La génération Y regroupe, en Occident, l’ensemble des personnes nées entre 1980 et 1999. À dater de l’an 2000 la génération Z (pour génération zapping), a temporairement pris le relai. Pour ce qui est de la perception de ces générations par les entreprises une recherche sur Google, donne le ton : les titres accrocheurs parlent d’eux-mêmes : « Générations Y et Z : comment les manager avec efficacité ? », « Comment manager et travailler avec les générations Y et Z ? » etc.

 

L’ABC des X, Y, Z… en attendant la suivante

Ces titres ne relèvent-ils pas d’une exploitation marketing éloignée d’une réalité sociologique plus complexe ? Le consulting générationnel n’entretient-il pas une forme de complexes managériaux en caricaturant de jeunes recrues de type « alien » qu’ils ne sauraient pas comment gérer ?

Histoire d’un pur concept marketing ?

Concept issu du marketing dans les années 90’, repris dans la littérature managériale et le vocabulaire RH, les générations Y et Z ont fait l’objet d’une multitude d’articles et d’ouvrages. Pourtant, ces dernières – pas plus que la X – n’existent en tant que génération telle que définie par le sociologue allemand Karl Mannheim : « la génération comme un ensemble de personnes ayant à peu près le même âge, mais dont le principal critère d’identification sociale réside dans les expériences historiques communes et particulièrement marquantes dont elles ont tiré une vision partagée du monde.[1] ». Si le concept de génération Y – Z qui viendrait « disrupter » les entreprises «  avec des attentes  » hors normes » a été vendu à l’envi, cette approche commence à être abordée de façon plus pondérée. Leur rapport au travail – entre autres – est aujourd’hui reconsidéré :  « la génération Y-Z, en tant que telle, pour nous, elle n’existe pas », c’est ce qu’affirmait en 2017 une étude de manpower Groupe via-voice  (2017),  par la voix de Jean Giboudeaux, directeur général de Right Management. 

X, Y, Z… “Il est intelligent, en entreprise, d’être humain.” Francis Planque

Hier, comme aujourd’hui, les mêmes prérequis de base permettent l’accès à l’entreprise. Une partie non négligeable de ces jeunes générations ne maîtrisent pas les fondamentaux d’accès à l’entreprise : « savoir se présenter », « parler une langue étrangère », « rédiger convenablement un mail ». Le fait qu’une majorité maîtrise les réseaux sociaux et certains outils informatiques n’induit pas qu’ils puissent mettre leur savoir spécifique au service d’une organisation ! (Cf. Travail collaboratif).  Si, hier, il s’agissait d’apprendre aux « dinosaures » en poste à se préparer à un choc générationnel, aujourd’hui les supposés « dinosaures » cibles ne les ont pas attendus pour combler un déficit de savoir.  Ces nouveaux entrants intègrent de fait un mode organisationnel déjà fortement engagé dans la transformation numérique, avec les mêmes travers que leurs ainés dans la gestion problématique de la sursollicitation numérique. Enfin, pour ce qui est de leurs attentes de l’entreprise, elles restent les mêmes que leurs aînés : la recherche de sens, la reconnaissance, la qualité des relations interpersonnelles, l’intérêt de leur travail, la rémunération, des perspectives, une communication franche, et plus d’aspiration à évoluer à l’international….

Des générations « cash » et responsables !

Leur plus grand apport ne sera pas leur capacité à s’adapter aux technologies, mais ce qu’ils apporteront en termes de Responsabilité Sociale de l’Entreprise à leurs aînés. Des aînés qui ont souvent privilégié les mots au mépris des actes. Leurs aînés pensaient performance et rentabilité, ces générations pensent impact social, environnemental et responsabilité. Aussi, si les entreprises doivent se préparer à un apport véritablement disruptif chez ces générations c’est leur côté « cash » ! Elles ne sont pas configurées pour avaler des couleuvres et s’en laisser compter.

[1] Mannheim, K. Le problème des générations, Paris, Nathan, 1990 (1reéd., 1928).

 

les auteurs sont Caroline Cuny et Yannick Chatelain, professeurs à Grenoble Ecole de Management

crédit photo Pierre Jayet

credit photo Pierre Jayet

Datadog, expert du monitoring des données – Interview de Tristan Michelet

« Venez relever des défis techniques passionnants dans une entreprise qui double de taille tous les ans ! » propose aux jeunes ingénieurs Tristan Michelet (Télécom Paris 2012), Director Of Engineering chez Datadog dans son interview

Ekinops, l’innovation à haut débit ! – Interview de Vincent Munière

C’est un « monsieur innovation » des télécoms. Retrouvez l’interview de Vincent Munière, CTO et VP R&D chez Ekinops.

Le digital à bord de la SNCF – Interview d’Emilie Bloyet, SNCF

Comment le groupe leader de la mobilité infuse-t-il le digital dans ses activités et ses équipes ? Interview d’Emilie Bloyet de la SNCF.

La techno chez ADEO, une valeur sûre – Interview de Matthieu Grymonprez

ADEO, groupe leader des magasins de bricolage et de décoration, met la technologie au service de sa mission. Explications de son Global Leader Digital Data.

NOVACEL : le film écolo compatible – L’interview de Jean Loup Masson

Les films de protection NOVACEL recouvrent toutes les surfaces sur un market place respectueux de l’environnement. L’interview de Jean Loup Masson, Innovation, Marketing and Digital Director SVP

CAFPI : exercez un métier d’avenir au sein d’une entreprise leader – Interview croisée

Sur un marché du courtage en crédit immobilier en ébullition, Denis Menard et Jessy Julien vous donnent les clés pour intégrer CAFPI, le leader historique

Motoblouz : la passion moto chevillée au corps ! – L’interview de Raphaelle Mappus

Dans son interview, Raphaelle Mappus, Directrice de l’Offre de Motoblouz, revient sur le succès de ce spécialiste de la vente en ligne d’équipements motos.

Dell Technologies : venez bousculer le marketing avec les data – L’interview de Loris Viarouge

Dell Technologies, le leader de la transformation numérique ! La preuve avec l’interview de Loris Viarouge, (IAE France 2000), Directeur marketing France.

HM.CLAUSE a besoin de jeunes pousses – interview de Sébastien Benon

Sébastien Benon, VP chez HM.CLAUSE explique à quel point s’investir aujourd’hui dans la high-tech du vivant au service de la planète s’avère valorisant et passionnant

Journée mondiale sans Facebook, Like ou pas Like ?

Dépendant, moi ? Pas du tout ! 24h chrono, c’est le moment de faire le test ce 28 février, date anniversaire de la "Journée mondiale sans Facebook". Action boycott fondée il y a presque 10 ans par des utilisateurs du réseau social, elle sonne l’alerte de la...