Moins de 30 % de femmes en ingénierie et en informatique… Et alors ? Géraldine Nicollin (Epita 91), VP Ingénierie Radar et Guerre Electronique de Thales et major de sa promotion à l’Epita, ne cesse d’exercer de hautes responsabilités dans ce domaine depuis 27 ans.

 

Le moteur de carrière de la dirigeante : relever le challenge d’une ingénierie performante et innovante en tant que femme dans un univers très masculin ! « Les études secondaires ne me passionnaient pas mais l’Epita proposait d’imaginer, concevoir et réaliser du logiciel au travers de projets en apprenant à travailler de façon efficace en équipe. Ce que j’y ai appris m’habite toujours aujourd’hui ! »

L’informatique, un métier d’avenir

Qu’est-ce qui a convaincu Géraldine Nicollin, plutôt intéressée par le tourisme, à entreprendre des études d’informatique ? L’aspect concret du métier et les possibilités offertes par le secteur. Au sein de Thales, elle a changé 8 fois d’entité et ses fonctions l’ont amenée à voyager dans le monde entier. Une diversité de métiers, de cultures et d’opportunités qui fait la richesse de ce groupe de 25 000 ingénieurs dans 56 pays. « La mobilité dans le groupe est phénoménale. Tout au long de ma carrière j’ai eu l’opportunité de rencontrer des métiers très divers, de relever des challenges techniques complexes en équipe. Thales m’a également accompagnée dans mon parcours pour devenir manager. »

« La danseuse qui coûte cher »

Sous l’impulsion de son manager, Géraldine Nicollin suit une formation interne pour développer son leadership. « Il ressortait que je donnais l’image d’un leader avec qui on avait envie de travailler… mais qui n’avait pas les compétences (sans aucun doute un biais inconscient). J’ai alors compris que dès les premières minutes je devais convaincre de mes compétences et je saurais m’imposer en tant que manager. 18 mois plus tard j’en avais fait la preuve et le responsable du programme a pleuré le départ de ‘‘sa danseuse qui lui coûtait cher » (car c’est ainsi qu’il m’avait perçue à mon arrivée dans son équipe ! ), pour prendre un programme a plus fort enjeu ». Depuis, je n’ai cessé de gérer des projets de plus en plus complexes à l’international et je n’ai plus reçu de commentaires déplacés et sexistes ; de plus les mentalités du groupe ont bien évolué. Le principe de diversité et d’inclusion est aujourd’hui une priorité au sein de Thales. »

Un management responsabilisant et engageant

Aujourd’hui, Géraldine dirige une équipe de 800 ingénieurs qui développent des radars de combat, des systèmes de guerre électronique pour des applications marines, aériennes ou spatiales ! « Cela m’a toujours plu d’entraîner des équipes face à un challenge technique complexe et de leur donner les moyens de le relever. Je leur transmets ma passion. J’ai eu la chance d’avoir un mentor qui m’a fait confiance. Aujourd’hui mon rôle est à mon tour de permettre à mes collaborateurs de grandir. Nous sommes à un vrai tournant du rôle du manager au sein de l’entreprise qui porte une vision, donne du sens et devient un coach pour son équipe et je suis très fière de pouvoir y contribuer ! »

 Dîtes YES à Thales !

YES pour Young Employee Society est un parcours d’intégration dédié aux jeunes talents. Une priorité à l’échelle du groupe mais aussi pour Géraldine Nicollin qui compte embaucher 200 ingénieur-e-s l’an prochain. Avis aux jeunes femmes : le groupe a un objectif de recruter 40 % de femmes à tous les niveaux et tous les métiers ! « Nous travaillons sur des solutions extrêmement sophistiquées pour lesquelles nous avons besoin de jeunes de tout horizon. Le groupe réalise un gros travail sur la diversité car c’est un vrai accélérateur d’innovation. Je compte déjà 50 % de directrices dans mes effectifs. Personnellement, j’ai toujours tiré une grande force dans ma carrière d’être une femme. Chacun-e va trouver sa place dans l’ingénierie en tant que personne. » Géraldine Nicollin s’engage aussi en faveur de cette mixité en tant que marraine de l’association Elles bougent depuis 8 ans.

Femmes d’influence, who runs the world ? « Avant de rejoindre Thales, j’ai quitté mon 1er poste au bout d’un mois car j’étais vraiment sous-exploitée. Thales est une des rares entreprises à proposer des salaires équivalents aux femmes et aux hommes dès l’embauche. Nous avons aussi des programmes de mentoring pour aider les femmes à oser et à développer leur réseau. C’est une vraie manière de faire avancer le groupe. »

 

« Thales vous offre un terrain de jeu monumental par la diversité des carrières et son périmètre international ! Vous ne pouvez que trouver le métier qui vous plaît. »

Géraldine Nicollin (Epita, 91), VP Ingénierie Radar et Guerre Electronique de Thales

 

Contact : geraldine.nicollin@fr.thalesgroup.com

Vers une autre femme d’influence…

BNP Paribas Asset Management fait de la parité un «actif» de premier plan