Groupe public au service de l’intérêt général et du développement du pays, la Caisse des Dépôts apporte son concours aux politiques publiques nationales et locales. Benjamin Dubertret (ENA, 2001), Directeur des Fonds d’épargne, rappelle ses missions prioritaires : protéger l’épargne populaire et financer des missions d’intérêt général définies par l’Etat.

 

Benjamin Dubertret (ENA, 2001) Directeur des Fonds d’Epargne à la Caisse des dépôts et Consignations.

Benjamin Dubertret (ENA, 2001) Directeur des Fonds d’Epargne à la Caisse des dépôts et Consignations.

Un pôle de stabilité

Depuis près de 200 ans, la Caisse des Dépôts reste un pôle de stabilité unique en France qui permet à l’investissement public local, dans ses différentes composantes, d’être financé sur le long terme. Le groupe innove en permanence et s’adapte aux défis de demain. « À travers le Fonds d’épargne qu’elle gère au sein d’un bilan séparé, la Caisse des Dépôts assume deux missions, indique Benjamin Dubertret. La première est de protéger l’épargne populaire (livret A, LDD, livret d’épargne populaire) qui représente 222 milliards d’euros centralisés dans nos comptes. La seconde est de financer avec cette épargne, dans des conditions très favorables de taux et de durée, des secteurs définis par l’Etat. »
Les deux métiers du Fonds d’épargne ? Prêteur (de la conception à la gestion des prêts) et gestionnaire d’actifs financiers à travers un portefeuille d’obligations et d’actions indispensable au rendement et à la liquidité du Fonds d’épargne. « Nous ne sommes pas dans un exercice de maximisation des marges. Notre objectif est de rechercher un rendement positif tout en accompagnant au meilleur coût les politiques publiques et en préservant la sécurité du système. L’intégralité du résultat est prélevé par l’Etat, soit plus de 70 Md€ depuis 1984. »

 

Des thématiques clés

Le Fonds d’épargne intervient sur trois sujets clés qui font partie intégrante du plan stratégique « Elan 2020 » dont s’est doté le groupe Caisse des Dépôts. « Notre cœur de métier est le logement social puisque nous finançons la construction et la rénovation des parcs de logements sociaux. Nous finançons également des équipements locaux comme les transports, les universités, les hôpitaux et les réseaux d’eau des collectivités. Enfin, nous refinançons OSEO, qui finance les PME innovantes. Au final, nous sommes une banque publique spécialisée dont l’autorisation d’intervenir dans tel ou tel secteur est donnée par l’Etat, ce qui ne nous fait pas oublier, bien au contraire, le sens de la qualité de service vis-à-vis de nos clients. »

 

Un mixte public-privé

Benjamin Dubertret, à la tête d’une équipe de 300 personnes à Paris, et qui s’appuie sur les directions régionales de la Caisse des Dépôts, rappelle que le groupe Caisse des Dépôts compte aussi des filiales concurrentielles. « Y entrer, c’est l’assurance d’accéder à des postes passionnants dans des métiers très divers : investisseur en fonds propres, banquier des professions juridiques mais aussi assureur-vie ou gestionnaire de biodiversité… Notre valeur ajoutée est de nous situer à la frontière entre la sphère publique et la sphère privée. Nous sommes au service de missions d’intérêt général avec une culture d’efficacité et d’efficience comme l’aurait une entreprise privée. Le fait d’avoir des équipes mixtes en termes de statut est un avantage non négligeable. Ainsi, nous conservons une grande proximité avec l’Etat, mais nous sommes pleinement dans l’opérationnel, avec la satisfaction de prendre en charge des dossiers qui ont des résultats tangibles. » Si le groupe ne propose pas de postes aux diplômés tout juste sortis de l’ENA, il est un recruteur actif à différents stades de leurs carrières.

 

F.B.

 

Contact
recrutement.dfe@caissedesdepots.fr
Plus d’informations : www.caissedesdepots.fr