LA DIRECTION GÉNÉRALE DE L’ARMEMENT A TROIS MISSIONS FONDAMENTALES : ÉQUIPER LES FORCES, SOUTENIR L’EXPORT ET PRÉPARER L’AVENIR. ELLE CONDUIT 80 PROGRAMMES D’ARMEMENT ET RESTE LEADER DE LA RECHERCHE DE DÉFENSE EN EUROPE. RENCONTRE AVEC CAROLINE LAURENT (X 82), DIRECTRICE DE LA STRATÉGIE.

 

CAROLINE LAURENT (X 82), DIRECTRICE DE LA STRATÉGIE © PACCO BEN AMAR/DGA COMM

CAROLINE LAURENT (X 82), DIRECTRICE DE LA STRATÉGIE © PACCO BEN AMAR/DGA COMM

Le parcours de Caroline Laurent force l’admiration. Ingénieur général hors classe de l’armement (4 étoiles), elle est directrice de la stratégie et fait partie du comité exécutif de la Direction Générale de l’Armement. Depuis bientôt deux décennies, elle excelle à des postes d’envergure : management de projets techniques, programmes de recherche dans le spatial, programme de télécommunications militaires Syracuse, programmes aéronautiques, unité de management Espace et Systèmes d’Information Opérationnels. « J’ai eu de la chance et j’ai su saisir des opportunités. Ce qui a marqué chaque étape de ma carrière, c’est une nouvelle aventure humaine et à chaque fois un défi personnel. »

 

L’INNOVATION : LE NERF DE LA GUERRE
Directrice de la stratégie de la DGA depuis un an, Caroline Laurent a pour credo l’innovation. « Le caractère innovant est essentiel pour asseoir la supériorité technologique sur un théâtre d’opérations et nécessite une vision long terme. Les technologies de rupture pour nous sont les systèmes autonomes (drones aériens, drones à voitures tournantes, drones sous-marin), l’intelligence artificielle, la numérisation, la cyber : ces domaines constituent une révolution qui change notre façon d’opérer et de combattre. L’innovation est davantage portée par les petites structures et les laboratoires que par les grands groupes. Mais nous devons créer des liens entre ces mondes pour produire et livrer un jour des systèmes plus performants. Nous finançons 120 thèses par an, des projets de recherche dans les écoles d’ingénieurs, les laboratoires et des projets d’innovation dans les PME, souvent association avec un laboratoire ou un grand industriel. Nous pilotons également la conception des programmes futurs et les contrats d’études amont associés qui représentent 730 millions d’euros par an. Les applications stratégiques de la préparation de l’avenir dans la Défense restent le nucléaire et l’aéronautique de combat (aéronefs et missiles) pour lesquels nous voulons rester souverains. Dans certains domaines, nous plébiscitons les projets qui réunissent un ou plusieurs pays européens : nous avons par exemple un projet de drône de combat avec les britanniques et un de drone de renseignement avec les allemands, italiens et espagnols. Nous favorisons également la création d’industriels transfrontaliers comme la très récente société franco-allemande pour l’armement terrestre ou one MBDA dans les missiles. »

 

« La DGA offre une multitude de postes
aux jeunes ingénieurs, dans le corps de l’armement ou
comme ingénieurs contractuels »

L’ÉCOLE DE TOUS LES SAVOIRS
Diplômée de l’École polytechnique, Caroline Laurent ne tarit pas d’éloge sur sa formation. « Outre l’esprit d’analyse qu’apporte toute formation d’ingénieur, l’X m’a apporté une formation militaire, avec une dimension humaine et d’encadrement, utile compte tenu du métier que j’ai choisi. Elle m’a certainement donné le goût du service de l’Etat. La pluridisciplinarité des matières enseignées donne enfin une grande ouverture d’esprit et apprend à appréhender globalement les sujets et les problèmes… La vie de campus y est riche et l’on se fait des amis pour la vie. »

 

DE L’AUDACE !
Pour Caroline Laurent, la DGA offre une multitude de postes aux jeunes ingénieurs dans le corps de l’armement ou comme ingénieurs contractuels. « On peut commencer comme expert technique ou architecte, et avoir très vite des responsabilités de chef d’équipe, de responsable d’essais, de chef de projet. Il y a aussi des postes à caractère financier ou diplomatique dans les ambassades, et bien entendu tous ouverts aux femmes qui devraient être plus nombreuses ! ». Elle encourage d’ailleurs les étudiants à oser relever des défis. « Suivez votre passion, soyez audacieux et choisissez des postes dans lesquels vous prendrez des risques. »

 

CHIFFRES CLÉS :
9 600 collaborateurs • 10 centres techniques • 80 programmes

 

F.B

 

Contact : dga.contact.fct@intradef.gouv.fr