Responsable de la formation professionnelle au sein de TSM, j’ai à cœur de former de manière opérationnelle et réaliste nos étudiants. La formation se déroulant sur plusieurs années (niveau licence puis master) cela nous permet de sensibiliser et de former au mieux nos étudiants aux techniques marketing en les formant en tant que « makers » et non plus en les considérant en simples apprenants.

 

La sensibilisation

Dans mon cours, ou plutôt dans mes cours, les étudiants sont invités à se former au marketing de manière longitudinale. Ayant la chance d’intervenir auprès d’étudiants en licence 2 puis de les retrouver ensuite dans le master que je dirige (master marketing) j’ai l’opportunité de pouvoir mettre en œuvre ma pédagogie de manière longitudinale et ce, avec l’appui de l’ensemble des équipes intervenant dans ces diplômes.

Les étudiants sont ainsi invités à travailler sur des cas d’entreprises innovantes dès leur année de licence 2, ces derniers doivent analyser la stratégie marketing d’entreprises perçues comme innovantes dans leur business et sont libres de les contacter afin d’obtenir de plus amples informations, voire de leur livrer leur dossier final avec leurs recommandations. Plusieurs marques (Micronutris, feed…) ont ainsi interagi avec les étudiants pour les renseigner et les aider dans leur projet.

L’accompagnement à long terme

Une fois leur licence en poche et, si ils sont intéressés par le marketing, nous pouvons être amenés à retrouver ces étudiants en master 1. Lors de cette première année de master, les étudiants sont sensibilisés à l’entrepreneuriat et sont donc invités à réfléchir à un projet de création d’entreprise. Pour ce faire, plusieurs modules de cours de différents blocs de compétences leur sont dispensés en parallèle afin de leur montrer la complexité d’une organisation et la nécessité pour eux d’avoir une vision globale.

Des cours de marketing et de management de l’innovation leur sont dispensés durant lesquels ils sont formés aux nouvelles techniques de création et sont donc formés au sein du Fablab de Toulouse. En parallèle, des cours d’introduction à la recherche leur montrent l’intérêt de réaliser des études de manières profondes et scientifiques et enfin des professionnels, entrepreneurs et managers d’incubateurs viennent les guider dans leur réflexion. Ce schéma porte ses fruits puisque depuis 4 ans, 3 entreprises ont été créées grâce à cette forme de pédagogie très opérationnelle.

Un schéma qui porte ses fruits

Témoignage de Mathilde Bouterre, fondatrice de Food & Com, une agence de communication responsable pour les acteurs de l’alimentation durable : Etudiante en master marketing et communication de la Toulouse School of Management de 2014 à 2016, mon parcours m’a permis de comprendre les grandes théories du marketing et d’identifier leurs leviers. Lors de la création de mon agence de communication culinaire, cela m’a conduit à définir mon offre et étudier le marché. Des bases qui ont servi au développement de ma société et à sa pérennisation.

Témoignage de Julien Peyraga et Nicolas Mathieu fondateurs de l’entreprise Madnesscuff : A la fin de nos années d’études au sein de TSM où nous avions effectué un Master Marketing en Alternance, nous avons choisi de créer notre marque de montres Madnesscuff. En effet, à la sortie de ce Master riche en compétences nous nous sentions opérationnels à entrer dans la vie active et à lancer notre startup. Le rythme soutenu de l’alternance que nous avons suivi pendant deux ans nous a permis d’être réactifs et organisés dans notre activité. De plus, l’IAE nous a conféré l’envie d’entreprendre par ses nombreux projets et modules où l’innovation est placée au centre. Le Master Marketing permet de faire le lien entre le marketing et les autres apports fondamentaux nécessaires à l’entreprise

Julien Grobert,

Maître de conférences en Marketing à TSM

Responsable de la formation professionnelle au sein de TSM

Cdiscount « Parce que chacun est différent, nous avons besoin de tous les talents »

De la startup bordelaise au leader français du e-commerce, l’entreprise n’a jamais perdu ses valeurs d’inclusion et de diversité.

Faites la paix économique, pas la guerre !

La paix économique : autre regard sur le monde du business. Mais quel rôle les top managers ont-ils à jouer dans la diffusion de ce nouvel avenir économique ?

Le management interculturel en questions

Alors que l’interculturalité est devenu un must-have pour la quasi-totalité des entreprises, comment le management interculturel peut-il s’adapter dans le monde d’après.

Checkout.com : challengez la Data !

« Vous êtes passionnés de Data et créatifs, bienvenus chez nous ! » assure Valentin Vincendon, VP Business Intelligence at Checkout.com

Bollé Brands : l’excellence du sport designé en France

La technologie, l’ergonomie et le design des produits de Bollé Brands ont été testés et approuvés par les plus grands sportifs !

Europorte : un train d’avance dans l’innovation !

Nommé directeur général d’Europorte, opérateur privé de fret ferroviaire français, en juillet 2020, Raphaël Doutrebente nous parle de ces projets pour l’entreprise.

Managers intermédiaires : alliés ou challengers du DG ?

Entre top managers et collaborateurs, entre reporting et animation d’équipe, les managers intermédiaires sont entre le marteau et l’enclume. Comment redorer la fonction ?

KNEIP Hugues Delcourt : « Dans la finance, apprenez à oser ! »

Président de Kneip depuis le début de l’année et ex-CEO de BIL, banque internationale à Luxembourg, Hugues Delcourt connait très bien le secteur de la finance. Il nous parle de son parcours et de sa vision du management. Rencontre.

L’holacratie c’est la vie ?

L’heure est à la prise de décision collective. Mais les top managers sont-ils prêts à partager le pouvoir ? Et leurs collaborateurs, sont-ils partants pour y prendre part ?

Le manager résilient : le meilleur boss du monde d’après ?

La résilience ou l’art de résister aux chocs. Un must-have pour les managers au plein cœur du post-Covid. Mais comment muter en quelques mois en dirigeant résilient ?