Vous êtes étudiant français ou international ? Vous voulez tenter un Bachelor ou un Master ? Vous êtes candidat au Concours Sésame ou au Concours Ambitions + et votre cœur balance encore dans le paysage florissant des business schools françaises ? Christophe Boisseau, DG de l’ESCE vous dit pourquoi cette école est faite pour vous !

 

La philosophie de l’ESCE ?

L’ESCE a été créée en 1968 avec l’idée de former des jeunes afin de constituer des bataillons de diplômés pour l’export. C’est toujours vrai aujourd’hui et c’est comme cela que l’ESCE se distingue clairement du modèle type des business schools qui fait qu’aujourd’hui tant d’écoles se ressemblent. L’ESCE c’est LA grande école des carrières internationales… et les deux morceaux de cette phrase sont importants ! Non seulement nous jouons « dans la cour des grands » (l’ESCE est membre de la CGE, a le grade de Master et est accréditée EPAS) mais aussi, si ce n’est surtout, nous préparons de façon unique nos étudiants à des carrières internationales.

Cela passe par le Passeport de compétences ?

Effectivement. Ce passeport de compétences comprend trois rubriques. D’abord, les compétences en langues étrangères avec une offre unique de 20 langues proposées, 4.5 h de pratique minimum par semaine sur plusieurs niveaux, du débutant au confirmé. Ce qui permet par exemple à nos étudiants de débuter le chinois en 1A avec un niveau débutant et de terminer leur cursus avec un niveau opérationnel pour le business. Pour ceux qui veulent aller plus loin, nous proposons aussi des tracks 100 % en anglais.

Deuxième axe de ce passeport : les savoir-faire métiers autour de l’international. Des éléments techniques de l’export, jusqu’au management d’équipes internationales, en passant par la compréhension des affaires internationales (grâce à des cours de géopolitique, à notre Forum des Humanités…) et l’excellence opérationnelle sur le terrain.

Troisième axe enfin : les soft skills. Mais pas n’importe lesquelles, des soft skills clairement identifiées sous la forme de cinq méta-compétences (se gérer soi même, écouter les autres, développer une culture du développement durable…) et dont on mesure la progression tout au long du parcours de l’étudiant, que ce soit à l’école ou lors de ses expériences professionnelles (stage, alternance…).

Former des spécialistes de l’international alors que les déplacements dans le monde sont quasiment gelés : impossible n’est pas ESCE ?

Le monde est international et continuera de s’internationaliser, mais avec des approches plus liées à la RSE et au développement durable notamment. D’ailleurs, les entreprises ont besoin de jeunes talents rompus aux codes de l’international et de ces nouvelles tendances, pour disposer de ces compétences qui leur manquent encore. Et à l’ESCE la passion de l’international n’attend pas ! Nous avons en effet lancé il y a deux ans huit tracks géographiques permettant de partir sur une zone précise dès la 1A et donc, sans attendre la 3ème, la 4e ou la 5e année, comme c’est généralement le cas en business school.

Choisir l’ESCE c’est aussi choisir d’intégrer INSEEC U. Concrètement, qu’est-ce que ça change pour vos étudiants ?

Ça change beaucoup de choses ! Si notre pédagogie et notre recherche sont autonomes, cela favorise les interactions entre les chercheurs de toutes les écoles du groupe. Cela nous permet aussi de centraliser certains coûts et ainsi par exemple, de mettre à disposition de nos étudiants deux studios d’enregistrement équipés d’un « fond vert ». Faire partie d’INSEEC U. nous offre aussi la possibilité de développer des passerelles avec ses autres écoles : un étudiant de l’ESCE peut ainsi faire sa 5A à Sup de pub ou à l’HEIP ou encore suivre un double-diplôme avec l’ECE, école d’ingénieurs. La force du groupe permet également de proposer à nos élèves 22 doubles diplômes avec des universités étrangères (en Chine, en Allemagne…).

La vie étudiante continue à l’ESCE !

Malgré la crise Covid et le déploiement de l’enseignement à distance, l’ESCE tient à ce que la vie étudiante se poursuive. Ces derniers mois, nous avons par exemple lancé un challenge entre les étudiants pour aider les associations à plus et mieux s’internationaliser. Toutes les semaines, le BDS donne des conseils pour s’entrainer chez soi, ne pas se laisser aller, bien s’alimenter…  La vie associative est quelque chose de très fort chez nous : humanitaire, théâtre, photo, ski, voile, foot, rugby… les 40 associations de l’école parlent à toutes les personnalités et donnent à chacun la possibilité d’intégrer un réseau de camarades inter-promos.

Justement, comment aidez-vous vos étudiants à s’inscrire dans une logique réseau ?

Ils peuvent bien sûr avoir accès au réseau des alumni, présidé aujourd’hui par Roxane Slama, Head of Sales, multinational Corporations, chez China Telecom. 12 500 diplômés et ambassadeurs répartis dans 80 pays à travers le monde et qui nourrissent un incroyable réservoir de stages et de premiers jobs. Mais ils ne doivent pas oublier que le meilleur réseau est aussi celui qu’on se constitue soi-même pendant ses études. Pour ce faire, ils peuvent par exemple nouer des contacts porteurs lors des cours online mis en place ces derniers mois avec nos 190 universités partenaires réparties sur les cinq continents.

Pourquoi choisir l’ESCE ?

Parce que c’est l’école où l’on vient gagner sa liberté internationale. L’école qui vous permet d’acquérir l’expertise et l’expérience pour être à l’aise dans un domaine ou dans un métier, dans le monde entier.