Moins de 10 ans après son diplôme, Margaux Allix (Polytechnique 2007) a fait son chemin au sein de VINCI Autoroutes pour devenir directrice de la Maîtrise d’ouvrage du réseau Cofiroute. Le point sur une carrière menée à vive allure.

 

Comment construisez-vous l’autoroute de demain ?

Margaux Allix

Les déplacements sur autoroute représentent 20 % des émissions carbone du secteur des transports et 6 % du total des émissions en France. L’autoroute de demain doit donc contribuer à la transition écologique et au respect de la trajectoire fixée par l’accord de Paris.

VINCI Autoroutes, acteur de la transition écologique ?

Nous avons décidé en 2019 d’investir massivement pour réduire nos émissions propres. Pour aller plus loin et inciter nos usagers à réduire leurs émissions, nous avons lancé un programme autoroute bas carbone afin d’accélérer le déploiement des mobilités partagées et décarbonées. Nous sommes convaincus que l’autoroute constitue un terrain idéal pour proposer des services plus durables, par le biais de la mise en place de bornes de recharge électrique par exemple. Nous avons ainsi construit 35 parkings dédiés au covoiturage, outil pragmatique et efficace de lutte contre l’autosolisme. Ces initiatives contribuent également à faciliter les mobilités du quotidien, notamment dans les zones périurbaines ou rurales où la voiture reste indispensable pour se déplacer.

En route vers le futur

« Nous construisons un pôle d’échange multimodal aux portes de Paris avec une gare routière : les usagers pourront ainsi laisser leur voiture à 40 km de Paris et rejoindre les gares RER de Massy et d’Orsay en empruntant un bus dédié. Nous travaillons aussi sur la performance environnementale de nos chantiers : le recyclage des chaussées, la réduction des consommations d’eau et d’énergie, la prise en compte de la biodiversité… En tant que cheffe d’orchestre des chantiers, je fixe des objectifs ambitieux, en matière d’environnement et de sécurité notamment, pour travailler avec des partenaires qui partagent nos valeurs. Mon ambition : entraîner tout notre écosystème avec nous. »

Quelle place pour un.e jeune X ?

Le groupe VINCI intègre des centaines de métiers, et réalise des milliers de chantiers partout dans le monde. Autant dire que les opportunités ne manquent pas, surtout pour un.e jeune X. Vos principaux atouts ? Vos compétences multidisciplinaires, votre curiosité, votre envie de faire avancer les choses, votre goût pour l’innovation et votre capacité à vous adapter dans un monde changeant. Au sein de ma direction plus particulièrement, nous recherchons des jeunes talents sur des postes de conduite de projets d’aménagement, pouvant évoluer ensuite vers du management. J’accueille également huit stagiaires chaque année dans mon équipe !

Quid de votre politique de mobilité interne ?

Le groupe encourage la mobilité à tous les niveaux, entre les entités, en France et à l’international. Les jeunes talents font bouger les lignes. Ils évoluent désormais sur des cycles professionnels plus courts, ce qui nous pousse à développer notre mobilité interne et transverse. Cette jeune génération est plus engagée et plus ferme sur ses valeurs. C’est une grande force. Ils viennent travailler par conviction. Nous sommes confrontés à de nouvelles attentes ce qui est un vrai moteur pour nous remettre en question.

Quels conseils pour les accompagner en début de carrière ?

Soyez très attentifs à la correspondance entre vos valeurs personnelles et celles de l’entreprise. Et surtout, osez exprimer vos envies et vos attentes en matière d’évolution. Et si le secteur de la construction est encore plutôt masculin, chez VINCI, nous sommes convaincus de l’apport positif qu’offre une diversité très large dans les effectifs. Ma grande fierté ? Contribuer à des projets d’intérêt général et expliquer à ma fille que j’ai participé à la construction de ce parking de covoiturage ou ce passage pour animaux.

« Si vous avez envie de contribuer à une mobilité plus durable et plus solidaire, vous serez bien chez nous. »

 

Contact : margaux.allix@vinci-autoroutes.com

 

 

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.

France TV : construire ensemble la télé de service public de demain

Offrir des contenus de qualité au public le plus large en veillant au respect de ses missions de service public, tel est le défi que relève le groupe France Télévisions au quotidien. Explications de Francis Donnat, son Secrétaire général.