La petite mutuelle normande est devenue grande ! Leader mondial de l’assurance, AXA est désormais présent dans 61 pays. Sa mission : apporter des services et solutions adaptés aux besoins de 105 millions de clients à travers le monde. Et ce n’est pas sans risque ! Alban de Mailly Nesle (ESSEC Business School 91), directeur des risques et des investissements nous parle des évolutions technologiques du groupe et des jeunes diplômés qui l’aideront à les relever.

 

©Benjamin Boccas

« Nous voulons des gens qui connaissant le métier et ont l’envie de composer avec les technologies modernes » explique Alban de Mailly Nesle. En effet, à l’heure de la transformation digitale et l’émergence des assurtechs, les assurances doivent se réinventer. Pour favoriser l’émergence d’idées innovantes, AXA a mis en place : des veilles actives sur le secteur des assurtechs, une nouvelle business unit dédiée à l’innovation clients et aux nouveaux business models (AXA NEXT), des partenariats… Le but : dépasser le rôle traditionnel de « payeur de factures » pour devenir un véritable partenaire des clients au quotidien. « Nous focalisons nos efforts d’innovation vers des services à haute valeur ajoutée, permettant d’apporter à nos clients des solutions efficaces et durables. »

Miser sur l’innovation et la technologie

Car la technologie digitale représente une priorité stratégique dans le monde de l’assurance. « Internet nous apporte cette capacité. Nous parlons avec nos clients via les réseaux ».Et ce secteur s’évertue à s’adapter aux attentes des consommateurs. « Nous recherchons des profils technologiques et marketing capables de comprendre les besoins des clients, de fonctionner avec eux dans un monde intermédié ». Cette transformation offre également de nouvelles opportunités aux jeunes diplômés. Et c’est notamment le risque le plus maitrisé, pour un ancien de l’ESSEC, que d’investir dans ses jeunes diplômés. Ce qui est sûr c’est que l’ESSEC forme des étudiants qui répondent aux besoins d’aujourd’hui : à la fois techniques et ouverts sur le monde. Un étudiant de l’ESSEC est tout de suite opérationnel. »

Pour l’amour du risque

« Si vous voulez aller en mer, sans aucun risque de chavirer, alors, n’achetez pas un bateau : achetez une île ! » disait Marcel Pagnol. Pour Alban de Mailly Nesle, c’est tout l’inverse. « En étant sur un bateau, on a la capacité à gérer notre destin… ce qui n’est pas le cas sur une île. Et sans le sens du risque, il n’y a pas de business. » A la fois responsable des investissements et des risques, « mon rôle est de m’assurer que nous avons un bilan de qualité et une gestion efficiente de nos risques. Et ce sont des bases de la finance telle qu’on l’enseigne à l’ESSEC. »

 ESSEC et AXA : pourquoi ça matche ?

« Je pense que l’ESSEC apporte un enseignement très précis, notamment au niveau finance, statistiques et assurance. L’enseignement dispensé donne également une grande ouverture d’esprit, c’est essentiel dans l’assurance compte tenu de la diversité des sujets traités : cyber, longévité, santé, catastrophes naturelles, investissements financiers… »

#ESSECChangedMyLife « Quand on sort de prépa, on peut voir l’ESSEC comme des vacances après le bagne. Ce qui m’a marqué, c’est la diversité des sujets. Il y a ce rôle très pluridisciplinaire. Un de mes cours favoris était le droit car il structure nos sociétés, nos contrats et nos relations professionnelles. Ce qui m’a beaucoup servi dans ma carrière. »

CONTACTS : alban.demaillynesle@axa.com/valerie.ridard@axa.com

QS Executive MBA 2020 : Audencia intègre le top 100 mondial, et gagne 7 places en Europe

Le 30 juin, QS Rankings a dévoilé son classement mondial et européen des programmes Executive MBA. L’EMBA d’Audencia intègre pour la première fois le prestigieux top 100 mondial. Au niveau européen, le programme gagne 7 places pour se hisser à la 41e place. Le profil de ses participants lui permet même d’obtenir la 6e place mondiale sur ce critère.

[EXPERT GRENOBLE INP] La crise de la COVID-19 : une révolution numérique dans les pratiques pédagogiques ?

La situation inédite de la période de confinement a amené l’enseignement supérieur à s’adapter en urgence à l’enseignement à distance.

L’innovation made in UTC

Innover : bien plus qu’un objectif pour l’Université Technologique de Compiègne – UTC, c’est dans son ADN !

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

IMT Lille Douai annonce l’ouverture des inscriptions de son Mastère Spécialisé en Ingénierie de l’Économie Circulaire au Maroc pour la rentrée 2020

Cette formation, proposée en collaboration avec l’École Nationale Supérieure des Mines de Rabat (ENSMR), vise à former des experts de l’ingénierie environnementale et de l’économie circulaire, capables de répondre aux nouveaux défis écologiques et d’accompagner les entreprises et les collectivités dans la transition vers un modèle vertueux, basé sur l’économie des ressources naturelles et le recyclage.

Mon dej avec le boss – Christophe Germain, directeur général d’Audencia

Christophe Germain, directeur général d’Audencia répond aux questions posées par deux étudiants de la business school à l’occasion d’un déjeuner réalisé juste avant le confinement

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

ESTIA et SIGMA Clermont lancent un Mastère Spécialisé « Procédés du futur & robotisation » en partenariat avec les industriels

Né du besoin des industriels qui y sont étroitement associés, à l’instar d’Ariane Group, Dassault Aviation ou le pôle international de compétitivité Aerospace Valley, le Mastère Spécialisé « Procédés du futur & robotisation » est centré sur les procédés de fabrication avancée. Première formation dédiée à la fabrication additive, elle associe les expertises de l’ESTIA (École Supérieure des Technologies Industrielles Avancées) et de SIGMA Clermont. Elle offre un environnement technologique de premier plan et un contenu pluridisciplinaire, pour former des spécialistes, à tous les aspects de sa mise en œuvre. En fort développement dans de nombreux secteurs industriels, porteuse de compétitivité et de durabilité, la fabrication additive constitue une véritable opportunité à l’heure où la relocalisation industrielle en France est une question de premier plan