Le cadre intermédiaire se situe au milieu de la ligne hiérarchique. Il a pour responsabilité principale de concilier les décisions stratégiques de la direction et les acteurs du terrain. Audrey Rouziès, maître de conférences au département stratégie de TSM, nous explique tout ce qu’il faut savoir sur un poste qu’elle considère « entre le marteau et l’enclume ».

 

Le rôle clé du cadre intermédiaire ? Être l’arbitre et le lien entre direction et terrain. « Il a un rôle descendant, car il fait circuler les valeurs de l’entreprise et applique les décisions prises en amont. Il a également un rôle ascendant, car il est au contact du terrain. Il est en charge de faire remonter les éléments commerciaux et marketing auprès de la direction stratégique. Le cadre intermédiaire a ce rôle d’aiguillon qui lui permet de venir challenger la direction stratégique. Cependant, dans certaines entreprises, il peut se trouver entre deux flux d’informations contraires et cela peut conduire à des situations compliquées. »

 

Une responsabilité aux multiples compétences

Communication, gestion de projets et gestion des conflits, tels sont les outils qui composent la palette du cadre intermédiaire et qui sont nécessaires pour pouvoir prétendre à ce poste. Audrey Rouziès explique : « si un diplômé souhaite s’orienter vers ce type de responsabilité, je lui conseille, en complément de sa formation à la gestion et au management, de s’orienter vers des formations autour de la gestion de conflit, de la communication non violente et de la programmation neurolinguistique. Ces formations sont de réels accélérateurs de carrière. Le cadre intermédiaire se retrouve au cœur de l’information, mais également au milieu des conflits, il est important de bien savoir les gérer. Il doit également posséder des compétences en management d’équipes. »

Comment devenir cadre intermédiaire ?

En sus des compétences requises pour l’exercice du métier, un employé ne peut prétendre au poste de cadre intermédiaire avant plusieurs années d’ancienneté. « Le chiffre peut varier de la taille de l’entreprise et du pays dans lequel on se place, mais en moyenne, en Europe, c’est un poste obtenu après sept ans de carrière. Dans certaines petites structures innovantes, type startup, un jeune diplômé pour exercer en tant que cadre intermédiaire après un ou deux ans. Dans une multinationale, il faut une dizaine d’années avant de prétendre à ce poste. Aujourd’hui, on observe que ce titre est de mieux en mieux considéré, qu’il est reconnu et très souvent, on prend de plus en plus soin d’écouter les cadres intermédiaires. »

Un métier aux multiples opportunités

Le cadre intermédiaire a la possibilité d’évoluer dans son entreprise. Ce poste offre de nombreuses opportunités grâce aux compétences développées. Il peut alors prétendre à un poste dans la gestion de projet. « Le cadre intermédiaire est un bon coordinateur qui sait faire circuler l’information et faire travailler ensemble plusieurs services. Ceci constitue des caractéristiques nécessaires pour être chef de projet. »

Au-delà de cette possibilité de carrière, le cadre intermédiaire peut également s’orienter vers les métiers du conseil interne. « Si le cadre intermédiaire sait maximiser sa compétence de circulation de l’information, il peut exercer en tant que conseiller interne pour faire descendre les valeurs et les indicateurs de performance que la direction veut faire circuler. » À terme et selon la culture de l’entreprise, le cadre intermédiaire peut progressivement évoluer et atteindre des postes de direction.

 

Pour découvrir des opportunités dans les plus grandes entreprises et des témoignages de dirigeants inspirants, c’est par ici : 

Avec AKKA Technologies, passez le cap du handicap

AKKA Technologies a fêté en 2019 les 10 ans de sa politique d’inclusion des personnes en situation de handicap. Bilan.

La Banque Postale : les bons comptes font les belles réussites !

Pour Perrine Kaltwasser, Directeur des risques groupe, la finance est un secteur riche en opportunités pour les jeunes diplômés. A vous de les saisir !

Avec Bouygues Energies et Services : demain se construit aujourd’hui

Penser l’industrie de demain, voilà le quotidien de Carolle Foissaud, DG du Pôle Industrie de Bouygues Energies et Services.

Biscuits Bouvard : Initiales BB

Comme l’explique son DG Pierre Josselin, Biscuits Bouvard doit autant son succès à l’innovation qu’à son intelligence relationnelle interne…

ENGIE, 30 ans de politique handicap et toujours aussi innovant

Rachel Compain, directrice du développement social et diversité d’ENGIE nos explique comment le groupe réinvente et booste sa politique en faveur de l’inclusion du handicap en 2020

Air Liquide : « Nous voulons poursuivre et dynamiser notre politique de recrutement des personnes en situation de handicap. »

Comme l’explique sa Responsable de la mission handicap et inclusion Bérengère Lefort, une entreprise a beaucoup à gagner à être handi-accueillante…

Carrefour : grand consommateur de jeunes talents

La grande distribution fait sa grande mutation ! Tel est le défi d’Amélie Oudea-Castera, Head of e-commerce, data & digital de Carrefour.

France TV : construire ensemble la télé de service public de demain

Offrir des contenus de qualité au public le plus large en veillant au respect de ses missions de service public, tel est le défi que relève le groupe France Télévisions au quotidien. Explications de Francis Donnat, son Secrétaire général.

Jeune dip’ – Septodont : un binôme qui ne manque pas de mordant

Digitalisation, robotisation, intelligence artificielle… La dentisterie fait elle aussi sa mue technologique à l’image de Septodont.

Spurgin Léonhart, une PME en béton !

Rencontre avec Pierre Bollard (Arts et Métiers 84) DG de Spurgin Léonhart industriel français spécialiste des murs préfabriqués doté des usines les plus modernes d’Europe du secteur