Communiqué de presse :

Le projet de l’Université Grenoble Alpes et du rectorat de l’académie de Grenoble compte parmi les 3 lauréats de l’appel à projets « Pôles pilotes de formation des enseignants et de recherche pour l’éducation ». Lancé dans le cadre de l’action « Territoires d’innovation pédagogique » du PIA 3* cet appel à projets prévoit une enveloppe globale de 30 millions d’euros sous forme de dotations décennales.

 

Porté par l’Université Grenoble Alpes et le rectorat de l’académie de Grenoble, le projet PEGASE (Pôle Éducation-recherche de l’académie de Grenoble sur les ApprentissageS fondamentaux pour lutter contre les inégalités à l’Ecole), a pour ambition de transformer les pratiques enseignantes de la maternelle au lycée pour renforcer l’apprentissage des savoirs fondamentaux et contribuer à réduire les inégalités dans le système éducatif.
« Cette réussite témoigne de l’excellence grenobloise en matière de collaboration enseignement, formation et recherche. Le pôle pilote, qui va se structurer autour des EducLabs dans les académies de Grenoble et de Guyane, sera un levier majeur d’amélioration des résultats de tous les élèves dans le domaine des apprentissages fondamentaux. » se félicitent Fabienne Blaise, Rectrice de l’académie de Grenoble, et Yassine Lakhnech, Président de l’Université Grenoble Alpes.

« Il s’agit de mettre en place un écosystème associant étroitement les laboratoires de l’UGA, les INSPE et rectorats des Académies de Grenoble et de Guyane, l’Université Savoie Mont Blanc (USMB), et l’ensemble de la communauté enseignante, écosystème collaboratif reposant sur des actions qui associent systématiquement des chercheurs, des formateurs et des enseignants. » précise le porteur du projet Jérôme Clerc, directeur adjoint recherche de l’INSPE de l’Académie de Grenoble.

Le projet PEGASE sera largement distribué sur les territoires des Académies de Grenoble et de Guyane, avec la création de 18 EducLabs consistant en des lieux de travail collaboratif implantés dans des structures scolaires et répartis sur les territoires. Les EducLabs seront ouverts au monde socio-économique et associatif et assureront la dissémination et le transfert des connaissances issues de la recherche vers le terrain, grâce à la mutualisation des expertises.

Cinq grandes actions seront menées en parallèle : deux actions de formation, via la transformation de l’offre de formation initiale des INSPE des Académies de Grenoble et de Guyane, ainsi que de la formation continue des enseignants des 1er et 2nd degrés. La recherche en éducation sera placée au cœur de la formation, à travers une démarche fondée sur la preuve d’efficacité de pratiques d’enseignement prenant en compte à la fois des preuves, faits, et données probantes issues de la recherche, et des savoirs d’expérience des enseignants de terrain qui favorisent le développement professionnel des enseignants et la réussite de tous les élèves (pratiques dites « evidence-based »). Le Pôle impulsera également deux actions de recherche, la première dédiée à la R&D collaborative pour produire des ressources directement utiles au terrain et validées à la fois par les chercheurs et les enseignants, la seconde permettant de tester l’efficacité de nouvelles pratiques enseignantes au travers d’un programme ambitieux de suivi longitudinal de cohortes d’élèves sur 6 ans. Les résultats de ces deux actions alimenteront progressivement les transformations de l’offre de formation initiale et continue des enseignants. La dernière action consistera en une dissémination large des ressources produites s’appuyant sur une stratégie de diffusion multi-canal (site web, plateformes fréquentées par les enseignants, édition d’ouvrages) et des événements organisés régulièrement sur l’ensemble du territoire.

PEGASE en quelques chiffres, c’est :

  • 2 universités : Université Grenoble Alpes et Université Savoie Mont Blanc,
  • 2 académies : Grenoble et La Guyane,
  • 9 laboratoires de recherche dont 6 UMR CNRS,
  • 66 chercheurs ou enseignants-chercheurs,
  • 66 structures scolaires du premier et du second degrés,
  • 2 INSPE : Académies de Grenoble et Guyane,
  • 5 partenaires extérieurs,
  • 15 soutiens (dont le CNRS-INSHS, le Conseil Régional Auvergne-Rhône-Alpes, la ville de Grenoble, le Centre de Transfert pour la Réussite Educative du Québec).

 

À l’horizon de 10 ans, les actions du pôle auront contribué à transformer et enrichir les pratiques de plus de la moitié des enseignants des 2 académies, en s’appuyant notamment sur une présence en proximité dans les territoires (EducLabs) et sur l’effet levier de la formation des formateurs.

L’appel à projets « Pôles pilotes de formation des enseignants et de recherche pour l’éducation »

Cet appel à projets a visé à répondre à l’enjeu majeur de la formation et, plus largement, du développement professionnel des enseignants des premier et second degrés, des personnels d’éducation et des formateurs de formateurs. L’objectif était de faciliter l’émergence de pôles organisés en réseau s’appuyant sur la mobilisation de l’ensemble des parties prenantes et acteurs de la réussite éducative (université, établissements scolaires, services académiques, etc.) autour de trois axes structurants :

  • intensifier la recherche pluridisciplinaire de haut niveau consacrée à l’éducation
  • accélérer le transfert des résultats de la recherche vers les instituts nationaux supérieurs du professorat et de l’éducation (INSPE), afin d’irriguer la formation initiale et continue des enseignants
  • faciliter l’expérimentation et la diffusion des meilleures pratiques pédagogiques dans les écoles, les collèges et les lycées constitués en réseaux, en lien étroit avec les services académiques.

Les trois lauréats de cet appel à projets (Aix-Marseille Université avec le projet « Ampiric », Université de Picardie Jules Verne avec le projet « 100% inclusion, un défi, un territoire » et Université Grenoble Alpes avec le projet « Pégase ») ont été sélectionnés par un comité indépendant d’experts français et internationaux de l’enseignement scolaire, de l’enseignement supérieur et de la recherche – présidé par Marc Demeuse, professeur en psychologie et statistiques, enseignant à la Faculté de Psychologie et Sciences de l’Éducation de l’Université de Mons en Belgique et co-présidé par Jean-Marc Monteil, ancien président d’université, ancien recteur et ancien DGESIP, chargé de mission sur le numérique dans l’éducation nationale, et Daniel Filâtre, ancien président d’université et recteur de l’académie de Versailles de 2015 à 2018, avec la collaboration et l’expertise de la Banque des Territoires, gestionnaire du programme.

L’évaluation des projets a été fondée sur trois principes tout au long de l’instruction :

  • la qualité du dispositif de recherche proposé, apprécié sur la base des réalisations antérieures des équipes de recherche
  • la qualité et la coordination effective des équipes mobilisées, en particulier au sein de l’INSPE
  • la capacité de co-construction, de transfert et de diffusion entre les équipes de recherche, de formation et les écoles et établissements d’enseignement scolaire

Après avoir instruit les treize dossiers de candidatures éligibles à cet appel à projets, le comité a reçu sept porteurs de projets en audition. Il a ensuite proposé trois candidats à l’État pour un montant total de demande de financement de 30 M€, correspondant à la totalité de l’enveloppe dédiée à cette action. Ces trois lauréats ont été retenus par l’État et seront accompagnés tout au long de leur déploiement sur 10 ans. Ils feront ainsi l’objet d’un suivi régulier et d’évaluations de performance rigoureuses.

 

*PIA : Plan d’investissement d’avenir
Le Gouvernement s’est engagé dans un Grand Plan d’Investissement de 57 milliards d’euros, mené tout au long du quinquennat, afin d’accompagner les réformes structurelles et répondre à quatre défis majeurs de la France : la neutralité carbone, l’accès à l’emploi, la compétitivité par l’innovation et l’État numérique. D’autre part, le Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) se poursuit au service de la compétitivité, de la croissance et de l’emploi en France. Une partie de ce programme s’inscrit dans le cadre du Grand Plan d’Investissement (GPI) présenté par le Premier ministre le 25 septembre 2017.
L’action « Territoires d’innovation pédagogique », dotée de 30 M€ du PIA, est gérée par la Banque des Territoires.