Si la question de la santé et du bien-être au travail a longtemps été envisagée sous l’angle de la souffrance et des Risques Psycho-Sociaux (RPS), elle est depuis les années 2010 de plus en plus associée à la Qualité de Vie au Travail (QVT). Et même s’il s’agit encore d’un concept en construction, les entreprises s’emparent du sujet[1].

 

Changement de paradigme : être heureux au travail ?

La QVT est souvent admise comme une réponse à la transformation du travail, voire à sa déshumanisation, et comme une perspective renouvelée du rapport au travail (Brillet, Sauviat et Soufflet, 2017). A ce titre, elle marque un changement significatif de paradigme qui prête désormais à décrire le travail comme une zone de ressources et d’épanouissement et non plus seulement de coûts et de risques.

Le contexte professionnel français a longtemps été caractérisé par une vision pathogène et une conception « doloriste » du travail (Bourdu, Péretié et Richer, 2016). Toutefois, cette approche par les risques s’est avérée insatisfaisante pour répondre aux enjeux complexes du monde du travail actuel et aux attentes d’autonomisation et de développement individuel des salariés. A cet égard, la définition de la QVT proposée dans l’ANI du 19 juin 2013 qui « peut se concevoir comme un sentiment de bien-être au travail perçu collectivement et individuellement qui englobe l’ambiance, la culture de l’entreprise, l’intérêt du travail, les conditions de travail, le sentiment d’implication, le degré d’autonomie et de responsabilisation, l’égalité, un droit à l’erreur accordé à chacun, une reconnaissance et une valorisation du travail effectué » indique que l’on se dirige vers une approche plus positive du travail. Cette approche est d’ailleurs sous-tendue par les travaux sur le bien-être et les nombreux rapports institutionnels sur la QVT (Rapport Lachmann et al., 2010), même si celle-ci continue d’être rarement examinée, en France, en tant que levier de performance économique et de compétitivité industrielle (Bourdu et al., 2016).

Halte aux raccourcis et aux effets de mode

La plasticité de la notion de Qualité de Vie au Travail se prête à une utilisation très large du concept au risque parfois de le dévoyer et de le décrédibiliser. En effet, la QVT inclut des pratiques très diverses allant de l’hygiène de vie (sport, massages, yoga, méditation…) à la décoration et à l’aménagement des bureaux ; de la discussion sur des notions philosophiques (le ‘bonheur’ au travail), au déploiement de nouveaux « modèles » d’organisation (l’entreprise libérée).

Cette profusion peut confondre les entreprises et les salariés et cantonner le bien-être à des actions ‘périphériques’ au travail et non sur le travail lui-même, son organisation, ses moyens et ses objectifs. Or, la QVT doit être transversale et ‘diluée’ dans toute l’entreprise ; elle doit aider celle-ci à progresser vers des approches décloisonnées faisant le lien entre santé, compétences, organisation du travail et performance globale.

Le travail au cœur du débat

Les récents débats sur le bonheur au travail restent nécessaires. Cependant, il est essentiel de veiller à ce qu’ils ne nous éloignent pas des réflexions centrales (Clot, 2010 ; Dejours, 2015) : le contenu et l’organisation du travail, la charge de travail, la capacité accordée aux collaborateurs de discuter de la qualité de ce qu’ils font, mais aussi la surcharge informationnelle et la nature, le rythme et la conduite des changements d’organisation. Or, ces questions restent encore peu abordées dans le cadre des démarches et accords QVT (Anact, 2019). Le versant sociétal de la QVT (articulation des temps, télétravail…) a certes progressé mais les rapports de causalité entre l’organisation du travail (charge, autonomie, variété des tâches, efficience…), la santé (absentéisme, RPS, tensions sociales…) et les métiers (compétences, employabilité, mobilité…) restent à améliorer.

Parler du travail, organiser des échanges, encourager les discussions sur la relation manager-managé, voilà l’objectif prioritaire de la QVT qu’il ne faut pas perdre de vue.

A propos de l’auteur

 

Crédit : Studio101

Sabrina Tanquerel est Professeur assistant en Gestion des Ressources Humaines – EM Normandie

 Références :

Anact (2019). Un cap à tenir. Analyse de la dynamique de l’Accord national interprofessionnel Qualité de vie au travail -Egalité professionnelle du 19 juin 2013, Rapport du 21 février 2019.
Bourdu, E., Péretié, M.-M., Richer, M. (2016). La qualité de vie au travail : un levier de compétitivité. Refonder les organisations du travail, Rapport Presses des Mines.
Brillet, F., Sauviat, I., Soufflet, E. (2017). Risques Psychosociaux et Qualité de vie au travail. Editions Dunod.
Clot, Y. (2010). Le travail à cœur. Pour en finir avec les risques psychosociaux. Paris : La Découverte
Dejours, C. (2015). Le Choix – Souffrir au travail n’est pas une fatalité. Bayard éditions.

[1] En 2018, la base Légifrance recense 20 000 accords d’entreprise tous sujets confondus (1 500 accords sur l’égalité professionnelle ; 600 accords EP-QVT ; 26 accords sur la prévention des risques). Source : Anact, 2019.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.

France TV : construire ensemble la télé de service public de demain

Offrir des contenus de qualité au public le plus large en veillant au respect de ses missions de service public, tel est le défi que relève le groupe France Télévisions au quotidien. Explications de Francis Donnat, son Secrétaire général.