A travers sa provocation sonore, le questionnement engagé souhaite interpeller la notion de quotient intellectuel et ses diverses déclinaisons. Le QI qui a inauguré le règne des quotients (émotionnel, culturel, digital…) est moins prédictif qu’il n’y parait si on l’extrait de son substrat psychologique. D’autres variables, plus situationnelles qu’individuelles, interviennent dans la réussite.

 

Car l’« intelligence », telle que je la comprends, n’est pas une faculté arrêtée aux catégories figées […], elle s’active et se déploie, progresse, au fur et à mesure des intelligibilités traversées […] Or, plus ces intelligibilités sont écartées les unes des autres, plus elles donnent à découvrir et traverser. (François Jullien, Entrer dans une pensée ou des possibles de l’esprit, 2012, Gallimard, p. 20).

 

Un Q peut en cacher un autre

En matière de quotients visant à mesurer une aptitude étalonnée, le plus dodu (donc sexy) des Q reste le QI, quoi qu’on en dise. On le critique certes à l’envi, mais durablement, ce qui témoigne en premier lieu de sa pérennité. Créé à l’origine pour prédire le succès scolaire des enfants, le QI dans sa version adulte mesure quatre items : la compréhension verbale, la logique, la mémoire de travail et la vitesse de résolution des problèmes. Bien que centenaire, le QI reste alerte ; il continue de servir (certains diront sévir) dès qu’un soupçon de précocité est soupçonné dans une progéniture donnée.
Beaucoup plus jeune, le QE apparait dans les années 90, issu de ses deux pères (Peter Salovey et John Mayer), avec le vent en poupe, grâce à son parrain qui l’a popularisé, Daniel Goleman. L’intelligence émotionnelle se mesure en tant que conscience de soi, gestion de ses émotions, conscience sociale et gestion des relations. Diriger une entreprise avec succès dépendrait davantage du QE que du QI.

 

Quand deux Q se fréquentent

Le QC (C comme curiosité ou comme culturel) se déploie également, sans pouvoir encore être taxé de mature, avec moins de vigueur que ses grands frères. Sa particularité est de concerner la prise en compte de l’intelligence de l’autre. Il y a un pas de franchi qui ouvre la porte à l’interaction. Mais quelle intelligence faut-il alors déployer pour rendre féconde cette interaction quand la distance culturelle est grande ?

 « Au lieu de prétendre identifier des « différences » qui caractériseraient les cultures, je cherche à y détecter des écarts qui fassent reparaitre du choix et remettent en tension la pensée » (François Jullien, De l’Etre au Vivre Lexique Euro-chinois de la pensée, 2015, Gallimard)

 

Savez-vous lire écrire, compter et… cliquer ?

Quant au QD qui renvoie à l’intelligence digitale, son potentiel semble d’abord se décliner en fonction de la tranche d’âge à laquelle on appartient. Le QD serait le grand égalisateur dans la mesure où il suffirait de pratiquer pour apprendre à cliquer juste. On parle ainsi de numératie, terme forgé sur celui de littératie. Pour autant, saura-t-on encore lire et entendre les « illettrés » qui résistent à l’avènement du (tout) digital ?

 

Attention au Q qui cache la forêt

Ce sont les civilisations indo-européennes, qualifiées d’alphabétiques par David Abram, qui ont forgé les processus mentaux dominants pour connaitre et penser, de l’abstraction philosophique d’hier au virtuel technologique d’aujourd’hui. Mais c’est la même rupture, ontologique, qui reste à l’œuvre, entre le savoir (lire, écrire, compter, et désormais cliquer) d’une part, et la vaste forêt du monde d’autre part.
L’enjeu est de s’extirper de l’univers uniforme des Q en tout genre, dès lors qu’ils sont pensés comme attributs individuels, de l’enfant précoce au high po en entreprise. Que signifie avoir du Q, si ce n’est renvoyer à autre chose que soi ? Donc sortir de la diversité apparente des quotients (QI, QE, QC) étalonnés, pour se (re-)connecter à l’écoute de l’environnement (David Abram), à l’inouï du vivre (François Jullien), à la résonance du monde (Hartmut Rosa).
Le potentiel n’est pas ego-céphalo-centré. Il se niche d’abord dans les situations qui portent et contraignent des individus embarqués dans ces situations. L’enjeu pour tous, de l’artiste à l’entrepreneur, est de se mettre à l’écoute.

Assis tranquillement, sans rien faire,
le printemps arrive,
l’herbe pousse, par elle – même.
Bâsho (1644-1694), grand maître japonais du haïku

 

Quand la culture des quotients se décline à l’aune de l’individu mesurable et de sa performance intellectuelle ou comportementale, il y a entrave à la réception de ce qui vibre autour de soi, qu’on l’appelle le monde, le réel ou le vivant. Il s’agit pourtant de la première source (et ressource) à comprendre pour l’explorer et l’exploiter, en intelligence de situation. Saura-t-on s’y rendre disponible ? Telle est la question à la fois stratégique et éthique qui se pose aujourd’hui.

L’auteur est

Sybille Persson, Professeur ICN Business School

CLIMESPACE : rejoignez une entreprise rafraîchissante !

Filiale d’ENGIE, CLIMESPACE développe et exploite le réseau de froid urbain de la Ville de Paris depuis 1991. Jean-Charles Bourlier, le directeur général, nous parle des projets de son entreprise.

Sofimac Investment Managers : la création de jeunes pousses, c’est l’avenir !

« Le nouvel eldorado, c’est la création de start-up ! », assure Pascal Voulton, Président de Sofimac Investment Managers

Avec GSK, devenez le leader de votre carrière

Comment GSK fait la différence ? Entretien avec Frédéric Martin (CentraleSupélec 2003), VP & Commercial Director Oncology de GSK.

Rejoindre Veolia Eau d’Ile-de-France, ça coule de source !

Filiale du leader de la gestion optimisée des ressources, l’entreprise produit l’eau potable pour 151 communes en Ile-de-France et 4,6 millions d’habitants.

Elekta ose pour la bonne cause !

Cette compagnie suédoise fondée ne 1972 par un neurochirurgien est à la fois une jeune entreprise agile et un expert historique de la radiothérapie. Objectif : lutter contre le cancer.

Talkwalker & Société Générale : la tech made in Luxembourg

Respectivement CEO de Talkwalker et Global Head of Market Solutions and Digital Transformation Officer à la Société Générale, Robert Glaesener et Bertrand Kauffmann ont deux points communs : l’innovation et le Luxembourg.

Biogaran prend soin de ses jeunes recrues

20 ans dans l’entreprise et 10 ans comme directrice des Etudes & Projets Stratégiques chez Biogaran, pionnier des médicaments génériques. Une longévité dont Lucie Brenner-Bonnerave est fière et qu’elle revendique. Elle vous dit pourquoi Biogaran est l’entreprise dans laquelle postuler !

ENGIE GEM : l’énergie durable comme raison d’être !

Rendre possible la transition zéro carbone : le défi d’ENGIE. Témoignage de Jérôme Favier, Directeur Développement durable, Stratégie et Communication de la BU Global Energy Management

SIGH : l’habitat social durable et innovant à tous les étages !

Les métiers du logement social sont porteurs de sens et tournés vers l’innovation pour relever le défi de la rénovation énergétique. Démonstration avec Pierre Tonneau, Président du Directoire de la Société Immobilière Grand Hainaut.

Relevez le challenge de la transition verte chez GRTgaz

Avis aux ingénieurEs ! GRTgaz n’attend que vous pour l’accompagner sur la transition énergétique. De beaux challenges en perspective !