Responsable de la formation professionnelle au sein de TSM, j’ai à cœur de former de manière opérationnelle et réaliste nos étudiants. La formation se déroulant sur plusieurs années (niveau licence puis master) cela nous permet de sensibiliser et de former au mieux nos étudiants aux techniques marketing en les formant en tant que « makers » et non plus en les considérant en simples apprenants.

 

La sensibilisation

Dans mon cours, ou plutôt dans mes cours, les étudiants sont invités à se former au marketing de manière longitudinale. Ayant la chance d’intervenir auprès d’étudiants en licence 2 puis de les retrouver ensuite dans le master que je dirige (master marketing) j’ai l’opportunité de pouvoir mettre en œuvre ma pédagogie de manière longitudinale et ce, avec l’appui de l’ensemble des équipes intervenant dans ces diplômes.

Les étudiants sont ainsi invités à travailler sur des cas d’entreprises innovantes dès leur année de licence 2, ces derniers doivent analyser la stratégie marketing d’entreprises perçues comme innovantes dans leur business et sont libres de les contacter afin d’obtenir de plus amples informations, voire de leur livrer leur dossier final avec leurs recommandations. Plusieurs marques (Micronutris, feed…) ont ainsi interagi avec les étudiants pour les renseigner et les aider dans leur projet.

L’accompagnement à long terme

Une fois leur licence en poche et, si ils sont intéressés par le marketing, nous pouvons être amenés à retrouver ces étudiants en master 1. Lors de cette première année de master, les étudiants sont sensibilisés à l’entrepreneuriat et sont donc invités à réfléchir à un projet de création d’entreprise. Pour ce faire, plusieurs modules de cours de différents blocs de compétences leur sont dispensés en parallèle afin de leur montrer la complexité d’une organisation et la nécessité pour eux d’avoir une vision globale.

Des cours de marketing et de management de l’innovation leur sont dispensés durant lesquels ils sont formés aux nouvelles techniques de création et sont donc formés au sein du Fablab de Toulouse. En parallèle, des cours d’introduction à la recherche leur montrent l’intérêt de réaliser des études de manières profondes et scientifiques et enfin des professionnels, entrepreneurs et managers d’incubateurs viennent les guider dans leur réflexion. Ce schéma porte ses fruits puisque depuis 4 ans, 3 entreprises ont été créées grâce à cette forme de pédagogie très opérationnelle.

Un schéma qui porte ses fruits

Témoignage de Mathilde Bouterre, fondatrice de Food & Com, une agence de communication responsable pour les acteurs de l’alimentation durable : Etudiante en master marketing et communication de la Toulouse School of Management de 2014 à 2016, mon parcours m’a permis de comprendre les grandes théories du marketing et d’identifier leurs leviers. Lors de la création de mon agence de communication culinaire, cela m’a conduit à définir mon offre et étudier le marché. Des bases qui ont servi au développement de ma société et à sa pérennisation.

Témoignage de Julien Peyraga et Nicolas Mathieu fondateurs de l’entreprise Madnesscuff : A la fin de nos années d’études au sein de TSM où nous avions effectué un Master Marketing en Alternance, nous avons choisi de créer notre marque de montres Madnesscuff. En effet, à la sortie de ce Master riche en compétences nous nous sentions opérationnels à entrer dans la vie active et à lancer notre startup. Le rythme soutenu de l’alternance que nous avons suivi pendant deux ans nous a permis d’être réactifs et organisés dans notre activité. De plus, l’IAE nous a conféré l’envie d’entreprendre par ses nombreux projets et modules où l’innovation est placée au centre. Le Master Marketing permet de faire le lien entre le marketing et les autres apports fondamentaux nécessaires à l’entreprise

Julien Grobert,

Maître de conférences en Marketing à TSM

Responsable de la formation professionnelle au sein de TSM

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.

France TV : construire ensemble la télé de service public de demain

Offrir des contenus de qualité au public le plus large en veillant au respect de ses missions de service public, tel est le défi que relève le groupe France Télévisions au quotidien. Explications de Francis Donnat, son Secrétaire général.