MINES PARISTECH EST UNE ÉCOLE À PART. A PART PAR LA TAILLE DE SES PROMOTIONS ET SA COMMUNAUTÉ TRÈS SOUDÉE. A PART PAR L’IMPORTANCE ET LA QUALITÉ DES RECHERCHES, NOTAMMENT PARTENARIALES. A PART PAR LE HAUT NIVEAU DE SES CURSUS. LES MINEURS C’EST AUSSI UN ÉTAT D’ESPRIT ET DES VALEURS QUI SONT POUR LE DIRECTEUR DE L’ÉCOLE ROMAIN SOUBEYRAN, DES QUALITÉS DISTINCTIVES APPRÉCIÉES DES RECRUTEURS.

 

© Mines ParisTech S. Boda

© Mines ParisTech S. Boda

 

 

Qu’est-ce qui unit la communauté des mineurs au fil des générations ?
Le premier lien est notre association de diplômés. Il est fondé sur une valeur clé des mineurs : la solidarité, car on ne remonte pas seul d’une mine ! Nos promos de 150 élèves permettent de créer une véritable cohésion de groupe dès l’école. L‘humanisme est une autre valeur minière. Elle se traduit par une formation généraliste. Elle veut aussi dire que pour le mineur, chacun détient une parcelle de vérité. Il sait qu’il peut apprendre de tout le monde.
Je terminerai par deux autres éléments forts de l’état d’esprit du mineur. Son humilité devant les faits et chiffres, sa capacité à observer la réalité et à l’accepter. Elle est doublée d’une impertinence, d’une capacité à remettre en cause dans une perspective constructive. Le mineur a le courage de dire s’il n’est pas d’accord ou s’il ne comprend pas. Aux mines nous faisons adhérer par conviction, en expliquant.

 

Vous parlez aussi de bienveillance ?
Notre ambition est d’aider nos élèves à dessiner leurs chemins de vies professionnelle et personnelle. L’école leur fournit des outils personnels, des valeurs pour leur permettre de se réaliser. L’effort d’accompagnement individuel des élèves par nos enseignants- chercheurs et personnels est très important. Cet encadrement est aussi lié à notre pédagogie qui fait la part belle aux projets.

 

L’organisation d’un class gift par des élèves de la promo 2013 n’est donc pas une surprise ?
Il a été monté par des étudiants désireux de s’impliquer auprès de expriment leur solidarité. Au plan pédagogique cela nous indique qu’ils prennent des initiatives, sont audacieux, entrepreneurs. Ils ont récolté 27 613 € auprès de leur promotion et de celles terminant en 3 (1953, 1963, etc.). Leur voeu serait d’être à leur tour sollicité dans 10 ans par les étudiants de la 2023 !

 

Les plus anciens aussi sont généreux avec leur école ?
En 2014, le montant des dons et promesses de dons a doublé par rapport à 2013 ! La 1e campagne menée par la Fondation a atteint son objectif de 3M€ hors chaires. La 2e sur 2014-2018 vise 10 M€ + 25 M€ pour les chaires. Présidée par Robert Brunck qui sait remarquablement mobiliser les anciens, notre campagne rencontre un bel écho. Nos diplômés savent que leur école à des projets ambitieux et subit des restrictions budgétaires.

 

Quelle pédagogie permet aux mineurs de développer des qualités appréciées des recruteurs ?
Nos cursus abordent une grande variété de disciplines. Lorsque durant 3 ans vous êtes habitué à aborder des domaines dont vous ne savez initialement rien, vous savez vous remettre en cause, vous n’avez pas d’appréhension à la nouveauté ou à l’inconnu, vous abordez ensuite aisément toute nouvelle problématique. Cela est d’autant plus vrai que nos étudiants sont dotés d’une ouverture intellectuelle très forte. Deux patrons m’ont spontanément dit qu’ils appréciaient les mineurs car jamais ils n’avaient de problèmes d’éthique avec eux. Les valeurs dont l’Ecole des mines est porteuse contribuent au succès de nos diplômés. Mines ParisTech reste fidèle à sa devise : « Théorie ET Pratique ». Face à un problème, l’objectif est de trouver une solution concrète. En menant des projets avec des étudiants étrangers ou en travaillant avec des élèves de lycées techniques sur son projet mécatronique, l’étudiant apprend en situation que d’autres pensent différemment, abordent les problèmes et les solutions autrement, possèdent d’autres connaissances et outils. Nos élèves passent en moyenne 11 mois à l’étranger et nos promotions comptent 20 % d’étudiants internationaux. Ces interactions mettent en lumière la nécessaire complémentarité pour être efficace dans le travail.

 

DEUX CENTRES DE RECHERCHE BIENTÔT SUR LE PLATEAU DE SACLAY
Mines ParisTech déménage ses centres de recherche sur les matériaux et sur l’efficacité énergétique, soit près de 300 personnes, à Magny-les-Hameaux près de Saclay chez son partenaire industriel Safran. L’installation est prévue fin 2016 et s’inscrit dans le cadre d’un programme scientifique sur 10 ans, une durée exceptionnelle pour ce type d’accord. « Safran nous prête un bâtiment et nous mettrons en commun des équipements de pointe. Au-delà de cette relation privilégiée avec Safran, la proximité de nos autres grands partenaires tant académiques qu’industriels à Saclay est un grand atout. »

 

Contact : www.mines-paristech.fr