Cinq mots pour résumer l’école de commerce française fondée par et pour des entrepreneurs ? C’est le défi relevé par Emmanuel Métais, directeur général de l’EDHEC Business School, dans son Interview Initiales.

 

Expérience étudiante

©Audoin DESFORGES

Parce que l’école n’a plus rien à voir avec ce qu’elle était il y a 10 ans et ce qu’elle sera dans 10 ans en raison des révolutions technologiques et sociétales, l’expérience étudiante est devenue une de nos priorités, actée en 2017. Depuis, nous faisons de l’école une institution student centric. Une équipe dédiée met en place des projets pour enrichir la vie étudiante selon quatre piliers : parcours académique, vie associative, diversité (sociale, internationale…) et connexion à la vie professionnelle. Afin de nous améliorer continuellement, nous utilisons des indicateurs de satisfaction pour mesurer l’impact de nos actions en partenariat avec les étudiants. Dans notre plan stratégique pour 2025, nous avons d’ailleurs annoncé que 60 millions € seraient alloués à l’expérience étudiante d’ici les cinq prochaines années.

Disruption

L’EDHEC, historiquement fondé dans le nord de la France par des industriels, n’est pas née d’une chambre de commerce comme la plupart des business schools françaises. Aussi, depuis ses débuts, l’EDHEC est une école différente et innovante. Nous avons été les premiers à ouvrir un 2è campus à la fin des années 80 et à proposer des MSc au début des années 2000, alors que tout le monde nous disait fous de nous calquer sur le modèle multicampus international ! Nous avons aussi été pionniers en matière de recherche avec notre centre de référence dans la gestion des risques financiers il y a 20 ans. La disruption fait partie de notre ADN.

Humanités

En parlant d’histoire, nous sommes nés de l’Université Catholique de Lille et nous avons gardé certaines de ses valeurs. En particulier, une attention forte aux humanités et à la responsabilité sociale des décisions business. Le texte fondateur de l’école mentionnait la formation de « dirigeants complets » dès 1906. Cet objectif reste d’actualité. Au programme : des cours de management mais pas que ! Nous apprenons à nos étudiants à mettre le business au service de la société grâce à des enseignements plus tournés vers les sciences humaines et sociales. Ainsi, ces profils hybrides sont capables de manager et de réfléchir aux problématiques du monde.

EDHEC Online

Il y a maintenant deux ans, l’EDHEC a créé une plateforme digitale de formations diplômantes : EDHEC Online. Ces enseignements à distance conservent l’expérience EDHEC, excellence et principe student centric, tout en étant autonomes dans leur fonctionnement. Cette expertise en e-learning nous a été d’autant plus utile en période de confinement. En une semaine, après l’annonce du Président, nous avons réussi à basculer tous nos cours en 100 % en ligne.

Pour l’EDHEC, le distanciel est impec’

 

Climat

Nous pouvons parler de toutes les formes de responsabilités mais si dans 100 ans, on ne peut plus habiter notre planète, ça n’a aucun sens ! Il faut donc prendre en considération, dès aujourd’hui, les enjeux environnementaux. C’est pourquoi, dans notre plan Impact Future Generations, nous nous engageons à devenir une école plus verte. D’ici quelques années, nous créerons, par exemple, un institut de recherche autour de l’impact positif du business et de l’économie sur le climat. Nos étudiants sont très sensibles à ces sujets et nous tenons à être en première ligne à leurs côtés.

 Lettre bonus : Optimisme

Nous sommes dans un moment assez particulier, unique dans l’Histoire de l’humanité. Ce virus est potentiellement effrayant mais j’ai foi en l’être humain. D’autant plus en voyant les nombreuses chaines de solidarité qui se sont créées pour nous protéger les uns les autres. Restons optimistes !

Entrez dans la course contre les hackers avec Vade Secure

Vade Secure fait office de véritable exception à la française dans la cyber sécurité. De start-up, elle est devenue leader mondial dans la sécurité prédictive des emails.

Advitam distribution, la distribution autrement : proximité, nature et valeurs sont au cœur de notre entreprise

« Votre dynamisme et votre passion dans une entreprise, ancrée sur son territoire, aux valeurs humaines fortes » assure Mélanie Masse, DRH Advitam distribution.

Avec Michaël Jeremiasz, le handicap monte au filet

Quadruple médaillé paralympique, le tennisman français Michaël Jeremiasz fait de l’inclusion son cheval de bataille. Rencontre avec un champion qui conjugue sensibilisation et action

Allez droit au but avec Direct Assurance !

Comme l’explique son PDG Olivier Mariée, Direct Assurance, née du changement, s’adapte idéalement aux changements grâce à son agilité naturelle…

Notre top 5 des podcasts de l’été

Culture, humour, voyages, interviews… Ecoutez sans modération sur la plage, dans l’herbe ou partout où vous vous sentirez bien cet été, ces 5 podcasts, écoutés et approuvés par la rédaction.

« inwi, l’innovation au service de l’inclusion numérique »

Véritable challenger dans le secteur des télécoms au Maroc, inwi offre un environnement innovant et approprié pour développer les talents à l’ère digitale. Témoignage de Nadia Fassi-Fehri (X 90), Présidente Directrice Générale de inwi.

Le grand témoin – Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées

« En 2020, l’accès à l’emploi reste un de nos plus grands combats ». Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées revient sur les derniers engagements du gouvernement

[#PopTaCulture] Les Enfants loups, Ame et Yuki

Sarah Bousnina, responsable cinéma du Bureau des Arts d’ICN Business School, nous partage sa passion pour les animés et nous présente l’un de ses préférés : Les Enfants loups, Ame et Yuki.

[Sup vs Covid] Communication de crise mode d’emploi

Basculer en 100 % distanciel en moins de deux semaines : les grandes écoles et universités ont relevé le défi que le confinement leur a imposé ! Un défi pédagogique et technique qui n’aurait pas pu être tenu sans une communication de crise ultra efficace....

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.