Communiqué de presse :

L’INSA Rouen Normandie, un passé dans la chimie ancré dans l’industrie, un avenir tourné vers la diversification des publics et les partenariats

 

 

100 ans d’histoire

 

En novembre 1917 ouvrait l’Institut de Chimie de Rouen (ICR), fruit d’une collaboration entre industriels du textile normands. Le contexte est alors celui d’une France en pleine guerre, victime des dommages collatéraux qu’elle engendre. L’industrie textile en Région subit une telle pénurie de colorants que les professionnels du secteur en arrivent à s’interroger sur la question des compétences jusqu’alors détenues par l’ennemi allemand. De là naît l’institut de chimie de Rouen, ancêtre de l’INSA Rouen Normandie, proposant une formation d’ingénieurs chimistes et quelques travaux de recherche appliquée. Jugé alors trop théorique par les industries, le schéma habituel de formation laisse place à un cursus alliant enseignements et pratique, répondant bien plus à leurs besoins. Cette petite révolution pédagogique marque les débuts de l’alternance école-entreprise.

A l’aube des 100 ans de ses prémices, l’INSA Rouen Normandie reste fidèle à la philosophie de l’ICR : proposer des solutions adaptées à son écosystème, tant en termes de formation que de recherche. Des formations alliant apports théoriques et mises en situations professionnelles. En témoigne la dernière-née de ses formations : ingénieur·e performance en innovation et sécurité des procédés par apprentissage. Tel un clin d’œil, ce cursus, construit avec les industries de la chimie, a ouvert ses portes à la rentrée 2017-2018, un siècle après la création de l’ICR.

D’abord privé, l’ICR devient public et prend le nom d’INSCIR1 pour devenir INSA2 en 1985. Depuis, nombre de collaborations pédagogiques, institutionnelles ou scientifiques ont vu le jour. L’INSA Rouen Normandie compte aujourd’hui 10 formations d’ingénieurs·es et 6000 élèves sont passés par ses rangs et dans ses laboratoires de recherche. Dernières actualités majeures, un enseignant-chercheur du département CFI de l’INSA a été nommé membre junior de l’IUF et une chercheuse du laboratoire COBRA a remporté une ERC Grants (european research council). Ce progamme permet de financer les projets d’excellence de jeunes chercheur.se.s prometteurs, occupant une place de leaders dans leur domaine sur la scène internationale. Une récompense d’autant plus symbolique en cette période de centenaire.

 

 

Une nouvelle promotion par apprentissage, tournée vers l’économie de demain

 

L’INSA Rouen Normandie propose en cette rentrée 2017 une 3ème filière en apprentissage, en « performance en innovation et sécurité des procédés », qui accueille 13 apprentis·es. L’objectif est de former, dans le secteur de la chimie, des ingénieurs·es bénéficiant d’une double compétence en génie des procédés et en maîtrise des risques. Ces profils d’ingénieurs·es seront amenés à améliorer les performances des procédés chimiques existants ou à développer des procédés innovants. Ils seront également capables d’anticiper les risques technologiques attenants aux procédés développés et de réduire leurs impacts environnementaux. Cette nouvelle formation rentre en écho avec les besoins économiques actuels. Pour travailler au mieux avec ce secteur l’INSA travaille de concert avec les acteurs régionaux.

 

Dans le cadre de l’ouverture de la semaine consacrant les 100 ans de l’ICR,  l’école a signé une convention avec l’Union des Industries Chimiques de Normandie (l’UIC Normandie).  Porte-parole d’un secteur industriel jouant un rôle capital dans l’économie régionale, l’Union des industries Chimiques de Normandie (UIC Normandie) rassemble quelques 80 établissements opérant en Normandie. Interlocuteur clé des pouvoirs publics et vivier d’experts en environnement, sécurité, management des produits, emploi, formation, social, innovation, communication,… l’Union des Industries Chimiques de Normandie crée les conditions favorables au développement d’une chimie compétitive et durable en région. Elle est active aux niveaux régional et territorial. Fédérant l’ensemble des acteurs, elle est le promoteur incontournable de la croissance durable des entreprises de la Chimie en Normandie.  L’UIC est partie prenante de 5 engagements

  • Apporter le meilleur service à nos adhérents quelle que soit leur taille, promouvoir et défendre leurs intérêts auprès des autorités ;
  • Fédérer largement les activités du domaine de la chimie, de ses applications et de ses secteurs connexes et créer des partenariats stratégiques avec des secteurs aval dans une logique de filière ;
  • Contribuer à l’amélioration de la compétitivité et à l’attractivité de la Normandie ;
  • Animer la politique sociale, dynamiser le dialogue social et déployer la politique emploi/formation de la branche ;
  • Améliorer l’image de l’industrie chimique en Normandie.

 

 

L’INSA au sein d’un label de chimie reconnu

 
L’INSA Rouen Normandie, de part son ancrage dans le secteur de la chimie, est membre de la Fédération Gay-Lussac (FGL). Celle-ci tiendra le 10 octobre, lors des cent ans de l’ICR, son assemblée générale. La FGL constituée de 20 écoles, existe depuis 1994, et est ainsi le plus ancien réseau thématique dans le monde des écoles d’ingénieurs·es. Elle offre une meilleure visibilité à ses adhérents et permet de mener des actions concrètes, notamment en termes de mutualisation des moyens dans les champs suivants :

  • dispenser une formation scientifique, technologique, humaine et managériale innovante et adaptée au monde industriel ;
  • sensibiliser les étudiants à la culture de l’entreprise et développer leur sens de l’autonomie, de l’initiative et des responsabilités ;
  • assurer une formation solide à la recherche dans des domaines d’excellence ;
  • offrir aux étudiants un large éventail de spécialisations grâce à un dispositif souple de mobilité inter-écoles ;
  • élargir l’horizon international des étudiants par la pratique des langues étrangères, des stages et des cursus de double diplôme dans le monde entier.

 

La Fédération Gay-Lussac est non seulement un lieu de réflexion permanente sur la formation, la recherche, le développement à l’international mais aussi un lieu d’échange de bonnes pratiques et d’actions concrètes . Citons les 5 classes préparatoires intégrées, le cycle international à l’ECUST , Shanghai (East China University of Sciences and Technology) ou l’ouverture en septembre d’un institut franco-chinois de chimie à Pékin avec la BUCT (Beijing University of Chemical Technology) . Une enquête annuel sur l’emploi et les débouchés permet de suivre l’insertion  des jeunes diplômés et un colloque recherche est organisé bi annuellement Le prochain sur la chimie connectée aura lieu du 6 au 8 décembre prochains, à Lyon. Il est co-organisé par les deux écoles lyonnaises.

 

La Fédération Gay Lussac est actuellement présidé par Frédéric Fotiadu, Directeur de Centrale Marseille.

Pour toute information : www.20ecolesdechimie.com