Enlighten, Lead, Change. Portée par sa nouvelle signature, ESSEC Business School a dévoilé sa nouvelle stratégie et ses nouvelles ambitions le 13 octobre 2020. Avec le plan RISE, l’établissement ambitionne de « donner du sens au leadership de demain ». Mais quels sont ses piliers pour y parvenir ?  Les réponses de Vincenzo Vinzi, DG de l’école.  

 

« Ces derniers mois nous ont rappelé que nous faisons face à des défis économiques, écologiques,  sanitaires, sociaux et géopolitiques majeurs qui appellent à l’action. Parce que la nouvelle génération des cadres dirigeants se forme chez nous, nous avons la mission de donner du sens au leadership de demain. Pour cela, nous prenons un engagement fort, ambitieux et crédible : devenir l’école de référence pour accompagner et influencer positivement la manière de répondre aux grandes questions qui agitent les entreprises, les organisations et la société », introduit Vincenzo Vinzi.  

Une ambition fidèle à ses valeurs humanistes que l’école souhaite aujourd’hui traduire dans sa stratégie RISE. « Un terme qui appelle à s’élever, progresser, remonter. Un terme encore plus d’actualité à l’heure du post-confinement » tient à rappeler le directeur de la business school. Une ambition qui s’articule autour de trois lignes de force : transition écologique, entrepreneuriat et digital.

Avec Together, l’ESSEC se met au vert

Pour déployer sa nouvelle stratégie, l’ESSEC mise d’abord sur Together, une démarche de transition écologique et sociale à 360° visant à transformer ses formations, sa recherche et sa vie de campus pour répondre à ces nouveaux enjeux. Anne-Claire Pache, Associate Dean pour la stratégie et l’engagement sociétal et Directrice académique énumère les six grands engagements court terme de l’école en la matière. « D’abord, former 100 % de nos étudiants aux enjeux sociaux et environnementaux avec 20h de cours obligatoires sur les enjeux du climat et la transformation de nos cours fondamentaux pour que chacun traite de ces sujets. Ensuite, mener à bien Campus 2020 (notre projet d’écocampus à Cergy) et faire que l’ensemble de nos campus deviennent « carbone neutre » avec un objectif de – 25 % d’émissions d’ici 3 ans. Pour ce faire, nous travaillons notamment sur une optimisation des déplacements de nos étudiants à l’international et un renforcement de nos politiques d’échange dans une logique européenne. Parallèlement, nous misons sur des alliances locales pour faire de notre territoire un laboratoire de pratiques de transition. Nous allons également approfondir notre politique de diversité sociale, avec l’objectif d’atteindre 27 % de boursiers d’ici 2023 (ils sont 22 % aujourd’hui) ». Pour ce faire, l’école met enfin la transition écologique et sociale au cœur de notre gouvernance, comme en atteste la création d’un poste d’Associate Dean for sustainability et d’un comité de consultation sur ces sujets.

Vincenzo Vinzi, DG d’ESSEC Business School – Crédit ESSEC

« Nous faisons face à d’immenses défis mais nous sommes prêts à assumer notre rôle pour donner sens au leadership de demain et ainsi éclairer et impulser notre monde afin de lui donner de la valeur économique, sociale et environnementale avec conviction et confiance en l’avenir »

Cap sur l’entrepreneuriat

L’ESSEC souhaite aussi pousser son investissement dans l’écosystème d’entrepreneuriat et d’innovation. Sa volonté ? « Former des leaders-entrepreneurs capables de répondre aux défis d’un monde en pleine mutation. Faire que chaque diplômé de l’ESSEC voit dans l’incertitude, une  invitation à l’action ». Une ambition qui s’inscrit dans les investissements importants déjà réalisés par l’école en la matière : 600 projets d’entreprises accompagnés, 1.9 MD€ de capitaux levés, 10 200 emplois créés par les entreprises incubées ou accompagnées… Aujourd’hui, l’école annonce, entre autres : le doublement des ressources mobilisées sur l’entrepreneuriat avec 20 professeurs spécialisés, son engagement pour former 100 % de ses étudiants et participants en formation continue à l’entrepreneuriat et son association avec CentraleSupélec (partenaire depuis 2009) autour de l’initiative Tech for Impact mettant l’entrepreneuriat et les nouvelles technologies au service du développement durable.

Le saviez-vous ?

L’ESSEC compte aujourd’hui 750 apprentis tous programmes confondus et veut atteindre le seuil des 1 000 d’ici 2 ans.

In tech we trust

Troisième ligne de force : le Metalab. « Un écosystème Données, Technologies & Société pour former des leaders à l’IA, pour aider les entreprises et la société à comprendre et utiliser l’intelligence artificielle et le pouvoir des données afin de rendre les individus et citoyens capables de prendre des décisions éclairées de manière éthique et juste ». Pour ce faire, l’école pourra notamment mobiliser les technologies pédagogiques les plus performantes grâce à son Campus Numérique Augmenté et à sa salle virtuelle, Le Deck.

Rentrée 2020 : ça se passe comment à l’ESSEC ?

Pour commencer cette rentrée inédite en mode « dual », l’ESSEC a investi 2 millions € pour équiper les salles de ses quatre campus avec des technologies de pointe permettant de suivre les cours en présentiel et en simultané en distanciel, dans les meilleures conditions possibles. Des équipements allant de pair avec les innovations pédagogiques réalisées grâce à un fort engagement des professeurs. Parallèlement, 300 000 € ont été investis dans le matériel sanitaire nécessaire pour aborder avec sérieux les questions de sécurité et ainsi garder le campus ouvert » rappelle Vincenzo Vinzi.