Agissant comme un industriel, en soutien du tissu de PME et ETI françaises fragilisées, notre vocation est d’apporter des capitaux propres, des compétences humaines et un horizon de temps long à ces entreprises afin de les aider à effectuer une vraie transformation opérationnelle, gage d’un développement futur sur des bases solides. Rencontre avec Jean-Louis Grevet (Centrale Paris 85, MIT 88), président-fondateur de Perceva.

 

Quelles sont les entreprises que vous soutenez ?

Les sociétés que nous contrôlons actuellement représentent 6 000 emplois en France et un chiffre d’affaires d’environ 1 Md€. Elles appartiennent à des secteurs économiques variés. Nous recevons 10 nouveaux dossiers par mois mais nous ne réalisons qu’un à deux investissements par an. Il s’agit d’entreprises faisant entre 20 M€ et 500 M€ de chiffre d’affaires, dans tous les secteurs. Ces entreprises ont un actionnariat varié et peuvent être des filiales de plus grands groupes français ou étrangers, cotées ou contrôlées par une famille par exemple.

Des exemples ?

Nous avons repris Vanity Fair Brands Europe, filiale en Europe dans le domaine de la lingerie du groupe américain Fruit of the Loom (contrôlé par Berkshire Hataway). Nous avons également sauvé à la barre du tribunal le groupe Cauval qui s’appelle désormais Adova, leader en France de la literie avec les marques Treca, Simmons et Dunlopillo, et qui emploie 1 500 personnes. Nous sommes également actionnaires de Dalloyau, le traiteur, ou d’Emova (ex-Monceau Fleurs). Il s’agit donc souvent de belles entreprises, avec des marques et des savoir-faire solides, et qui ont connu des difficultés par manque de moyens humains en management ou de moyens financiers. Nous apportons ces deux catégories de moyens. 

Quels sont les éléments clés du plan de transformation ?

Notre vision est d’agir comme un actionnaire industriel à long terme. Il ne s’agit pas de réaliser un coup financier dans une logique spéculative. 100 % de nos apports en capitaux sont destinés à financer les besoins opérationnels de l’entreprise et nous consacrons l’essentiel de notre temps aux échanges avec les dirigeants qui sont en première ligne sur le terrain. Les 12 premiers mois sont consacrés à stabiliser l’entreprise tant en termes d’organisation humaine qu’au niveau de son point mort et de sa situation de trésorerie. Il faut rassurer les assureurs crédit, les fournisseurs ou les clients stratégiques. Dans un second temps, nous investissons dans le développement en agissant sur tous les leviers pertinents (marketing, digital, communication, refonte des gammes de produit, expansion à l’export, etc.). Et nous aidons l’entreprise à restaurer un dialogue avec les partenaires bancaires. Nous agissons comme actionnaire majoritaire en fédérant les bonnes compétences que ce soit en nommant un comité de direction adapté ou en faisant intervenir des experts sur des sujets opérationnels précis (supply chain, projet lean dans une usine, plateforme de marques, ERP, productivité d’une force commerciale…). Notre réseau d’experts opérationnels comprend une centaine de personnes.

Existe-t-il beaucoup d’acteurs en France comme Perceva ?

Peu d’investisseurs français sont positionnés dans une stratégie de long terme en soutien d’entreprises fragilisées voire parfois en grandes difficultés.

Quelles sont vos forces dans ce contexte ?

Le métier nécessite une expérience importante pour gérer des situations anxiogènes comme par exemple la mise en œuvre d’un plan de sauvegarde de l’emploi, la gestion d’une trésorerie tendue ou la nécessité de changer une équipe de management. Ce ne sont pas des situations usuelles pour la plupart des investisseurs financiers. Par ailleurs, les logiques de court terme purement financières ou spéculatives sont tout à fait inadaptées. De même, les logiques de volumes impliquant de faire beaucoup d’opérations ne fonctionnent pas : nous ne réalisons que peu d’opérations afin de pouvoir y consacrer pleinement notre attention chaque jour de l’année. Enfin, l’accès aux pourvoyeurs de capitaux dans le monde nécessite des années de confiance. C’est un métier dur mais passionnant où des valeurs humaines telles que la persévérance, l’humilité et le travail en équipe sont fondamentales.

 

Contact : jean-louis.grevet@perceva.fr

 

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.

France TV : construire ensemble la télé de service public de demain

Offrir des contenus de qualité au public le plus large en veillant au respect de ses missions de service public, tel est le défi que relève le groupe France Télévisions au quotidien. Explications de Francis Donnat, son Secrétaire général.