Le temps passe et beaucoup de choses ont changé. Qui aurait pu s’imaginer que le temps se serait si vite écoulé ? Faisons le bilan, calmement. Un mois après, comment se passe le confinement des étudiants ? Témoignages.

 

Toujours dans un good mood

Océane Imbert

Océane Imbert, étudiante en 4ème année à l’EBS Paris

Comment se passe le confinement un mois après ?

Le confinement se passe toujours très bien un mois après. J’ai un bon équilibre entre les cours en ligne le matin, le sport et les loisirs à la maison l’après-midi. Je ne m’ennuie pas du tout et je me sens bien moralement.

Alors ces cours en ligne ?

​Les cours à distance sont très bien organisés. Dès le début du confinement, l’EBS Paris a rapidement réagi et les professeurs ont pris le relai sur notre plateforme en ligne. Nous avons ainsi pu faire nos contrôles et rendre nos dossiers pour la fin du semestre. Nous avons même eu des cours par Skype et Zoom avec des professeurs étrangers se trouvant dans leurs pays ! C’était original de les rencontrer à travers un écran. Et les mails sont finalement très pratiques pour échanger avec nos professeurs, qui sont réactifs à nos demandes et compréhensifs. 

Votre « bon plan confinement » ?

Faire du sport pour décompresser et garder une activité tous les jours. Une anecdote : depuis le début du confinement, un couple d’oies bernaches est arrivé sur le terrain de ma maison. Je les observe le matin quand elles atterrissent et le soir quand elles décollent. C’est devenu une routine et je suis toujours autant fascinée !

S’il y a avait une chose à retenir de cette expérience ? 

Lorsqu’on est dans l’obligation de faire face à des problèmes sur lesquels nous ne pouvons pas intervenir, il y a malgré tout des solutions. Comme l’école qui s’adapte et met ses cours en ligne. Cette période de confinement nous oblige à mettre en place des solutions pour continuer à vivre, même enfermés à la maison, et continuer d’être heureux sans avoir de vie sociale à l’extérieur.

Avez-vous le sentiment que cette crise entrainera des changements profonds ?

​Oui, je pense que cette crise va entrainer des changements profonds dans la vie de chacun, d’un point de vue familial, social, sanitaire et financier. La population prend conscience de ce qui peut lui arriver du jour au lendemain et revient donc à des choses essentielles, comme la famille, la propreté ou encore le besoin de faire des économies et de moins contribuer à la société de consommation. 

A-t-elle aussi un impact sur vos aspirations ?

Je me rends compte qu’il faut vivre le moment présent, ne sachant pas de quoi demain sera fait… Cependant, mon aspiration à devenir chef d’entreprise dans la grande distribution se confirme, car cette crise montre l’importance et le rôle à jouer des supermarchés auprès des familles.

 

Coaching maison

Anthony Phol Asa

Anthony Phol Asa, étudiant en 2ème année à la Web School Factory

Comment se passe le confinement un mois après ?

Je n’ai pas eu de changement de mood durant ce confinement et j’ai toujours réussi à m’occuper sans problème. Pour vous dire, j’ai même trouvé une routine sympathique ! Le plus dur reste de ne pas pouvoir retrouver mes amis et ma copine à l’extérieur pour faire des activités plus ludiques comme de l’escalade, un jogging, aller au cinéma… Malgré tout, on garde le sourire !

Alors ces cours en ligne ?

La Web School Factory a su rapidement s’adapter à la situation en nous proposant des outils comme Blackboard, Google Hangouts Meet ou encore Zoom afin d’assurer la continuité du programme scolaire et le maintien de nos projets. Néanmoins, les cours en visio sont parfois difficiles à suivre, car on est plus rapidement distraits par des facteurs externes. On est dans un milieu qui n’est pas forcément adapté au travail.

L’outil must-have pour garder le contact avec la promo ?

Pour garder contact avec mes associations et mes camarades, j’utilise Google Hangouts Meet qui est très simple d’utilisation : un lien et on est ensemble !

Votre « bon plan confinement » ?

Abonnez-vous à l’Instagram de mon association : BDS_WSF ! Et venez vous dépenser lors de nos entraînements quotidiens. Tout ça avec le sourire ! Avec mes camarades, nous organisons des sessions de sport tous les soirs à 18h. L’occasion de se retrouver entre Factoriens.

Je dois avouer qu’Animal Crossing aide également à garder le sourire 😁

S’il y a avait une chose à retenir de cette expérience ?

Grâce au confinement, j’ai pris conscience de l’importance des interactions avec mes proches. 

Avez-vous le sentiment que cette crise entrainera des changements profonds ?

Ce qui est sûr, c’est qu’il y aura des changements économiques. Cette crise a entraîné un arrêt du marché économique mondial. À mon avis, au début, beaucoup de personnes (moi compris) essaieront de changer leurs habitudes en consommant moins, en maintenant les gestes d’hygiènes etc. Mais petit à petit, les anciennes habitudes risquent de revenir. Personnellement, ma vision de la société a changé. Je pense qu’il devrait y avoir une revalorisation des métiers hospitaliers ou encore des agents de propreté de la ville. Ils ont une réelle importance dans notre bien-être et dans cette gestion de la crise !

 

Apprendre de nouvelles compétences

Anna Vaserman, étudiante en 3ème année de BBA à l’EDHEC Business School

Comment se passe le confinement un mois après ?

Après un mois, je m’habitue à cette situation de confinement inédite. Mes parents vivant au Maroc, je n’ai malheureusement pas pu regagner ce pays. J’ai eu la chance d’être accueillie dans la famille d’un camarade de l’EDHEC qui habite une maison dotée d’un jardin. Je travaille au vert et j’ai de l’espace, j’estime être vraiment privilégiée. C’est aussi une belle manifestation de l’esprit de solidarité et de camaraderie de l’EDHEC.

Alors ces cours en ligne ?

Depuis le 25 mars, je suis les cours de l’EDHEC à distance dans plusieurs disciplines – Management de marques, Marketing, Marketing digital, Management des cultures internationales – et dans deux langues différentes – anglais et espagnol. Les premiers temps, j’étais assez stressée : crainte des incidents de connexion, d’une déshumanisation de la classe virtuelle. Finalement, les professeurs se sont montrés très bienveillants et se sont adaptés à cette nouvelle configuration. Nous avons toujours une marge de temps pour nous connecter, nous pouvons revoir nos cours en mode asynchrone. Les cours en vidéos sont vivants et interactifs. Nous recevons aussi des messages réguliers de la direction de l’EDHEC et du corps professoral pour nous conseiller et nous rassurer. Ce sont des petits gestes mais ils nous aident à garder confiance en nous.

L’outil must-have pour garder le contact avec la promo ?

Grâce à l’outil Collaborate utilisé par l’EDHEC, nous pouvons aussi interagir avec nos camarades via le « tchat », créer des groupes virtuels pour travailler ensemble sur des cas pratiques, réaliser des sondages, dessiner des schémas…

Que faire pendant le confinement ?

Je m’efforce de me fixer des objectifs et de m’investir dans des activités variées. J’approfondis ma passion pour la peinture, qui me vient de ma grand-mère, et à laquelle je ne m’étais jamais vraiment consacrée. Je mets aussi cette période à profit pour acquérir des compétences qui me seront utiles dans mon insertion professionnelle. Je me forme au digital, je me perfectionne sur certains logiciels comme Photoshop, je découvre de nouvelles applications et j’explore d’autres réseaux virtuels. Avec le recul, le confinement n’a pas appauvri mon quotidien, il l’a enrichi d’autres activités.

Un conseil ?

Les journées peuvent finir par se ressembler. Il faut être endurant et conserver un rythme régulier. La clé, c’est de changer régulièrement d’activité, marier online et offline. C’est aussi la période idéale pour explorer de nouvelles façons d’apprendre et de se former. Cela va nous être très utile pour l’après !