Agilité et concertation malgré la compétition : les piliers qui ont permis aux concours Passerelle Grande Ecole et Passerelle Bachelor de relever le défi de la crise de la Covid en 2020. Une expérience qui permet d’aborder l’édition 2021 avec une certaine confiance, même si l’incertitude sur la tenue des épreuves qui débuteront en février plane encore. Bilan et perspectives.

 

Passerelle Grande Ecole est le concours d’entrée à neuf business schools françaises : EM Normandie, IMT Business School, ICN Business School, SCBS, Burgundy School of Business, Excelia Business School, ESC Clermont Business School, Grenoble EM et MBS. Il s’adresse aux candidats de niveau bac +2 (Passerelle 1) et bac +3 (Passerelle 2). Après une hausse de 15 % d’inscrits et de 5 % d’intégrés en 2020, 2 615 places sont ouvertes en 2021.

Alors que le contexte de crise sanitaire risque de perdurer, Passerelle entend bien capitaliser plus que jamais sur ses fondamentaux : diversité du recrutement, digitalisation des épreuves et flexibilité.

Les nouveautés 2021

Les épreuves écrites du Concours Passerelle Grande Ecole se tiendront sur 20 sessions programmées de février à avril 2021 avec la possibilité de passer le concours, soit dans un centre d’examen classique, soit de son domicile avec une surveillance à distance. « Les sujets seront tirés aléatoirement dans des banques de questions et chaque candidat composera un sujet qui lui est propre. Les épreuves orales, moments de rencontre important pour l’école et les candidats, sont pour l’instant maintenues mais nous allons mettre en place un système de passage d’épreuves orales en synchrone pour les candidats en stage ou en échange. Un dispositif qui pourra être étendu à l’ensemble des candidats si la situation sanitaire le nécessite » précise Catherine Gautier, Déléguée Générale de Passerelle.

>>>> La Rédaction a testé pour vous une épreuve digitalisée du Concours Passerelle

Parmi les épreuves écrites à correction automatique : une épreuve au choix de 45 min pour valoriser ses compétences dans une spécialité (Calcul et raisonnement, Culture générale et littéraire, Droit, Economie, Espagnol, Géopolitique, Gestion – Comptabilité, Marketing, Marketing en anglais, Négociation commerciale), une épreuve d’anglais d’1h15 et une épreuve de français (en cours de conception) qui remplacera l’épreuve de synthèse. A l’oral, les candidats se frotteront à une épreuve d’anglais (plus une LV2 spécifiques à GEM) ainsi qu’à un entretien individuel dont le déroulement est propre à chaque école.

Et du côté de Passerelle Bachelor ?

630 places sont proposées pour rejoindre un programme Bachelor de cinq écoles membres : EM Normandie, GEM (pour son nouveau Bachelor lancé à Paris en 2021), IMT BS, BSB (campus de Dijon et de Lyon) et ESC Clermont BS. Avec une philosophie : « valoriser les compétences académiques et le profil des candidats, quelle que soit leur filière. Leur donner la possibilité de se démarquer en mettant en avant une spécialité au choix dans leur dossier (50% de l’évaluation), en prouvant à l’oral sa maîtrise de l’anglais et en défendant sa candidature et ses projets de poursuite d’étude lors d’un entretien individuel. »

Retour sur une édition 2020 en mode agile

En 2021, Passerelle compte donc bien capitaliser sur les bonnes pratiques développées pour faire face aux conséquences de la crise de la Covid-19. « Après l’annonce du confinement, nous avons décidé de fermer les centres d’examens pour les épreuves écrites, d’annuler l’épreuve de synthèse et les épreuves orales (en conformité avec la décision du conseil du Chapitre des écoles de management) et donc de basculer sur un système de recrutement sur dossier » rappelle Jean-François Fiorina, président de Passerelle et DGA de Grenoble Ecole de Management.

Pour pallier cette situation inédite, Passerelle a innové avec la création d’une nouvelle épreuve pour remplacer l’épreuve de synthèse et l’entretien oral. « Entre le 14 et le 17 avril 2020, chaque candidat a déposé un ensemble de pièces permettant d’évaluer la profondeur de sa réflexion et la cohérence de sa candidature : CV, réponses à des questions sur son parcours, son projet de formation, ses attentes de la vie associative étudiante, sa façon de vivre le confinement… Pour l’anglais et l’épreuve au choix avec correction automatique, nous avons décidé, après discussion avec le MESRI, de proposer aux candidats soit de fournir une équivalence de notes dans chacune des matières, soit de passer les tests sur plateforme. 25 % d’entre eux ont choisi une équivalence de note pour une ou les deux épreuves » ajoute Catherine Gautier.

Et demain ?

Si l’évolution de la situation sanitaire « oblige à repartir sur une année compliquée avec un pilotage et des prises de décisions à très très court terme, les concours Passerelle pourront se tenir malgré tout grâce au processus de digitalisation enclenché il y a plusieurs années » insiste Jean-François Fiorina.

D’autres facteurs sont aussi voués à transformer ces deux concours dans les trois prochaines années. La réforme du Bac d’abord, qui va faire émerger une très grande diversité et donc une réflexion au sein des écoles sur d’éventuelles remises à niveau de certains inscrits. Le passage des IUT en 3 ans, qui risque d’assécher le vivier des candidats de Passerelle 1. Et enfin, une évolution prévisible des modalités de recrutement. Beaucoup d’ambition donc, pour des concours qui « ont passé le cap de la première crise et qui sont prêts à en affronter une seconde. Malgré ces menaces, qui sont autant d’opportunités, nous avons envie que Passerelle continue encore pendant de longues années ! » conclut le Président de Passerelle.

Tout pour la réussite !

Des journées de préparation aux concours (en présentiel et / ou en distanciel) sont en cours d’élaboration et une application d’entrainement sur smartphone sera mise à disposition des candidats.  

Côté frais d’inscription, il vous en coûtera 120 € pour Passerelle Grande Ecole et 60 € pour Passerelle Bachelor, plus 20 € par école supplémentaire.