Issu du rapprochement entre Oberthur Technologie et Morpho, IDEMIA se positionne comme le leader de l’Identité Augmentée. Jean-Christophe Fondeur, CTO du groupe, (Télécom ParisTech 93), partage un quotidien à mi-chemin entre innovation et science-fiction.

 

Copyright François Daburon IDEMIA

IDEMIA propose aux citoyens de ne plus lier uniquement leur identité à leurs papiers mais également à leur personne physique, au travers de leur biométrie: reconnaissance faciale, empreinte digitale, scan de l’iris… Les applications sont infinies et de la banque à la voiture, en passant par les aéroports et l’assurance, le groupe permet à ses collaborateurs de s’épanouir sur des sujets très divers. « Nous proposons à nos clients de simplifier leur quotidien au travers de solutions qui apportent confort et sécurité. Par exemple, pour le Terminal 4 de l’aéroport Changi à Singapour, nous avons développé un système qui permet au voyageur de ne sortir son passeport qu’à l’entrée du bâtiment. Pour franchir les autres portiques de sécurité, nous avons recours à la reconnaissance faciale. » Autre innovation développée par l’entreprise pour faciliter la vie des usagers et déjà lancée au Japon : F-Code, une carte bancaire biométrique qui permet le paiement par empreinte digitale, sans avoir à taper son code.

De la tablette au véhicule augmenté

IDEMIA se positionne comme un réel acteur du futur au quotidien. Outil d’enrôlement mobile, d’authentification et d’identification combinant plusieurs facteurs biométriques, sa tablette MorphoTablet 2i en est un bel exemple. Équipé de capteurs de reconnaissance du visage, de l’iris et d’un lecteur d’empreinte digitale, l’appareil est capable de détecter les faux documents d’identité ou de lire des cartes sans contact. « Cet outil a de nombreuses applications. Cette tablette a par exemple permis de vérifier l’identité des votants lors des dernières élections au Kenya. Mais nous pourrions également imaginer que les autorités s’en servent pour vérifier que les personnes contrôlées ne sont pas recherchées. »

Autre application de l’identité augmentée sur laquelle travaille le groupe : l’automobile. Sur ce sujet, IDEMIA propose à nouveau de nombreuses technologies disruptives. « Nous travaillons sur deux volets notamment :

  • L’accès aux véhicules de location, qu’il est possible de déverrouiller en s’authentifiant directement avec son téléphone. Plus besoin d’attendre au guichet pour récupérer sa voiture, en quelques clics, vous aurez la clé sur votre smartphone
  • La sécurité au volant. Les véhicules actuels ne sont pas encore assez autonomes pour se conduire tout seul. Il est important que le conducteur puisse reprendre la main assez rapidement. Nous travaillons sur un ensemble de capteurs qui permettent d’analyser votre visage pour savoir si vous êtes attentifs à la route et si vous pouvez prendre rapidement le contrôle de votre voiture en cas de problème »

La biométrie : un secteur challengeant

Son diplôme en poche, Jean-Christophe Fondeur est très vite tombé dans la marmite de la biométrie. « Ce sujet est passionnant, car on ne fait jamais deux fois la même chose. C’est un domaine qui est en constante évolution. Le métier que j’exerce aujourd’hui ne ressemble plus à ce que je faisais il y a 20 ans. On est au cœur d’une révolution qui ne touche pas que notre territoire. Elle a un impact global. Chez IDEMIA, je travaille aussi bien sur le contrôle aux frontières que le paiement, en passant par les objets connectés. Le numérique est un marché en pleine croissance qui trouve toujours de nouvelles applications. Si on aime l’innovation et le développement, c’est le secteur idéal ! »

Outre les nombreuses possibilités offertes par le numérique, le CTO d’IDEMIA apprécie particulièrement le challenge autour de la sécurisation des données, une problématique qui recouvre de nombreux champs. « Les technologies d’identification représentent un atout énorme, mais la question de la sécurité des données est fondamentale ! C’est un sujet qui nécessite des compétences en économie, mais également en géographie. Il faut connaître le territoire sur lequel nous allons faire émerger un nouvel outil avant de le déployer. C’est très challengeant ! »

Une entreprise au service de ses collaborateurs

Face aux nombreux défis qu’affronte IDEMIA, le groupe est aux petits soins avec ses collaborateurs. Dans un monde où l’évolution des technologies est de plus en plus rapide, l’entreprise se positionne sur la formation, en misant sur trois volets :

Les jeunes talents « Nous travaillons avec les écoles et les universités pour faire comprendre aux étudiants les enjeux des nouvelles technologies. Nous nouons également des partenariats avec certains établissements dans lesquels nous proposons des projets appliqués de fin d’année et nous finançons des thèses. Nous avons aussi construit un laboratoire commun avec Telecom ParisTech »

La recherche « Nous collaborons avec les laboratoires de pointe pour accompagner nos développeurs et les aider à rester à jour sur les technologies », et toujours rester à la pointe des technologies, car tout bouge très vite !

L’accompagnement des collaborateurs « IDEMIA a mis en place des programmes de training online à l’échelle du groupe. Pour cela, nous avons signé des partenariats avec les deux plus grandes plateformes de MOOC au monde. Nous poussons nos équipes à s’ouvrir à d’autres domaines. Nous les incitons à la mobilité, en interne, en leur permettant de changer facilement de secteur d’activité au sein d’un même métier, mais également à l’international puisque le groupe est présent sur tous les continents »

Ainsi, pour l’accompagner dans sa croissance, IDEMIA propose de belles carrières aux futurs développeurs de son département R&D. Pour ce faire, l’entreprise recherche des diplômés passionnés de technologies, mais également ouverts sur le monde et entrepreneurs. « Le monde est en constante évolution, nous avons besoin de talents qui n’ont pas peur d’oser et d’avoir des idées ! »

Selon vous, quel est le secret de longévité de Télécom ParisTech qui fête ses 140 ans ?

« L’école est reconnue pour l’excellence de ses enseignements. Télécom ParisTech m’a énormément apporté ! À l’époque, la possibilité de suivre des cours par des professionnels issus de l’industrie était un atout rare mais très précieux. Son point fort réside également dans sa maquette pédagogique. Le fait d’effectuer le stage de dernière année au premier semestre m’a permis de comprendre les applications pratiques de ce que j’étudiais en cours et m’a incité à m’impliquer davantage. »

« Télécom ParisTech a une vocation d’universalité en tant que leader du numérique »

Nos leaders cassent les codes !

« Malgré mon niveau de responsabilités, je continue toujours à maintenir mon expertise technique à apprendre les nouvelles technologies, et même à coder Dans les grandes sociétés, on a souvent tendance à abandonner le côté opérationnel pour se concentrer sur le management. Mais il est très important de continuer à être dans la pratique pour mieux interagir avec ses équipes. »

Chiffres clés : CA monde 2017 : 3 Mds$ / + de 14 000 collaborateurs (dont 2 000 en R&D) / Présent dans 180 pays (28 % de l’activité en Europe) / 1 Md$ de budget R&D sur 5 ans / + de 1 400 brevets actifs

Contact : info@idemia.com