FIDÈLES À LEURS VALEURS COOPÉRATIVES, LES 16 BANQUES POPULAIRES RÉGIONALES CULTIVENT UNE RELATION ÉTROITE ET DURABLE AVEC LEURS SOCIÉTAIRES ET CLIENTS. C’EST LE CAS DE LA BANQUE POPULAIRE DU SUD, ACTEUR CLEF DE L’ÉCONOMIE DU LANGUEDOC-ROUSSILLON, TERRITOIRE EN FORTE CROISSANCE DÉMOGRAPHIQUE. TOUR D’HORIZON AVEC FRÉDÉRIC MERCIER (AUDENCIA 91), SON SECRÉTAIRE GÉNÉRAL.

Frédéric Mercier, (Audencia 91), Directeur du Secrétariat Général et Finances de la Banque Populaire du Sud © Béatrice Asnar

Frédéric Mercier, (Audencia 91), Directeur du Secrétariat Général et Finances de la Banque Populaire du Sud © Béatrice Asnar

La Banque Populaire du Sud compte environ 1 900 collaborateurs, 180 points de vente et 500 000 clients, ce qui la place comme seconde banque de détail derrière le Crédit Agricole en termes de parts de marché (avec 10 à 12 % de l’activité bancaire) dans le Languedoc- Roussillon. Sur ce territoire relativement peu industrialisé, et dont l’activité économique est plutôt orientée agriculture, tourisme et BTP, la Banque Populaire du Sud s’affirme comme une banque généraliste qui vise toutes les clientèles : particuliers, artisans, commerçants, professions libérales, agriculteurs, collectivités locales, TPE/PME, etc. « Cependant, certains domaines offrant plus de potentiels de business et de rentabilité, précise Frédéric Mercier, la BPS a ouvert des agences bancaires entièrement dédiées à la clientèle des entreprises ou des professions libérales, dans une approche professionnelle ou privée. Nous avons même, et c’est une première, une agence réservée aux étudiants et aux enseignants sur conseillers dotés des compétences nécessaires, rencontrent un franc succès. » Plus largement, c’est cette formule faite de proximité, mais aussi d’engagement et de disponibilité en matière de qualité de service, qui a permis à la BPS de conquérir de nouveaux clients et de fidéliser son portefeuille. « Ce qui fait notre différence, insiste Frédéric Mercier, c’est la compétence qu’on peut mettre en face du client, la qualité de service qu’on lui sert, la possibilité de réaliser des opérations de base à distance et enfin le respect d’engagements de délais réactifs pour l’ouverture d’un compte, la réponse à une demande de crédit ou l’activation d’un terminal de paiement électronique, par exemple. »

 

“ A la BPS, nous sommes persuadés
que la qualité du contact humain
restera toujours
un atout pour notre relation avec nos clients “

ETRE AVANT TOUT UN FACILITATEUR
La BPS, qui a recruté près de 60 collaborateurs en 2014, offre de belles perspectives de carrière pour des jeunes diplômés qui sauront se donner les moyens de leurs ambitions sur des parcours croisés et dans des services différents. Il est ainsi possible de diriger sa propre agence avant l’âge de 40 ans si les résultats sont au rendez-vous. Au-delà, des parcours au sein du groupe BPCE, ailleurs en France voire à l’étranger, sont de plus en plus favorisés. Entré au sein des Banques Populaires en 1992, Frédéric Mercier est lui-même passé par l’inspection au sein de l’organe central parisien, puis l’audit interne et la direction juridique et financière à la Banque Populaire Occitane (Toulouse) avant d’être nommé Secrétaire Général de la BP Sud (Perpignan) en avril 2014. les organisations mais que l’on retrouve souvent dans les métiers très réglementés, n’est pas normée au sein des Banques Populaires. En fait, je supervise tout le domaine financier, mais également d’autres fonctions transversales que sont le juridique, la qualité, les achats et le pilotage des tableaux de bord au sein de la banque. Je viens vraiment en appui et en aide à la décision. » Frédéric Mercier est également, à côté du Directeur Général, le deuxième « dirigeant effectif » de la BPS à assurer la règle dite des « quatre yeux » en vertu de laquelle au moins deux personnes dirigent effectivement une banque. « Je me définis avant tout comme un facilitateur, ce qui demande des qualités de négociateur et de souplesse pour trouver un consensus lorsqu’il faut trancher entre deux avis où chacun est légitime dans son domaine, ou trouver la bonne solution pour appliquer la réglementation sans entraver le business. » Concernant l’organisation de la BPS et son mode managérial, une autonomie d’action très importante est laissée aux responsables de zones dans leur stratégie et leurs décisions car ce sont eux qui connaissent le mieux leurs clients ou l’environnement économique local. « On est un manager digne de ce nom quand on est capable d’adapter ses propres principes à ce qu’attendent les gens qu’on manage et à leurs particularités. Pour cela, il est enrichissant d’avoir expérimenté des collaborateurs et des situations différentes. C’est en cela que je ne peux qu’encourager la mobilité fonctionnelle et surtout géographique en début de carrière à une période de la vie où la situation personnelle est généralement considérée comme moins contraignante. »

 

B.B.

 

Contact : www.sud.banquepopulaire.fr