Chez Otis, l’innovation n’est pas un concept, c’est une culture depuis près de 160 ans et le premier système de sécurité pour ascenseur, qui a donné naissance à la ville moderne. Aujourd’hui encore, Laurent Chevalier (Mines Saint Étienne, Institut Supérieur des Techniques de Production 2001), Directeur France Chantier Constructions Neuves d’Otis Elevator, perpétue cette tradition auprès des jeunes talents. Rencontre.

 

Comment l’esprit d’innovation s’exprime-t-il au sein d’Otis ?

Copyright OTIS

Il y a 20 ans environ, les équipes d’engineering ont déposé un brevet d’ascenseur révolutionnaire avec un système de courroies plates qui rompt avec la traction par câble. Plus résistant et durable, ce système ultracompact offre un gain de place considérable aux architectes car il ne nécessite plus de local pour la machinerie. Cette innovation, réalisée en partenariat avec le conglomérat UTC, apporte une vraie valeur différenciante sur le marché. Aujourd’hui, de nouveaux produits et services sont à l’étude et à l’ère de la digitalisation nous focalisons notre attention sur la mise à disposition de datas en temps réel sur les ascenseurs neufs mais aussi sur tout le parc en maintenance avec des dispositifs communicants.

Et au quotidien ?

Les membres du comité de direction nourrissent la créativité par leur forte proximité avec les équipes. Ils se rendent sur le terrain tout au long de l’année et rencontrent les jeunes talents tous les trimestres pour échanger et trouver de nouvelles approches projets. C’est une démarche très stimulante qui permet également aux jeunes de se projeter. J’en suis le meilleur exemple : j’ai rejoint le groupe en alternance il y a près de 20 ans pendant mon parcours ISTP-Mines. Otis donne véritablement sa chance aux jeunes ; par exemple nous avons même monté des partenariats avec l’IRUP/ISTP pour former les techniciens en alternance sur des cursus annuels.

Comment favorisez-vous l’intégration et l’évolution de vos talents ?

Toute nouvelle recrue, ingénieur ou technicien, passe ses premières semaines au siège afin d’asseoir sa connaissance du réseau, de la structure et du métier. Ensuite, nous avons des parcours de formation par filière pour leur proposer des carrières sur-mesure et même à l’international. Notre nouveau Président Otis France vient ainsi d’Otis Suisse, après avoir commencé en France en tant qu’ingénieur chantier. Le meilleur moteur de votre carrière, c’est votre engagement.

Otis University Comme Laurent, les talents les plus motivés ont l’opportunité de suivre ce programme qui inclut 3 sessions annuelles de 2 à 3 semaines, chacune dans un pays différent. L’occasion d’échanger sur les bonnes pratiques et de stimuler l’émulation au sein du réseau. « La première session à laquelle j’ai participé se déroulait au siège aux États-Unis, la seconde à Londres avec UTC et la troisième en Chine, à la découverte des usines et du marché chinois. »

Quelles opportunités s’ouvrent aux jeunes diplômé.e.s ?

Nous sommes sur une phase croissante d’embauches pour répondre aux besoins du marché. Sur la partie Constructions neuves, nous ambitionnons donc de recruter une cinquantaine de techniciens et une dizaine d’ingénieurs travaux et d’affaires. Et nous avons le même objectif concernant la partie Maintenance et Services.

Quel conseil pourriez-vous leur donner ?

Restez curieux et ouverts. Un bon ingénieur n’hésite pas à s’impliquer sur des sujets multiples même en dehors de son pré carré. Dans un environnement en mouvance comme celui d’Otis, c’est capital. Cette envie fait non seulement avancer l’entreprise mais également votre carrière… à condition de vous inscrire dans une relation pérenne avec l’entreprise !

La culture des Mines « Mon parcours en alternance m’a permis d’allier ma base de connaissances technique à un cadre de réflexion plus global. Les nombreux projets sur lesquels j’ai travaillé ont véritablement stimulé ma curiosité et m’ont ouvert l’esprit sur l’ensemble des composantes d’une entreprise : techniques, finances, humaines… Notre tuteur école qui venait du monde de l’industrie nous a aussi fortement aidés à progresser par ses conseils issus de sa propre expérience. »

Contact : laurent.chevalier@fr.otis.com

« Aujourd’hui, vous intégrez Otis en tant qu’ingénieur, demain, votre motivation et votre talent peuvent vous amener à orienter votre carrière en France ou à l’international et diriger des organisations à travers le monde. »

L’hôtellerie : un secteur bien loti

Avec le tourisme et la restauration, l’hôtellerie est un des plus gros pourvoyeurs d’emploi à l’échelle mondiale. Une étudiante de FERRANDI Paris confirme.

Santé : un secteur en pleine forme

Biomédical, IA, numérique, télémédecine : le secteur de la santé n’a jamais eu autant d’énergie. Comment ce domaine éminemment humain fait-il du digital son meilleur allié pour demain ?

Agroalimentaire/ grande distribution : en route vers transition alimentaire

Equilibre alimentaire, anti-gaspi, vegan, sans gluten, bio, locavorisme, AMAP, drive : l’ère de l’hypertransformation des aliments et des achats en hypermarchés est-elle en train de s’éteindre ?

Nouveau look pour un nouveau luxe

Plus casual, plus digital : vêtu de son nouveau look, le luxe est-il devenu plus accessible aux consommateurs ? C’est en tout cas le défi lancé aux jeunes diplômés qui rejoindront ce secteur.

Développeurs et codeurs : tout le monde se les arrache !

Focus sur la nouvelle formation de l’IESEG School of Management en partenariat avec Le Wagon par Caroline Roussel, Directrice Adjointe de l’IESEG School of Management.

Bonduelle : une boîte qui conserve sa fraîcheur

Légumes en conserve, frais ou surgelés, Bonduelle est une marque familiale, historique et iconique en France mais aussi à l’international.

Aéronautique & défense : qui sera le nouveau Thomas Pesquet ?

Travailler à la NASA ? Un rêve devenu réalité pour Alexandre Kling, diplômé de l’ENSMA. Zoom sur une filière aux multiples défis.

Recrutement, des lendemains qui chantent

Emploi des cadres : tous les indicateurs sont au vert, notamment pour les jeunes diplômés qui représentaient une embauche cadre sur 5 en 2019. Les tendances à ne pas rater en 2020.

{TRIBUNE} « Nous y voilà, nous y sommes »

Je le dis ici sans aucun cynisme : merci coronavirus pour ce coup de pied au cul aussi violent que salutaire Tribune de notre journaliste Jérôme Bourgine

Faites de votre marque une championne des réseaux sociaux !

Tuto des pros de l’agence digitale Braaxe : comment gérer les réseaux sociaux d’une marque ? Leurs 7 conseils.