SPIN OFF ISSUES DE LABORATOIRES ET FONDÉES SUR DES INVENTIONS DE RUPTURE EXTRÊMEMENT PROMETTEUSES, CES JEUNES ENTREPRISES OUVRENT DE NOUVEAUX MARCHÉS ET ESPOIRS DANS LEURS DOMAINES.

 

David Siret, Anaïs Barut et Arnaud Dubois, fondateurs de DAMAE Medical

David Siret, Anaïs Barut et Arnaud Dubois, fondateurs de DAMAE Medical

 

 

DAMAE MEDICAL RÉVOLUTIONNE L’ANALYSE DES CANCERS DE LA PEAU
La société DAMAE Medical est le fruit d’une rencontre. Celles d’élèves-ingénieurs de la Filière Innovation- Entrepreneurs de l’Institut d’Optique Graduate School, David Siret et Anaïs Barut et d’un chercheur, Arnaud Dubois. Ce dernier a mis au point une innovation de rupture de la tomographie par cohérence optique (OCT). La technologie est une innovation mondiale en matière de diagnostic et de suivi du traitement des mélanomes. « Pour la première fois, un dispositif aligne trois performances optiques : de profondeur de pénétration, de résolution cellulaire et de rapidité d’exécution, explique Anaïs, présidente de la société. Les tests techniques ont été effectués, nous passons à la phase des tests cliniques et tablons sur une mise sur le marché en 2017. » Anaïs prépare un double diplôme à HEC. DAMAE Medical est incubée au centre entrepreneurial de l’IOGS et au sein d’Agoranov. Elle fait partie des 10 innovateurs français de moins de 35 ans récompensés par le MIT en 2015. « L’intérêt est de rester proche de l’écosystème de l’IOGS et de nous ouvrir à d’autres sphères entrepreneuriales. L’un des grands atouts de l’incubation est la richesse des interactions avec nos tuteurs et les autres créateurs. C’est une période limitée qui donne un coup d’accélérateur au projet. » DAMAE est soutenue par Bpifrance, lauréate du concours de la Commission Innovation 2030 et du prix France 2014 de la Fondation Altran.
http://www.damaemedical.fr/
http://www.agoranov.com/

 

STILLA TECHNOLOGIES, UNE INNOVATION MONDIALE POUR LE SUIVI DES CANCERS
Rémi Dangla, ingénieur et docteur de l’Ecole polytechnique, a fondé Stilla Technologies. Lauréat de nombreux prix dont le Concours de la Commission Innovation 2030 et nommé parmi les meilleurs innovateurs de moins de 35 ans en 2014 par le MIT Technology Review, il a mis au point durant sa thèse au Ladhyx, des techniques microfluidiques révolutionnaires. La spin off a été créée en 2013. « Je suis animé par la volonté de faire de l’innovation, de la valoriser en répondant à un besoin de notre société. » Encore faut-il que l’innovation soit prometteuse comme celle de Stilla Technologies pour orienter et optimiser la thérapeutique en oncologie. « J’ai mis au point une puce microfluidique qui permet d’effectuer des analyses génétiques d’une précision et d’une sensibilité inégalée, comme détecter les traces d’un cancer à partir d’une goutte de sang. » Rémi met aussi au point les instruments qui vont permettre aux professionnels d’utiliser sa technologie d’analyse génétique de haute résolution fin 2015. Rémi gagne ses premiers financements via des concours de Polytechnique et Bpifrance. « Ils ont été clés pour passer de l’idée à l’entreprise, puis pour composer l’équipe. Au début d’un projet de création d’entreprise, remporter des concours, avoir la confiance des pouvoirs publics et d’institutions scientifiques, être incubé à Incuballiance, offre la crédibilité nécessaire pour ensuite réunir les fonds nécessaires au développement du projet et gagner du temps au plan entrepreneurial. »
http://stilla.fr/
http://www.incuballiance.fr/

 

SOURCELAB RÉINVENTE L’EXPLORATION DE LA MATIÈRE GRÂCE À L’INTERACTION LASER-PLASMA
SourceLAB est née de travaux de thèse menés au sein du laboratoire d’optique appliquée (LOA / UMR ENSTA ParisTech, Polytechnique, CNRS). « Nous avons inventé des cibles d’interaction laser-plasma et mis au point des outils technologiques de rupture, raconte François Sylla co-fondateur. L’interaction permet de convertir les propriétés du laser en particules rapides à très haute intensité. Ces particules ont la faculté de sonder la matière en profondeur pour trouver de nouvelles propriétés. » Les applications de cet accélérateur sont à haut potentiel pour la nucléaires ou le traitement de cancers. « Notre ambition est de systématiser la technologie laser-plasma à 5 ans pour en faire une filière industrielle d’avenir pour le pays. » La filière se structure via l’interaction entre acteurs scientifiques et industriels de Saclay, filière d’excellence du laser intense, et prend une avance significative au niveau mondial. « C’est une chance unique d’avoir réalisé ma thèse dans cet environnement qui nous soutient depuis la création de SourceLAB en 2012. Notre incubation à Incuballiance a été décisive. Elle a ajouté la dimension entrepreneuriale à notre vision et nous a permis d’accélérer. Etre hébergé au sein du LAO nous offre la crédibilité nécessaire pour aborder le marché de la recherche. Un tel contexte donne une liberté pour entreprendre. Dès lors tout est permis ! »
http://www.sourcelab-plasma.com
http://www.incuballiance.fr/

 

LA RÉUSSITE DES INCUBATEURS : 12 START-UPS À L’HONNEUR AIRMEMS, LA TÊTE DANS LES ÉTOILES
Romain Stéfanini, PDG fondateur d’Airmems en 2013, ingénieur ENSIL, docteur de l’Université de Limoges, s’est aussi formé au centre d’entrepreneuriat d’HEC. Airmems est une spin-off issue du laboratoire limousin XLIM et ses composants sont déjà testés sur un satellite du CNES et de Thales Alénia Space. La prochaine étape est la commercialisation. Au cours de sa thèse, Romain a travaillé sur les technologies MEMS RF (Micro Electromechanical systems for Radio frequencies) au sein d’XLIM et en Californie. Un dépôt de brevet plus tard et il cofondait sa société avec son directeur de thèse. « Notre ambition est le leadership européen des circuits radiofréquences de hautes performances ! » L’avenir d’Airmems s’annonce en effet brillant. Car ses composants sont fondés sur une rupture technologique « Nous plaçons des gaps à air (et autre chose…) entre le MEMS et son support pour résoudre un défaut de fiabilité. C’est une avancée stratégique pour les utilisateurs de ces composants dans la défense et le spatial. Ils doivent durer entre 15 et 20 ans et résister au décollage de la fusée et à l’expulsion du satellite. » Une équipe aux compétences complémentaires, des partenaires industriels pour tester ses inventions et l’incubation au sein d’AVRUL en 2011, sont des éléments clés de la réussite d’Airmems. « Le travail de laboratoire a permis la naissance d’une pépite. Le soutien de l’AVRUL, de BPI France et de la Région s’avèrent cruciaux. Ils permettent à des PME innovantes comme la nôtre de traverser la “vallée de la mort“ en limitant les risques, c’est à dire de faire évoluer notre idée vers une solution économiquement viable et en phase avec les attentes du marché. »
http://www.airmems.com/
www.avrul.fr

 

START-UP NÉES DE L’IMAGINATION DE LEURS FONDATEURS, CES JEUNES POUSSES ONT EN COMMUN L’AMBITION ET L’ASTUCE DE LEURS CRÉATEURS POUR ABORDER ET CONQUÉRIR LES MARCHÉS.

 

Jonathan Cherki, président fondateur de Content Square @ Content Square

Jonathan Cherki, président fondateur de Content Square @ Content Square

 

 

CONTENT SQUARE VISE LE LEADERSHIP MONDIAL DE L’OPTIMISATION DE L’ERGONOMIE DES SITES
Jonathan Cherki a intégré l’incubateur de son école, ESSEC Ventures, dès sa 1ère année, alors qu’il imagine sa société en 2009. « Entreprendre est devenu mon projet de vie, une source de joie et de réalisation. » Content Square est né d’une l’observation : le taux de conversion des visites sur un site de e-commerce en achats plafonne à 1 %. L’innovation de Content Square est d’optimiser l’ergonomie des sites web et mobile via l’analyse des parcours clients. « Il est possible de tracer les mouvements de millions de souris. Notre valeur ajoutée est que nous structurons et analysons ces données pour comprendre quel parcours mène à l’achat. » La réussite de la société est liée à un second secret : Jonathan propose aux sites de déployer ses préconisations en temps réel. « Notre logiciel crée en temps réel des versions optimisées proposant une expérience unique à chaque internaute. » Pour Jonathan, sa grande chance a été de trouver les personnes compétentes pour concrétiser ses idées. Il emploie aujourd’hui 50 personnes. Content Square a en outre été lauréate 2012 du concours Tremplin Entreprises (ESSEC/Sénat) et du Prix AFDEL de la start-up de l’année 2013. « Cela donne confiance au moment où on se lance que des personnes croient en nous. L’accompagnement en incubateur a été très structurant. Echanger avec les professeurs et les autres porteurs de projet donne une énergie incroyable. »
http://www.contentsquare.com/
http://www.essec.fr/lessec/essec-ventures/

 

CREADS REND LA CRÉATION PARTICIPATIVE
Durant son master en entrepreneuriat à ESCP Europe en 2007, Ronan Pelloux imagine avec son futur associé Julien Méchin, une nouvelle approche du business de la création. Pour créer Creads, ils s’appuient leur observation du marché et des pratiques des designers freelances. « Beaucoup de créativité se déploie sur internet mais il est complexe pour une entreprise d’identifier un bon designer, d’avoir une visibilité sur les tarifs d’une création comme un logo. De plus, les créateurs sont nombreux à se lancer des défis sur le Web pour prouver leur talent. » L’idée inédite a été de créer une plateforme d’intermédiation du design entre créatifs et entreprises. Creads fait aussi le pari de rendre l’achat de créativité aussi simple qu’un achat en ligne. « Le client soumet un brief, les 50 000 créatifs de notre communauté répondent en fonction de leur sensibilité et intérêt. Ils ont 7 jours pour rendre leurs propositions puis le client choisit son projet. » Creads a plus de 2 500 clients dans 30 pays. Depuis sa création en 2009, elle a permis la réalisation de 5 000 créations. Creads a bénéficié des prémices de l’incubation à ESCP Europe devenu la structure Blue Factory. « Même si les choses n’étaient pas structurées comme aujourd’hui, le suivi des professeurs et les échanges avec les autres créateurs ont été très riches. » Pour son accélération, Creads a pu s’appuyer sur d’autres leviers : elle a été hébergée à la pépinière Soleillet de la CCIP entre 2009 et 2012, et est la lauréate du prix du Salon des entrepreneurs en 2008.
http://www.creads.fr/
http://blue-factory.eu/

 

SMART IMPULSE, UNE OFFRE DE RUPTURE DANS L’OPTIMISATION DES CONSOMMATIONS ÉLECTRIQUES
Charles Gourio, Dorian Tourin-Lebret et Henri Colas 2011. « Nous réfléchissions à quelque chose d’innovant en matière de réponse aux enjeux énergétiques » explique Dorian. Ils identifient un besoin non comblé : comment mesurer simplement les consommations électriques dans les bâtiments tertiaires, hospitaliers ou industriels ; grands consommateurs d’énergie ? « L’enjeu était d’identifier les consommations de chaque équipement individuellement afin de les optimiser. » L’équipe mène la R&D en s’appuyant sur les opportunités du cursus : projet innovation, année de césure, incubation, option entrepreneur, PFE. Ils remportent aussi des concours et bourses. « L’énorme atout est de bénéficier de temps, de l’expertise de nos professeurs et laboratoires, de l’accès à des matériels onéreux, de moyens, et d’un accompagnement. Sans cela nous n’aurions jamais créé Smart Impulse ! » Les Centraliens mettent au point un compteur nouvelle génération et l’interface d’analyse des données. « Notre innovation est de permettre aux clients de connaître dans le détail et de manière fiable leurs consommations et ainsi de réaliser jusqu’à 25 % d’économies. » Le succès est immédiat dès la commercialisation de l’offre fin 2012. Smart Impulse poursuit son développement en affinant son analyse des données et en ouvrant son marché à des bâtiments plus complexes et à l’international.
www.smart-impulse.com
http://www.centraleparis-incubateur.info/site/home.html

 

SIMPLAUTO REND LE CONTRÔLE TECHNIQUE SYMPA ET MOINS CHER !
Mickaël Barbosa (Idrac) et Viken Kijakian (INSA Lyon) ont créé leur société Simplauto en 2012 au sein du master entreprendre d’EMLYON Business School. Mickaël avait identifié un double besoin. « Les centres de contrôle technique ont une problématique de remplissage et les clients cherchent les meilleurs tarifs. Notre idée était aussi de rendre cette contrainte plus facile et sympa avec un site attractif. » 21 millions de contrôles sont réalisés par an en France et les écarts de prix vont jusqu’à 25 %. Viken a réalisé la plateforme qui permet de trouver le centre auto le moins cher près de chez soi et d’y réserver un contrôle. Le site a un look différentiant et Viken prépare une v2 plus décalée et performante. Simplauto est le 2e site de son secteur avec 1,2 M de visiteurs depuis le lancement. Il recense 5 500 des 6 000 centres français et propose la réservation chez 60. Ils ont identifié d’autres ingrédients de leur réussite. « Ne pas négliger le terrain, souligne Mickaël. Un contact étroit avec les centres est clé pour leur proposer des solutions innovantes et pertinentes. » Les fondateurs ont bénéficié du soutien de l’incubateur d’EMLYON et remporté son concours startup. « La création d’entreprise est un ascenseur émotionnel, on passe de l’euphorie à la gestion de problèmes inattendus. Etre accompagné aide à gérer les remises en question. » « L’entraide entre créateurs, le partage des tuyaux, de réseaux, se sentir encouragé, nous tirent vers le haut » conclut Viken.
https://www.simplauto.com/
https://emlyonincubateur.wordpress.com/

Matthieu Lafon, co-fondateur d’Adoc Talent Management et serial entrepreneur

Matthieu Lafon, co-fondateur d’Adoc Talent Management et serial entrepreneur

ADOC TALENT MANAGEMENT RAPPROCHE DOCTEURS ET RECRUTEURS
C’est durant son doctorat à l’UPMC/Collège de France en 2008 que Matthieu Lafon identifie un besoin qui sera le point de départ d’une carrière de serial entrepreneurs avec ses associés Amandine Bugnicourt connaissance mutuelle entre docteurs et recruteurs. Pour le combler nous avons créé le premier cabinet de conseil en recrutement spécialisé sur ces profils. Depuis, nous réalisons aussi pour des universités des formations pour doctorants pour aborder le monde du travail (300 jours/formation par an). Nous avons un pôle de développement d’outils d’évaluation des compétences de ces profils. » Matthieu a mis au point un outil innovant, le Mind Matcher qui s’appuie sur la modélisation et non le lexical pour faire « le rapprochement entre les profils des CV et les offres d’emploi. » Le concept est applicable à d’autres domaines comme la veille scientifique ou le diagnostic médical. L’équipe a aussi lancé Adoc Métis, dédiée à la gestion des RH pour les organismes de recherche et d’enseignement supérieur. La société a été soutenue par les incubateurs Paris Pionnières et Agoranov. « Les professionnels de la création d’entreprise vous aident à ne pas tomber dans la pièges, vous ouvrent leurs réseaux. Etre avec d’autres créateurs permet de ne pas être isolé. Mais le plus important pour le succès, c’est la satisfaction des clients ! »
http://www.adoc-tm.com/fr/
http://www.parispionnieres.org/
http://www.agoranov.com/

 

TALKACTIV’ REDONNE LA PAROLE AUX PERSONNES APHASIQUES
Passionnée par les questions liées à l’accessibilité, Mari Doucet découvre un manque d’outils faciles à utiliser pour les personnes aphasiques et leur entourage personnel et médical. « J’ai commencé à imaginer une réponse durant un projet innovant en début de cursus à l’Epitech. » Elle remporte le prix du Forum des Epitech Innovative Projects qui lui confère du temps libre pour développer son projet durant ses études. Aujourd’hui, avec ses deux associés elle consacre son PFE à TalkActiv’ au sein de l’accélérateur rennais, Le Booster. L’application de Mari s’utilise sur tablette tactile. « Elle permet de sélectionner des images représentant un mot ou une expression. Elle les assemble pour former une phrase et la synthèse vocale la prononce. » Mari travaille avec le pôle Saint Hélier de rééducation cognitive à Rennes qui teste son outil. « Les retours des patients sont très précieux pour enrichir l’application comme de mots de belotte demandés par une dame pour communiquer avec ses partenaires de jeu ! » L’outil sert pour le quotidien et la rééducation. L’aphasie étant causée par des AVC ou des traumatismes crâniens. L’atout de TalkActiv’ est qu’il est personnalisable en adaptant la taille des images pour les déficients visuels ou en ajoutant un contracteur en cas de mobilité réduite de la main. « Suite aux accidents, il est rare de n’avoir qu’une seule déficience. L’objectif est aussi d’améliorer l’ergonomie pour faciliter l’appropriation de l’outil par des personnes non initiées ou âgées. »
http://talkactiv.org/
https://www.youtube.com/watch?v=PqoHEg7gq7E
http://lebooster.net/

 

JK SOURCING VEUT RÉGALER AVEC DES CRUS RARES DE CHOCOLAT
Entrepreneur dans l’âme, Joël Kouadio intègre en 2011 le MS Entreprendre d’EM Normandie. « J’ai ainsi la chance d’évoluer dans un environnement très porteur et d’avoir le soutien de mon école et de son incubateur en 2012. Il imagine au départ un négoce de produits tropicaux et dérivés issus du cacao de Côte d’Ivoire, son pays natal. « La Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial de cacao. J’ai vite constaté que les producteurs ont des contrats pluriannuels avec de grandes multinationales, difficile de rivaliser tout seul ! J’ai me suis donc ouvert aux produits haut de gamme d’Amérique Latine. » Joël se centre sur le chocolat de couverture, utilisé par les artisans chocolatiers et certains industriels. « Grâce à ces ingrédients, l’objectif est de leur donner des idées pour renouveler leurs compositions. » Joël développe aussi une gamme pour les particuliers pâtissiers qui sera vendue en ligne fin 2015. « J’élargis la gamme au chocolat grand cru aux fins arômes comme les variétés criollo et trinitario. Je vais développer d’autres origines plus rares venues de Madagascar. » A partir d’une nouvelle revue stratégique, Joël identifie une demande pour des produits plus typés, plus purs. Il la complète par une offre plus gustative. « Tout entrepreneur est un peu têtu, et c’est important d’être sûr de son idée. Mais être accompagné permet de la consolider et de l’adapter. Il faut savoir être opportuniste et changer son angle de vue sur le marché. »
http://www.jk-sourcing.com/
http://www.ecole-management-normandie.fr/

 

QARNOT COMPUTING CRÉE LE PREMIER RADIATEUR NUMÉRIQUE
« Le nom de la société est un hommage à Sadi Carnot, un X considéré comme le père de la thermodynamique. Le Q est le symbole de la chaleur. » Paul Benoit, créateur de Qarnot Computing, a fondé son innovation sur les caractéristiques de l’ordinateur en tant que machine : il produit de la chaleur. Il tire de son expérience dans la R&D pour des banques l’astuce de son business model. « Pour évaluer leurs risques, les banques réalisent des calculs complexes au sein de très couteux data centers. Mon idée a été de proposer d’exécuter leurs calculs dans des radiateurs numériques, tout en étant rémunéré et en produisant de la chaleur gratuite pour l’occupant du logement ! » La vente de puissance de calcul s’applique aussi à l’animation 3D, la recherche ou les biotechnologies. L’arrivée de l’internet haut débit dans les habitations a été un autre levier du développement de la société. Paul a déjà installé 350 Q.rad, emploie 20 personnes et poursuit ses développements technologiques et à l’international. Durant son incubation à Télécom ParisTech en 2010, il met au point sa plateforme d’échange et de traitement des données sécurisée et le radiateur Q. rad. « Ces développements auraient été difficiles à mener sans ce soutien et l’incubation donne une belle crédibilité pour aller chercher des fonds ou des clients. » Une crédibilité renforcée par des prix prestigieux comme le Climate-KIC start-ups ou le prix spécial du jury du Prix des Technologies numériques 2014.
http://www.qarnot-computing.com/
http://entrepreneurs.telecom-paristech.fr/

 

ADF