La petite mutuelle normande est devenue grande ! Leader mondial de l’assurance, AXA est désormais présent dans 61 pays. Sa mission : apporter des services et solutions adaptés aux besoins de 105 millions de clients à travers le monde. Et ce n’est pas sans risque ! Alban de Mailly Nesle (ESSEC Business School 91), directeur des risques et des investissements nous parle des évolutions technologiques du groupe et des jeunes diplômés qui l’aideront à les relever.

 

©Benjamin Boccas

« Nous voulons des gens qui connaissant le métier et ont l’envie de composer avec les technologies modernes » explique Alban de Mailly Nesle. En effet, à l’heure de la transformation digitale et l’émergence des assurtechs, les assurances doivent se réinventer. Pour favoriser l’émergence d’idées innovantes, AXA a mis en place : des veilles actives sur le secteur des assurtechs, une nouvelle business unit dédiée à l’innovation clients et aux nouveaux business models (AXA NEXT), des partenariats… Le but : dépasser le rôle traditionnel de « payeur de factures » pour devenir un véritable partenaire des clients au quotidien. « Nous focalisons nos efforts d’innovation vers des services à haute valeur ajoutée, permettant d’apporter à nos clients des solutions efficaces et durables. »

Miser sur l’innovation et la technologie

Car la technologie digitale représente une priorité stratégique dans le monde de l’assurance. « Internet nous apporte cette capacité. Nous parlons avec nos clients via les réseaux ».Et ce secteur s’évertue à s’adapter aux attentes des consommateurs. « Nous recherchons des profils technologiques et marketing capables de comprendre les besoins des clients, de fonctionner avec eux dans un monde intermédié ». Cette transformation offre également de nouvelles opportunités aux jeunes diplômés. Et c’est notamment le risque le plus maitrisé, pour un ancien de l’ESSEC, que d’investir dans ses jeunes diplômés. Ce qui est sûr c’est que l’ESSEC forme des étudiants qui répondent aux besoins d’aujourd’hui : à la fois techniques et ouverts sur le monde. Un étudiant de l’ESSEC est tout de suite opérationnel. »

Pour l’amour du risque

« Si vous voulez aller en mer, sans aucun risque de chavirer, alors, n’achetez pas un bateau : achetez une île ! » disait Marcel Pagnol. Pour Alban de Mailly Nesle, c’est tout l’inverse. « En étant sur un bateau, on a la capacité à gérer notre destin… ce qui n’est pas le cas sur une île. Et sans le sens du risque, il n’y a pas de business. » A la fois responsable des investissements et des risques, « mon rôle est de m’assurer que nous avons un bilan de qualité et une gestion efficiente de nos risques. Et ce sont des bases de la finance telle qu’on l’enseigne à l’ESSEC. »

 ESSEC et AXA : pourquoi ça matche ?

« Je pense que l’ESSEC apporte un enseignement très précis, notamment au niveau finance, statistiques et assurance. L’enseignement dispensé donne également une grande ouverture d’esprit, c’est essentiel dans l’assurance compte tenu de la diversité des sujets traités : cyber, longévité, santé, catastrophes naturelles, investissements financiers… »

#ESSECChangedMyLife « Quand on sort de prépa, on peut voir l’ESSEC comme des vacances après le bagne. Ce qui m’a marqué, c’est la diversité des sujets. Il y a ce rôle très pluridisciplinaire. Un de mes cours favoris était le droit car il structure nos sociétés, nos contrats et nos relations professionnelles. Ce qui m’a beaucoup servi dans ma carrière. »

CONTACTS : alban.demaillynesle@axa.com/valerie.ridard@axa.com

Cdiscount « Parce que chacun est différent, nous avons besoin de tous les talents »

De la startup bordelaise au leader français du e-commerce, l’entreprise n’a jamais perdu ses valeurs d’inclusion et de diversité.

J’ai testé pour vous… le campus virtuel de Grenoble École de Management

Septembre 2020, GEM a fait une rentrée remarquée : les étudiants de 1ère année du PGE ont fait leur journée d’intégration… sur un campus virtuel !

Faites la paix économique, pas la guerre !

La paix économique : autre regard sur le monde du business. Mais quel rôle les top managers ont-ils à jouer dans la diffusion de ce nouvel avenir économique ?

ICN Business School poursuit le renforcement de son corps enseignant, de très haut niveau et international

ICN Business School poursuit le renforcement de son corps enseignant dans le cadre de son plan stratégique « Ambition 2022 » et accueille 4 nouveaux professeurs permanents à la rentrée 2020. Ces derniers recrutements portent le corps enseignant ICN à 74 professeurs permanents (dont 92 % titulaires d’un doctorat, 51 % étrangers par la nationalité ou par le diplôme de doctorat) et 17 professeurs affiliés. L’école renforce ainsi son taux d’encadrement tout à fait remarquable de 33 étudiants par enseignant.

54e rentrée ENSTA Bretagne : retour des étudiants sous vigilance et reconnaissance des pairs donnent le ton à cette nouvelle année

Le 7 septembre 2020, à l’occasion de sa première conférence de presse de rentrée, Bruno Gruselle, directeur de l’ENSTA Bretagne est revenu sur le contexte sanitaire inédit qui prévaut en cette rentrée. Il a également déroulé l’actualité, riche, de l’école, tant en termes de formation que de recherche

A Institut Mines-Télécom Business School, innovation rime avec créativité

Cap sur l’édition 2020 de la Semaine de la Créativité et de l’Innovation ! Organisée par l’Institut Mines-Télécom Business School, elle se tiendra aura lieu du 2 au 6 novembre prochain.

Le management interculturel en questions

Alors que l’interculturalité est devenu un must-have pour la quasi-totalité des entreprises, comment le management interculturel peut-il s’adapter dans le monde d’après.

Checkout.com : challengez la Data !

« Vous êtes passionnés de Data et créatifs, bienvenus chez nous ! » assure Valentin Vincendon, VP Business Intelligence at Checkout.com

Une nouvelle identité visuelle pour le Pôle Léonard de Vinci et ses écoles

Pour ses 25 ans, le Pôle Léonard de Vinci fait évoluer son logo et ceux de ses écoles.
Aérienne, moderne et épurée, cette nouvelle identité visuelle, imaginée en concertation avec toute la communauté, s’inscrit dans la rupture.

Antoine Sadoux est nommé secrétaire général d’IMT Atlantique

Âgé de 49 ans, Antoine Sadoux, ingénieur aéronautique de formation, était Directeur du syndicat mixte pour l’aménagement et le développement de l’aéroport de Tours Val de Loire depuis 2017. Il rejoint IMT Atlantique au poste de secrétaire général et aura pour mission de piloter le fonctionnement et la mise en œuvre de la stratégie et du développement d’IMT Atlantique.