On ne le dira jamais assez, le réseau, ensemble de relations, personnelles ou professionnelles, interconnectées, est incontournable dans la construction de votre parcours professionnel. « Réseauter » consiste à se créer un réseau et à le cultiver pour le faire fructifier. Il ne faut pas attendre de bénéficier d’un contexte favorable pour le créer, mais être moteur dans sa constitution.

 

Afin de tirer le meilleur parti de vos actions de réseautage, voici 5 étapes indispensables :

Fixez-vous des objectifs : « Il n’y a point de vent favorable pour celui qui ne sait dans quel port il veut arriver ». A l’image de la citation de Sénèque, il est capital d’identifier l’utilisation que vous souhaitez faire de votre réseau : partage d’expériences, recherche d’opportunités professionnelles, business… Ensuite, vous pourrez fixer vos objectifs de connexions, tout en veillant à ce qu’ils soient atteignables et progressifs.
Une fois cette étape réalisée, il est capital que vous sachiez pitcher. Apprenez à vous présenter succinctement, et partager vos objectifs de façon claire.

Osez ! Dépassez les craintes initiales, « j’ai peur de déranger, je n’ai rien à apporter en échange… ». Vous avez déjà des éléments à valoriser dans une relation de réseau, à travers vos expertises, vos expériences ou encore le temps que vous pouvez consacrer à votre contact. Soyez sûr(e) de vos forces, et allez de l’avant !
Conseil pratique : vous appréhendez une première prise de contact physique, brisez la glace via LinkedIn.

Créez un climat de confiance avec votre interlocuteur ! Prenez le temps de vous renseigner, surtout si vous le connaissez peu. Il est important qu’une confiance mutuelle puisse s’installer, condition sine qua non du partage d’informations précieuses et de l’entraide ! Pour créer un climat de confiance et avoir une discussion authentique, pensez à préparer l’échange en amont (identifiez vos attentes), tout en rendant la discussion fluide et en faisant preuve d’écoute et d’empathie.

Apprenez à donner et recevoir ! Au début de la construction de votre réseau, vous serez dans une posture de « demandeur » : des conseils pour un CV, de l’aide dans votre recherche de poste ou de contacts, etc. Il est logique que vous renvoyiez l’ascenseur et, à votre tour, donniez un peu de votre temps et faire profiter votre réseau de vos conseils et de votre carnet d’adresses.

Cultivez votre réseau ! En tout temps et quelle que soit votre situation. Si un contact vous a accordé du temps, il sera en attente de nouvelles de votre part. Juste après un échange, il est évident de remercier pour le temps consacré. Mais pensez aussi à tenir au courant votre contact dans les semaines, les mois qui suivent, et ce, même si vous n’avez pas de besoin particulier ! Bien cultiver son réseau, c’est aussi le faire de manière désintéressée.  Par ailleurs, pensez à diversifier votre réseau pour ouvrir de nouvelles perspectives.

 il faut au minimum 150 contacts afin de faire vivre un réseau personnel (Source : Welcome to the jungle)]

Ces étapes vous permettront de structurer vos actions et d’optimiser votre positionnement professionnel, afin de conjuguer réseau et objectifs personnels. En dehors de votre cercle immédiat, les possibilités de provoquer des rencontres sont nombreuses : clubs, cercles métiers, sans oublier les réseaux sociaux. Intéressez-vous à ceux-ci, afin de multiplier les chances de contacts. N’oubliez pas que chaque rencontre est une opportunité, alors saisissez-là !

La force des liens faibles

Les liens les plus utiles ≠ contacts les plus proches (liens forts) :

  • trop de liens affectifs
  • trop de relations en commun
  • a priori sur le profil de l’individu

Les liens éloignés (faibles) sont plus bénéfiques au réseautage :

  • pas d’a priori sur la personne
  • exogamie
  • ouverture vers des réseaux éloignés et ressources inconnues