Spécialisé dans le traitement acoustique et thermique pour le secteur automobile, AUTONEUM emploie plus de 12 000 personnes dans 25 pays. Actuellement en pleine croissance, le groupe Suisse a fait de la culture de la performance sa marque de fabrique, comme nous l’explique Pascal Boll, Directeur des Ressources Humaines pour la France.

 

Comment AUTONEUM est-il devenu leader sur un marché très concurrentiel ?

L’automobile et l’équipement automobile sont effectivement des secteurs où la concurrence est forte. Néanmoins, AUTONEUM a fait dès le début le choix de rester dans son domaine d’expertise, en se spécialisant sur la conception et la fabrication de systèmes de protection acoustique et thermique : encapsulage du moteur, tapis acoustique absorbant les vibrations… Devenu leader sur ce segment, le Groupe est aujourd’hui reconnu pour son expertise et compte parmi ses clients tous les constructeurs automobiles à l’échelle mondiale.

Sur quels axes de développement s’appuie la stratégie du Groupe pour les années à venir?

Tout d’abord, pour soutenir notre forte croissance en Asie et accompagner nos clients, nous souhaitons développer de nouveaux sites de production sur ce continent portant leur nombre à 11 dont 4 toutes nouvelles usines mises en place en 2017. En parallèle, la stratégie du Groupe s’oriente très clairement vers la numérisation et l’automatisation pour améliorer sa performance. Après avoir équipé ses usines du logiciel SAP sur une grande partie de ses sites de production, le Groupe lance plusieurs projets simultanés comme le premier robot collaboratif (« Cobot ») qui vient tout juste d’être mis en place sur notre site en Suisse. A terme, il vise à remplacer les tâches pénibles et répétitives des collaborateurs en production.

Et concernant le véhicule électrique ?

Nous développons des solutions innovantes pour accompagner le développement de ce mode de transport plus propre, qui représentera un fort potentiel sur le marché d’ici à 2025. Dans les véhicules électriques il n’y a plus de bruit émanant des moteurs thermiques et une plus grande attention est nécessaire sur les sources sonores qui sont nouvelles ou ont été auparavant cachées, tels que les ventilateurs, les pompes ou encore les composants d’entraînement électroniques. En raison de batteries relativement lourdes à bord, les véhicules électriques exigent également une réduction du poids grâce à l’utilisation de composants légers. C’est un gros challenge pour les innovations développées dans notre centre de recherches et développement à Winterthur en Suisse. Par ailleurs, une collaboration entre Autoneum et les constructeurs vient de se mettre en place sur de nouvelles tendances ; un nouveau centre de développement Autoneum «Competence Center New Mobility» a ouvert ses portes en 2017à Silicon Valley en Californie pour accompagner ce changement technologique.

Quelles sont les valeurs qui caractérisent la culture AUTONEUM ?

La recherche de performance est présente à tous les niveaux, que ce soit au siège en Suisse ou dans toutes les entités du Groupe à travers le monde. Les valeurs du Groupe sont au nombre de six, et incarnent au quotidien nos pratiques managériales :

– Simplicité : elle permet de travailler avec efficacité
– Amélioration continue : en utilisant le lean-management notamment
– Global Spirit : le multiculturalisme est présent au quotidien
– Innovation : elle est au cœur de notre stratégie
– Responsabilité : elle représente le respect et la rigueur
– Passion : elle est nécessaire pour suivre les besoins des clients
Ces valeurs forment le pilier de notre culture de la haute performance (High Performance Culture).

Comment les jeunes diplômés qui rejoignent AUTONEUM sont-ils accueillis et accompagnés dans leur évolution de carrière ?

Chaque nouvel arrivant bénéficie d’un « On-boarding », une journée d’intégration, de visite et de rencontres avec les membres du Top Management qui présentent de façon ludique et concrète leur activité. Chaque manager a ensuite à cœur de développer les compétences de ses collaborateurs, en s’appuyant sur une politique globale d’accompagnement et un plan de formation solide. Au bout de 2 à 5 ans d’expérience, les collaborateurs ont la possibilité de faire partie de la vingtaine de talents sélectionnés chaque année en interne pour participer à notre « International Learning Program » (ILP).

Que comprend cet « International Learning Program » ?

Il s’agit d’un programme de formation de 3 semaines à l’étranger où le collaborateur travaille sur lui-même, sur la conduite de projets en équipes et sur le leadership et le management. A l’issue de ce programme, il sort diplômé de « l’école ILP », propose un projet à notre « board » et pourra bénéficier de rapides opportunités de carrière. Il y a 2 conditions pour bénéficier de ce programme : parler anglais et accepter la mobilité. En complément, pour les collaborateurs ayant un réel potentiel et déjà une belle expérience chez nous, le Groupe propose durant 15 jours le programme « High Performance Leadership » (HPL), afin de développer le management multiculturel et travailler sur son rôle de futur leader.

Parlez-nous précisément de cette « pépinière » que vous venez de créer ?

Les jeunes diplômés à fort potentiel peuvent postuler directement pour intégrer notre pépinière européenne de jeunes ingénieurs, où ils vont suivre pendant 18 mois un parcours d’intégration (dont 3 mois à l’étranger) et évoluer dans les domaines développement de produits, de la gestion de programmes, de l’outillage et de l’ingénierie des procédés. Suivis par un mentor, ces jeunes talents « pépinière » seront sélectionnés et recrutés en CDI à partir de juin 2018.

Qu’en est-il de la mobilité internationale ?

De par notre organisation « cross-country » chaque collaborateur est en contact régulier avec des collègues du monde entier. Il n’est pas rare qu’un ingénieur basé en France ait son responsable direct basé en Pologne, en Suisse ou au Royaume-Uni. Le détachement à l’étranger en tant que tel n’est pas un passage obligé. Les collaborateurs ont à leur disposition un « Job Market » qui propose des opportunités professionnelles dans l’ensemble des 25 pays où nous sommes présents, sur tous les continents. Il est également possible de changer de métier en profitant de ces opportunités, en passant par exemple du développement, au projet ou au commercial. J’en suis un exemple vivant puisque j’ai pu évoluer du poste d’ingénieur sécurité à la Direction des Ressources Humaines. Et je ne suis pas une exception !

En tant que DRH, qu’attendez-vous de la nouvelle génération de femmes et d’hommes qui vous rejoignent ?

Avant tout des personnes à l’aise dans un environnement international et familier avec les nouvelles technologies, capables d’accompagner nos défis liés aux nouvelles tendances telles que l’e-mobilité, la numérisation et la conduite des véhicules autonomes. Nous accordons également une grande attention à la créativité des collaborateurs qui nous rejoignent : cela est essentiel pour apporter à nos clients des solutions innovantes et respectueuses de l’environnement. Enfin, la maîtrise de l’anglais reste un atout pour accéder à des postes à forte responsabilité, elle est indispensable pour nous rejoindre.

Chiffres clés : CA : 2,2M de Francs Suisses (1,9 M€) / +de 12 000 employés, dont 650 en France / 55 sites de production / Répartis dans 25 pays

Instant RH : AUTONEUM recrute un jeune diplômé issu d’une école d’ingénieurs avec de préférence une sensibilité « développement » ou « matériaux » pour son centre de développement d’Aubergenville (78), situé à 40 min de Paris en train ou par l’A13. Doté d’un esprit d’équipe et de bonnes capacités de synthès

e et d’analyse, il bénéficiera du parcours d’intégration « pépinière » de 18 mois mis en place par le Groupe.
Son conseil aux étudiants : J’aime beaucoup la citation de Jean Piaget, psychologue suisse, pour qui « l’intelligence n’est pas ce que l’on sait, mais ce qu’on fait quand on ne sait pas ». En tant que DRH, j’ai des responsabilités très larges touchant plusieurs domaines de compétences (Paie, Juridique, Formations, Sirh,..) ? Généraliste RH avec une formation initiale d’ingénieur sécurité, je me suis entouré de personnes compétentes dans chaque domaine et mon rôle est de faire travailler mon équipe avec efficience, dans un environnement riche et motivant. C’est mon quotidien. Donc mon conseil : savoir prendre des risques pour provoquer des opportunités et savoir bien s’entourer pour travailler en équipe !

********

Contacts : pascal.boll@autoneum.com

brigitte.bride@autoneum.com

 

 

 

Avec Michaël Jeremiasz, le handicap monte au filet

Quadruple médaillé paralympique, le tennisman français Michaël Jeremiasz fait de l’inclusion son cheval de bataille. Rencontre avec un champion qui conjugue sensibilisation et action

Notre top 5 des podcasts de l’été

Culture, humour, voyages, interviews… Ecoutez sans modération sur la plage, dans l’herbe ou partout où vous vous sentirez bien cet été, ces 5 podcasts, écoutés et approuvés par la rédaction.

Le grand témoin – Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées

« En 2020, l’accès à l’emploi reste un de nos plus grands combats ». Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées revient sur les derniers engagements du gouvernement

[#PopTaCulture] Les Enfants loups, Ame et Yuki

Sarah Bousnina, responsable cinéma du Bureau des Arts d’ICN Business School, nous partage sa passion pour les animés et nous présente l’un de ses préférés : Les Enfants loups, Ame et Yuki.

[Sup vs Covid] Communication de crise mode d’emploi

Basculer en 100 % distanciel en moins de deux semaines : les grandes écoles et universités ont relevé le défi que le confinement leur a imposé ! Un défi pédagogique et technique qui n’aurait pas pu être tenu sans une communication de crise ultra efficace....

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.