Franck Riester, ministre délégué au Commerce extérieur et à l’Attractivité, a profité de sa visite à l’ESCE, Ecole Supérieure du Commerce Extérieur, école du pôle Management d’INSEEC U., le 5 mars dernier, pour affirmer le rôle prépondérant du dispositif Export dans le Plan France Relance.

 

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

 

Chaque pôle a présenté au Ministre et à la délégation TeamFranceExport, les spécificités ESCE en terme de Pédagogie, de Vie Etudiante, d’accompagnement par le Career Center de l’école, cœur de l’employabilité des diplômés, de Dispositif de Relations Internationales, et de Digitalisation des éléments numériques portant notamment sur la Géopolitique, les Humanités et les « Doing Business In … », véritables émissions, recueils de connaissance, et guides de comportement professionnel et personnel dans le monde.

Excellence et efficacité professionnelle de la formation ESCE

En échangeant avec des élèves et des alumni, le ministre a pu constater l’excellence et l’efficacité professionnelle de la formation dispensée aux étudiants. En particulier, elle leur permet d’effectuer des missions à l’étranger, notamment dans le cadre du VIE (volontariat international en entreprise).

Mathilde, diplômée en 2018, raconte: «J’ai fait un VIE à Londres au sein de Nobilis, une société de décoration d’intérieur et d’ameublement. De retour à Paris, j’ai continué à y travailler pour développer des marchés en Amérique Latine, en Roumanie ou encore en Grèce».

« Environ dix élèves de l’école effectuent chaque année un VIE à la fin de leurs études et 3 sur 5 sont employés ensuite par l’entreprise dans laquelle ils l’ont réalisé », explique Sylvie Vignes, directrice du Career Center de l’ESCE.

Des propos que le ministre a approuvé : « Quand on a une formation internationale comme la vôtre, je suis convaincu qu’on a plus d’opportunités. ».

Etre acteur de la relance par l’Export

Après cette visite, une conférence « Etre acteur de la relance par l’Export en développant ses compétences en International Business » a réuni aux côtés de Franck Riester, Christophe Boisseau, Directeur général – ESCE, Mathias Emmerich, Président exécutif INSEEC U., Sylvie Faucheux, Dean INSEEC U., Caroline Bianchi, Directrice de la faculté et de la stratégie pédagogique – ESCE, Claude Obadia, Directeur du Programme Doctoral – ESCE, intervenants devant nos étudiants et nos partenaires BPI France, Business France, La Fabrique de l’Exportation, International Chamber of Commerce France, le Medef Paris, ainsi que Marie Silin, députée de la circonscription et Philippe Goujon, maire du XVème arrondissement.

L’importance des langues étrangères

Le ministre y a bien sûr insisté sur l’importance de l’étude des langues étrangères : « Quand je demande à des chefs d’entreprise étrangers ce qui manque à la France pour être encore plus présente dans leurs pays, ils me répondent : la maîtrise de l’anglais. »

À l’ESCE, la majorité des cours se déroule en anglais et l’école propose en complément l’étude d’une vingtaine de langues. Un atout majeur qui la différencie d’autres business schools et permet d’attirer chaque année de nouveaux étudiants. À ces propos, Roxane Slama, présidente de l’ESCE Business School Alumni, a réagi en apportant son témoignage : « J’ai appris le mandarin ici à l’ESCE. C’est ce qui m’a permis de travailler pour le marché asiatique : je travaille aujourd’hui pour China Telecom. ».

Le directeur général de l’ESCE, Christophe Boisseau, ajoute que 90 % de ses étudiants en premier emploi obtiennent bien une mission à l’international, ce qui confirme que notre ADN et nos enseignements sont bien en cohérence avec les attentes des entreprises. Une offre qui fait rêver surtout en cette période difficile pour trouver un emploi.

La journée s’est ensuite conclue par un temps d’échanges informels avec le Ministre qui a également accepté d’être parrain de la promotion 2020 de l’école.