POUR LES MANAGERS DE DEMAIN
Menu

A la recherche des femmes qui s’engagent

Penser L’après, un média engagé fondé par une étudiante de Sciences Po Paris, nous partage sa tribune sur les femmes engagées pour notre numéro spécial EmpowHER. 

 

Commençons par un petit jeu. Concentrez-vous et énumérez toutes les femmes engagées publiquement dans une grande cause politique, sociale ou environnementale. Simone Veil, Gisèle Halimi, Simone de Beauvoir, Brigitte Bardot, Vandana Shivaa, Emma Watson… Artiste, militante, cheffe d’entreprise ou entrepreneure, ne vous limitez pas. Maintenant, répétez la même expérience avec des noms d’hommes, puis comparez vos deux listes. Si vous faites partie du commun des mortels, vous constaterez que vous séchez plus rapidement quand il s’agit de citer des femmes, et que vous pensez principalement à ces dernières lorsqu’elles défendent une cause spécifiquement féministe.

Pas de panique, nous sommes dans le même cas ! Les femmes de conviction, bien qu’elles existent, sont peu visibles dans la restitution que nous avons de l’Histoire ou encore dans la sphère médiatique. Prenons les manuels scolaires : une étude sur le sujet nous apprend que sur 144 biographies de personnalités politiques tirées de livres d’Histoire, 5 seulement sont consacrées à des femmes. Dans les médias audiovisuels, on ne fait pas beaucoup mieux ! Si les femmes sont représentées à 41 %, leur temps de parole ne s’élève qu’à 36 %. Difficile de faire entendre ses convictions sur un plateau quand le patriarcat a la peau dure.

Penser L’après : le média qui invite des acteurs du changement dans votre salon

Qu’en est-il de la nouvelle génération, réputée pour son intérêt grandissant notamment sur les sujets environnementaux ? Bonne nouvelle, les jeunes femmes semblent être de plus en plus nombreuses à donner de la voix ! Greta Thunberg ou Malala Yousafzai sont des figures de la scène internationale, mais des françaises comme l’activiste écologiste Camille Etienne ne sont pas en reste.

Un bon exemple à découvrir également, celui de Stacy Algrain, étudiante en Master 1 Environmental Policy à Sciences Po Paris. Son projet Penser L’après a vu le jour en mars dernier, après l’élément déclencheur de la crise de la Covid-19. L’objectif ? Créer un espace de débat et d’analyse sur des thématiques politiques et sociétales actuelles, en invitant des spécialistes à échanger sous un format webinaire. Un seul mot d’ordre : rendre la connaissance et le savoir accessibles à tous, mais également démystifier la parole des experts.

Après 8 mois d’existence, plus de 23 webinaires organisés et 45K vues sur YouTube, le projet prend de l’ampleur. Avec une équipe comptant maintenant 25 membres et de grandes ambitions pour le futur, Stacy se lance sur une nouvelle série : Penser L’après Patriarcat.

Penser L’après Patriarcat : une approche intersectionnelle pour mieux rendre compte de la réalité

Le patriarcat est-il un système indépendant ? Que sont les masculinités ? Féminisme et écologie vont-ils de pair ? Y a-t-il plusieurs féminismes ? Pour mieux rendre compte des enjeux contemporains du patriarcat et des mouvements sociaux qui s’y opposent, Penser L’après valorise une approche intersectionnelle. Depuis les enjeux de la famille jusqu’au combat des femmes racisées, en passant par l´écoféminisme, Stacy et son équipe abordent la thématique sous tous ses angles en laissant néanmoins la parole à l’opposition.

Après un premier épisode sur les racines du patriarcat avec Hélène Périvier, professeure à Sciences Po et directrice du Programme de Recherche et d’Enseignement des SAvoirs sur le Genre, Penser L’après vous propose 15 webinaires pour mettre à plat les problématiques liées au système patriarcal et déconstruire votre vision du monde.

Pour suivre la série ou découvrir les épisodes spéciaux sur l’actualité écologique, politique et sociétale, rendez-vous sur nos réseaux sociaux !

Facebook : @PenserLapres / YouTube : Penser L’après / Instagram : @penser_lapres

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter