme construire sa maison après 25 ans de location

Après avoir effectué une partie de votre parcours dans de grandes entreprises (Cegelec, Alstom, Areva…), vous vous lancez en 2008 dans l’entrepreneuriat. Qu’est-ce qui vous a finalement conduit à la création d’entreprise ?

Je pense qu’il y a beaucoup d’entrepreneurs qui s’ignorent en France. A mon époque, les rares élèves qui s’y risquaient se lançaient dans la filière informatique ou étaient des passionnés de sujets techniques pointus, en électronique par exemple. Pourtant, sans m’imaginer entrepreneur, je l’étais déjà (y compris pour le Forum Supelec dont j’ai été un des membres fondateurs). J’ai entrepris dans de grands groupes 25 ans jusqu’à travailler avec une hiérarchie avec laquelle je ne m’entendais pas (je lui dois en partie ma volonté de créer mon entreprise). Si le marché du travail en France était plus fluide, on n’attendrait pas de se fâcher avec son employeur pour entreprendre ! Les périodes de crises sont d’ailleurs beaucoup plus fécondes en création de futurs champions. Enfin, travaillant dans l’énergie, mon choix pour les énergies renouvelables était plutôt celui du choix de l’énergie décentralisée.

Quels métiers Enertime propose-t-elle aux jeunes diplômés de SUPELEC ?

Pour participer à l’aventure Enertime il faut de l’enthousiasme pour notre métier, de l’intelligence et l’esprit d’équipe à dose égale. Beaucoup de diplômés de SUPELEC ont ces qualités et il faut seulement qu’ils identifient pour quel métier ils sont réellement fait. Enertime leur propose des postes de chef de Projet permettant de toucher à tous nos domaines d’intervention (mécanique, thermodynamique, procédés industriels, électricité et contrôle-commande) ou de responsables systèmes électriques et contrôle plus spécialisés. Par ailleurs notre Directeur Financier est Christophe Roncoroni, un Supelec 82 – MBA HEC 84, donc Suepelec mène à tout…

Actionnariat pour tous les salariés, diversité des origines, égalité de traitement… Enertime est une entreprise porteuse de valeurs éthiques fortes…

A 50 ans, on cherche à appliquer les principes qu’on aurait souhaité trouver dans les entreprises où on a travaillé. Comme : donner à tous les employés la possibilité d’être actionnaire et un accès à toutes les informations comme au pouvoir de décision de l’actionnaire. Leur permettre de bénéficier d’une partie significative de la plus-value générée par le succès de l’entreprise. Ainsi s’approprient-ils leur entreprise pour mieux en défendre les intérêts. Donner du pouvoir aux collaborateurs pour qu’ils se réalisent. Tirer profit des nouveaux moyens de communication pour leur permettre de travailler en Province s’ils le souhaitent. Créer une ambiance familiale (café et gâteaux gratuits) et des séances de partage des connaissances. Embaucher des jeunes et employer des experts séniors comme coach. Ne privilégier aucune école et considérer que la réussite scolaire passée ne résume pas la qualité d’un collaborateur. Chercher à mélanger origines et profils en évitant une discrimination positive peu durable. Payer les mêmes salaires pour les mêmes compétences et mêmes fonctions. Travailler sur des projets à taille humaine pour une entreprise qui évolue (le jour où, dans un film, les méchants étaient des constructeurs de barrage, j’ai compris que les grandes centrales hydroélectriques que je vendais n’étaient plus ce dont le monde avait besoin.)

Quel message souhaitez-vous transmettre aux jeunes SUPELEC ?

Accumulez les expériences plutôt que les diplômes. Si vous créer votre entreprise, travaillez dans des domaines ou les Clients sont en compétition et non pas ceux où ils dorment sur leur monopole. Visez l’innovation qui, en France, bénéficie de beaucoup d’aide et créez votre entreprise avec un(e) partenaire complémentaire (technique/commerce, etc.). Rencontrez des entrepreneurs avant de franchir le pas (par exemple via l’association France-Ecotech www.france-ecotech.org). Gagnez vos références en France, mais prenez dès l’origine l’international comme objectif. Enfin, considérez votre famille comme votre premier et meilleur client !

JB


Micro CV  :

1982 : CGEE Alsthom, Ingénieur technico-commercial
1995 : Cegelec, directeur commercial centrales hydroélectriques
1998 : Alstom, président Philippines
2003 : Areva T&D, vice-président Bioénergies Monde
2008 : Création d’Enertime avec Fabien Michel (ECP 2005).

Chiffres clés :

1,3 M€ de CA 2014
22 collaborateurs fin 2014

Contact :