A la tête du CELSA Sorbonne Université depuis 5 ans, Karine Berthelot – Guiet se livre sur son rôle de manager, sa passion de la transmission et son engagement pour cette école intégrée à Sorbonne Université.

 

Votre signature de directrice ?

Outre les missions classiques de tout dirigeant, je suis aussi interface de médiation. Le Celsa est une école assez petite et donc très réactive au sein d’une très grande université fusionnée. Ajuster les liens dans ce contexte élargi est un travail quotidien. Se réinventer chaque jour, trouver la bonne place et le bon discours pour le CELSA, une vraie grande école… mais avec ses spécificités ! Un rôle d’interface que je joue également auprès des entreprises et des branches économiques auxquelles se destinent nos élèves, afin que l’école reste toujours ancrée dans les réalités de son écosystème.  

 

Votre leitmotiv ?

Ce qui me pousse au quotidien, c’est le projet que le CELSA a défini au moment de sa création : être une grande école au sein d’une université. Ce qui me motive tous les matins ? Donner vie à ce « petit miracle » et proposer à nos élèves un service de grande école au tarif universitaire. Etre pleinement tourné vers la vie professionnelle tout en ayant une formation de haute qualité intellectuelle.

 

Le gros dossier sur votre bureau cette année ?

Plus qu’un dossier, un travail de chaque jour ! Tisser toujours plus, toujours mieux et toujours plus fin des liens avec notre milieu socioéconomique. Faire en sorte que le CELSA soit toujours visible et que la personnalité de cette école singulière rejaillisse. Car même si nous avons une tradition de communication « tranquille », le CELSA est une école forte !

 

Enseignante, chercheuse, directrice : quelle casquette préférez-vous porter ?

Les trois bien sûr ! Car malgré mes fonctions de directrice, j’assure toujours 200h de cours par an. Ce qui est certain en tout cas, c’est que je ne pourrais pas faire correctement mon métier de directrice si je ne faisais plus de recherche. C’est là mon poumon nécessaire, ce qui nourrit ma capacité à enseigner et à diriger. En prenant mes fonctions, je m’étais donnée comme but de continuer à être chercheure : impossible pour moi de faire une pause complète !

 

Le meilleur moment d’une journée de Karine Berthelot-Guiet ?

La pause café dans le couloir. Avec un professeur, un chercheur, un membre de l’équipe administrative… Des moments informels qui permettent de prendre le pouls de l’école, de remettre des sujets à l’ordre du jour, de ressentir pleinement l’attachement des membres de la communauté à l’école. Dans une petite structure comme la notre, dans cette « PME du service public », ces moments de connexion sont essentiels.

 

Et avec les élèves ?

Eux non plus n’hésitent pas à prendre la parole ! Ils me connaissent tous et me font souvent remonter des besoins, des avis, des remarques, directement pendant les cours. Je travaille aussi beaucoup avec le BDE, les responsables de notre trentaine d’associations étudiantes et notre J.E. CELSA Junior Communication bien sûr.

 

Le conseil que vous donneriez à un futur directeur d’école ?

Vivez pleinement votre passion pour l’école que vous dirigez tout en prenant de la distance en toutes circonstances. Sachez porter le regard de côté, vous détacher du quotidien pour prendre la bonne décision. Mais impossible de savoir prendre de la distance sans avoir un attachement très fort à son école ! Moi mon histoire d’amour dure depuis 20 ans avec le CELSA. J’y ai fait l’apprentissage de cette distance… même s’il y a des jours où on y arrive mieux que d’autres !

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.

France TV : construire ensemble la télé de service public de demain

Offrir des contenus de qualité au public le plus large en veillant au respect de ses missions de service public, tel est le défi que relève le groupe France Télévisions au quotidien. Explications de Francis Donnat, son Secrétaire général.

Carrefour : grand consommateur de jeunes talents

La grande distribution fait sa grande mutation ! Tel est le défi d’Amélie Oudea-Castera, Head of e-commerce, data & digital de Carrefour.

Le management de la culture, ça se cultive !

Alors que la crise du Covid-19 a mis un coup d’arrêt brutal à la vie culturelle mondiale, l’industrie française de la culture et de l’évènementiel a plus que jamais besoin de managers ultra spécialisés pour revenir en force. Mais comment les diplômés des business schools peuvent-ils truster les pages Culture ?

Applications responsables : des éco-gestes à portée de main

Gratuites et disponibles sur IPhone et Android, téléchargez ces applications mobiles 100 % green et faites un pas vers un style de vie plus écolo.