Faisant partie d’un Groupe indépendant de chimie fine, Minakem, spécialisée dans les principes actifs pour la Pharmacie, place l’innovation et la technologie au cœur de ses processus. Des services de haute qualité que la holding dispense aussi bien à ses clients qu’à ses collaborateurs. À sa tête, Laurence Jacques (X 88, Mines 93), directrice générale de Minakem.  – Par Violaine Cherrier

 

 

Sur un marché en croissance de 5 % par an, au sein d’un Groupe dont le chiffre d’affaires a été multiplié par 6 depuis 10 ans, et avec un objectif de doublement de taille dans les 6 années à venir… Minakem profite d’une activité en croissance synonyme de nombreuses opportunités pour les jeunes talents !
https://www.linkedin.com/company/minakem-dunkerque

60 recrutements dans les 24 prochains mois

Chercheurs en R&D, ingénieurs en génie chimique, commerciaux, responsables supply chain, chefs de projets, ingénieurs en analytique, experts en affaires règlementaires… « Nous cherchons des profils adaptables et qui peuvent postuler tant sur des fonctions d’expertise que sur des postes transverses. » Tous métiers confondus, Minakem a réalisé 30 recrutements en 2016 et en envisage autant en 2017 !

 

Booster l’innovation avec les jeunes
« Nous attendons d’un jeune talent qu’il soit créatif, curieux, et capable d’analyser son environnement pour proposer des solutions innovantes et susceptibles d’’améliorer nos process de production. Nous visons constamment à améliorer nos méthodes de travail. »

Une entreprise agile, capable de s’adapter rapidement aux évolutions de son marché

Voilà l’esprit Minakem, qui a poussé Laurence Jacques à quitter une carrière confortable et toute tracée chez Lafarge. La raison ? « J’avais atteint les limites de ce que je pouvais apprendre au sein de ce grand groupe. J’avais besoin de plus d’autonomie. » Une vraie frustration pour cette dirigeante très proche du terrain : elle a déjà dirigé deux usines dont une en Italie.

« Pouvoir se développer dans un environnement agile à taille humaine dans une logique entrepreneuriale et intrapreneuriale »

 

Une ETI internationale

La particularité de Minakem ? Être une entreprise de taille intermédiaire mais internationale. « J’ai la possibilité d’avoir un impact rapide et important sur l’évolution de la structure et de faire évoluer le business et les sites industriels de façon très réactive. » Voilà ce que Minakem peut offrir à des jeunes diplômés : la possibilité d’évoluer vers différentes fonctions et de travailler dans une organisation très ouverte. Nous valorisons la prise de décision, l’esprit entrepreneurial et offrons un environnement de travail stimulant.

 

Le rôle d’un jeune talent ?
« La curiosité intellectuelle est indispensable ; nous attendons de nos nouvelles recrues qu’elles s’intéressent à différents domaines d’activités. La clé de l’agilité, ce n’est pas seulement d’être bon dans sa spécialité mais aussi d’être très curieux de ce que font les collègues. »

Le stage, étape clé du jeune diplômé

Comment alors imposer sa vision au sein d’une entreprise ? En la cultivant à travers des stages ! « J’y ai appris énormément. En classe prépa, je me destinais à la recherche. Une fois à Polytechnique, j’ai pu effectuer un stage à l’INRA… et réaliser que ce n’était pas pour moi ! » Conséquence : Laurence Jacques enchaîne avec un stage en usine, puis un stage en marketing, deux vraies révélations ! Ça tombe bien, Minakem développe sa politique de stage et de contrats professionnels – une quinzaine de postes à venir. Une porte d’entrée idéale vers une embauche !

 

Attention à l’effet « bon élève »

Les stages permettent de vous découvrir et de devenir les artisans de vos parcours. Une étape essentielle surtout pour les jeunes femmes amenées à évoluer dans un monde du travail structuré autour de valeurs masculines. « Les bonnes élèves ont tendance à être reconnues naturellement pour leurs résultats sans avoir à démontrer quoi que ce soit. Or, en entreprise, il faut aller chercher les opportunités et oser se proposer. »

Avis aux jeunes diplômées : si le secteur d’activité demeure à dominante masculine, Minakem se féminise fortement : 40 % des cadres sont des femmes et le comité de direction du groupe Minafin en compte 2. Serez-vous la 3e ?

 

L’anecdote de Laurence

Mixité oblige, c’est son mari qui a donné l’exemple : ingénieur de formation, il a tout arrêté pour réaliser son rêve, devenir docteur en histoire. « Il a assumé ce qui lui faisait plaisir et cela m’a aidé à faire de même : développer une vision et prendre le leadership pour la mettre en œuvre. »
http://www.lajauneetlarouge.com/article/ femmes-ingenieurs-osez-une-carriere-operationnelle

 

Contact :
laurence.jacques@minakem.com – Laurence Drezet, DRH : laurence.drezet@minakem.com